Skip to navigation – Site map
Recompositions territoriales et dynamiques locales

L’enclavement, une contrainte nationale devenue une opportunité mondiale ?

Le cas du Haut Atlas central marocain
Confinement : a national constraint that has become a national global opportunity ?
The case of the High Atlas in central Morocco
David Goeury
p. 107-113

Abstracts

By using the example of Zaouiat Ahansal, we want to show the complex relationship between confinement and globalization. The marginalization by colonial administration due to a long resistance of this valley in the High Atlas, at the heart of the Kingdom of Morocco, was accompanied by its resonance around the world as ‘’a different area’’: a heterotopia. Thus, confinement would be an attractive feature for specific activities such as academic research in social sciences, outdoor sports and activities and socially responsible tourism. As a result, the population would have access to a specific form of globalization without there being any intermediation from the state. This particular relationship between western visitors and the inhabitants, excluded from national development, would lead to an alternative local and sustainable development project. However, this connection to globalization demonstrates an inequality, exposing new fault lines within the local society.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1 « Le monde se divise en deux : ceux qui ont vu la Zawiyya et ceux qui ne l’ont pas vue, et ceux qui ont vécu dans la Zawiyya et ceux qui n’y ont jamais dormi… ». Ainsi parlait Bruno Étienne (1990) d’Agoudim, village principal de la commune de Zaouïat Ahansal, accroché au flanc nord du Haut Atlas central, au pied du Jbel Azourki : « Haut lieu de l’Atlas, où est passé un jour au l’autre tout universitaire qui a voulu dire quelque chose d’un peu profond sur le Maroc ». « Un lieu imaginaire, un lieu de nulle part » isolé du reste du pays par plusieurs heures de mauvaise piste, à l’écart du développement national, conservatoire de la grande pauvreté rurale et pourtant connu mondialement, attirant des étrangers de toutes nationalités que cela soit à la recherche de la société segmentaire sur les traces d’Ernest Gellner pour découvrir « l’Atlas secret » ou pour escalader la première « des parois de légende » à Taghia.

2Zaouïat Ahansal, commune de 10 435 habitants en 2004, illustre pour nous la complexité de la mondialisation. Alors qu’à l’échelle nationale, cette région fait la une des journaux comme l’ultime tâche de misère rurale au sein du royaume du Maroc, à l’échelle internationale elle est magnifiée pour ses paysages et sa spécificité culturelle. La juxtaposition dérangeante entre la misère rurale conservatoire de l’altérité et les loisirs de nantis désireux de se mettre en scène comme des néo-aventuriers (Le Breton, 1997) doit être cependant dépassée pour réfléchir aux interrelations entre local et global.

3Depuis plus de sept ans, nous menons des séries d’études de terrain et d’entretiens pour tenter de démêler la complexité des processus à l’œuvre. Nous posons comme hypothèse que la marginalisation à l’échelle nationale favorise une mise en résonance à l’échelle mondiale du fait de la recherche de lieux spécifiques à même de donner une aura particulière à certaines activités très prisées par les sociétés occidentales comme les sports de nature et l’engagement humanitaire. L’enclavement, contrainte à l’échelle nationale, pourrait être alors considéré comme une ressource à l’échelle mondiale. La superposition de ces deux phénomènes spatiaux favoriserait l’apparition d’une nouvelle catégorie d’espaces autres, des hétérotopies (Foucault, 2001) : la misère matérielle érigée en paradis agraire, vestige d’un âge d’or préindustriel perdu pourrait supporter un modèle de développement alternatif.

1 - L’enclavement, héritage géohistorique de la colonisation et figure du sous‑développement national

1.1 - L’héritage géohistorique de la colonisation

4Le Haut Atlas à la période précoloniale est un espace charnière au cœur du royaume du Maroc. Lien entre les régions sahariennes et les plaines centrales, il est traversé par de multiples chemins qui se greffent aux grandes routes de commerce. Economiquement intégré, il est politiquement inséré aux structures de pouvoir central par la régularité des actes d’allégeances des tribus et des zawyas au sultan. Malgré la signature d’un traité de protectorat en 1912 et la présentation du Maroc comme un pays affaibli, les armées coloniales y rencontrent une furieuse résistance. Les grands transhumants regroupés derrière des chefs charismatiques tiennent en échec les armées françaises qui doivent abandonner toute attaque frontale suites à des défaites cuisantes comme à El Ksiba en juin 1913 ou à l’échec de leurs partisans comme les Glaouas, battus à deux reprises en 1918 et en 1922 par les Ihansalens. Aux grandes offensives devant assurer une victoire rapide sont substituées les marches d’approche de nuit théorisées par le général Loustal en 1929. L’armée française encercle progressivement les espaces de résistance acculant les populations dans des bastions naturels : les montagnes et les hauts plateaux. Le front berbère est fissuré en un bloc puis progressivement réduit à une tâche. La pacification s’achève dans le Haut Atlas par la reddition de la zawya Ahansal et la prise du plateau de Tamga, extrémité septentrionale du Koucer en 1933.

5Outre le bilan humain désastreux, cette stratégie est lourde de conséquences pour les populations. Matériellement, les derniers îlots de résistance sont contournés par les infrastructures modernes que sont les pistes auto-cyclables construites par les forces d’occupation. L’encerclement progressif et les bombardements réguliers abolissent leur dimension d’espace charnière pour les ériger en bouts du monde gérés selon des logiques sécuritaires. Zaouïat Ahansal, reliée par une fragile piste à Aït M’hammed, devient une frontière entre des zones de commandement distinctes que sont Azilal au Nord, Ouarzazate au Sud, Ksar Souk (Er-Rachidia) à l’Est. Cette mise à distance matérielle est doublée d’une mise à distance idéelle. Pour discréditer la résistance des populations, les forces coloniales élaborent un discours nourri de références ethnographiques puisées dans les sciences sociales. Les grandes confédérations de tribus comme les Ayt Atta, Ayt Sokhmane et Ayt Yafelmane sont qualifiées de dissidentes et leur territoire de « Bled es Siba ». Elles sont présentées comme d’éternelles rebelles à toute forme d’autorité et sont stigmatisées ethniquement sous l’appellation de berbères. La montagne, si difficile à conquérir, devient le « Maroc inutile » qui n’offrirait aucune perspective économique à la colonisation. Ces représentations trop peu remises en question constituent les fondements d’une altérité aussi bien politique (la dissidence), qu’économique (pays inutile), qu’ethnique (berbère), le tout incarné par un espace spécifique : la montagne.

6Le Maroc est alors doté d’un nouveau maillage de routes auto-cyclables particulièrement lâche, polarisé autour des grandes métropoles littorales. Il connaît deux réalités spatiales opposées : les nouveaux quartiers européens de Casablanca et de Rabat et les derniers lieux de la résistance comme la vallée de l’assif Ahansal. La vallée est figée dans un temps ante colonial alors que le reste du territoire sous les effets du développement change de nature. Elle devient progressivement une entité spatiale différente, une enclave. La construction de la vallée de l’assif Ahansal comme un espace marginal est le fruit de sa résistance à la colonisation.

1.2 - L’enclave comme figure du sous‑développement national

7Le découpage administratif hérité de la conquête militaire marginalisant la zawya Ahansal n’a pas été remis en question. La commune rurale de Zaouïat Ahansal est une des communes périphériques de la province d’Azilal. Son aire d’influence traditionnelle est morcelée entre trois régions administratives, Tadla-Azilal, Souss-Massa-Draa, Meknès‑Tafilalet, toutes sous l’autorité de villes de la plaine, Agadir, Beni Mellal et Meknès. La route permettant de franchir l’Atlas et permettant de rétablir les relations traditionnelles avec les vallées présahariennes, via Msemrir, est toujours à l’état de projet.

8Alors que les régions littorales et les grandes plaines bénéficient d’investissements d’envergure, la montagne est considérée avant tout un espace de ressources hydriques à préserver par la conservation du couvert végétal. Une seule activité nouvelle est envisagée : le tourisme et plus particulièrement de sports de nature. La vallée de l’assif Ahansal bénéficie de plusieurs programmes de reboisement visant à protéger les bassins versants de l’érosion, afin de pérenniser le barrage de Bin-el-Ouidane. Tamga est considérée comme un Site d’Intérêt Biologique et Ecologique en 1995 et doit à terme devenir un parc national. En 1983, la commune de Zaouïat Ahansal est parmi les premières sélectionnées pour intégrer le Projet Haut Atlas Central pour la promotion du tourisme de montagne. Cependant en 2010, elle reste à plus de 54 kilomètres de la route goudronnée. À partir de 2005, les deux pistes reliant le village centre d’Agoudim à la plaine sont élargies et entretenues régulièrement, faisant passer le temps de transport jusqu’à Azilal de plus cinq heures en véhicule tout terrain à moins de trois heures. Si la vallée bénéficie d’un relais de téléphonie mobile à partir de 2007, elle n’est connectée au réseau électrique que depuis 2009.

9Cet enclavement matériel se traduit par un surcoût des produits exogènes dont les prix sont supérieurs de 30 à 60 % à la moyenne nationale sur le souk hebdomadaire et surtout par un faible accès aux services de l’État. Nombre de fonctionnaires refusent d’occuper un poste dans une commune aussi isolée. Le poste de médecin reste vacant depuis de nombreuses années. Malgré la pression incessante du ministère de la santé à partir de 2008, le délégué régional d’Azilal argue qu’aucun jeune médecin n’est disposé à vivre durant plusieurs semaines dans un village aussi éloigné. De même, si les instituteurs acceptent les postes dans les écoles primaires de la vallée, certains refusent encore de résider sur les hauts plateaux du Koucer et de Talmest accessibles après plusieurs heures de marche. De ce fait, selon le recensement de 2004, Zaouïat Ahansal détient le triste record de la plus forte mortalité infantile du Maroc avec 118‰, juste après la commune d’Anemzi (194,6‰). De même, 93,5 % des plus de 25 ans n’ont aucune instruction, révélant ainsi le peu d’ancienneté de l’implantation des écoles dans la vallée. Jusqu’en 2005, la faiblesse de l’enseignement primaire est doublée d’une forte rupture scolaire avant l’entrée dans le secondaire, les familles renonçant massivement à se séparer de leurs enfants de 12 ans pour plusieurs mois en les envoyant poursuivre leur scolarité dans des établissements lointains et difficilement accessibles.

10À l’échelle nationale, le nom de la commune résonne comme une exception statistique avec le deuxième Indice de Développement Humain communal le plus faible du royaume en 2004, le seul avec celui d’Anemzi à être inférieur à 0,3. Par ailleurs, la tribu des Ayt Abdi qui habite la section orientale de la commune sur le plateau du Koucer est mise en scène dans les médias nationaux, à partir de l’année 2009, comme l’archétype de la misère rurale marocaine. Les habitants sont stigmatisés comme des exclus, au point d’être surnommés les « Kurdes du Maroc » par les militants associatifs d’Azilal. Ils incarnent l’extrémité du corps social de la nation. La pénibilité de leurs conditions de vie permet de dénoncer l’incapacité de l’État à assurer l’équité territoriale. L’administration réagit en médiatisant des actions ponctuelles comme une caravane médicale mise en œuvre sous l’autorité du ministère de la santé en 2009 ou l’implantation d’un hôpital militaire de campagne sur ordre du roi pour toute la durée de l’hiver 2010-2011.

2 - Un autre monde à observer

11La colonisation est doublée d’un processus scientifique d’exploration du monde. La résistance de la zawya génère un intérêt des chercheurs désireux de comprendre cet espace à part. Zaouïat Ahansal n’est aucunement un espace méconnu. Le lieu est régulièrement cité et même placé sur les cartes coloniales du Maroc, bien avant sa reddition en 1933. La première aura scientifique coloniale est prolongée à l’échelle internationale à travers le débat anthropologique. La présence d’une institution religieuse ayant eu un rayonnement international attire les premiers observateurs. Depuis l’Algérie, les travaux du capitaine Rinn en 1884, puis de Depont et Coppolani en 1897, cherchent à déterminer la puissance actuelle de la zawya Ahansal au Maroc alors qu’elle dispose d’une branche conséquente en Algérie. Les explorateurs qui pénètrent clandestinement au Maroc, comme le vicomte de Foucauld et le marquis de Segonzac, tentent de l’atteindre, mais sans succès du fait de conditions météorologiques défavorables (Foucauld, 1888 ; Segonzac, 1903). Au début de la colonisation du Maroc, Michaux-Bellaire s’interroge sur sa réelle influence politique. Après l’avoir présentée comme l’archétype de l’institution religieuse résiduelle vidée de sa substance en 1917, il se ravise devant la véhémence des combattants qu’elle mobilise et s’appuie sur les notes du lieutenant Spillmann pour expliquer sa capacité à résister aux armées françaises (Michaux-Bellaire, 1917, 1927 ; Drague, 1951).

12Une fois la zawya soumise, l’engouement est loin de s’éteindre : aux colonialistes succèdent les anthropologues. La vallée devient un terrain d’étude privilégié pour décrire une société spécifique à même de supporter une théorisation, voire une modélisation. Clairement délimitée par des lignes de crêtes, elle incarne le laboratoire social grandeur nature, non dilué dans l’immensité d’un territoire national (Goeury, 2008). Le plus connu d’entre eux reste Ernest Gellner qui y séjourne à six reprises de 1954 à 1961 pour élaborer sa théorie de la société segmentaire. Son ouvrage Saint of Atlas, publié en 1969, est accueilli par la génération de chercheurs postcoloniaux comme une rupture avec les sciences coloniales françaises. Il donne lieu à des affrontements épistémologiques qui animent les cénacles marocains. Abdallah Hammoudi et Magali Morsy soulèvent de nombreuses incohérences et multiplient les contre-terrains, nourrissant un débat universitaire prolifique tout au long des années 1970 et 1980 (Morsy, 1972 ; Hammoudi, 1974, Berque, 1978). D’autres anthropologues comme David Hart et Claude Lefébure amplifient le phénomène en étudiant la confédération des Ayt Atta, intimement liée aux Ihansalens (Hart, 1981 ; Lefébure, 1979). La vallée devient alors un haut-lieu de l’anthropologie politique marocaine (Étienne, 1990).

13Ce mouvement peut apparaître comme anecdotique ne drainant que quelques dizaines d’individus, pourtant il participe de la construction d’une identité spécifique qui distingue Zaouïat Ahansal du reste de la chaîne de l’Atlas. Dans les beaux livres de voyage, les Ihansalens sont érigés en un des archétypes de la montagne berbère entre le Moussem des Fiancés d’Imilchil et la vallée heureuse des Ayt Bougmez (Lorsignol, Valentin, 1999).

3 - L’irruption du tourisme d’aventure et du tourisme sportif

3.1 - Les néo-aventuriers occidentaux

14Parallèlement, le Haut Atlas devient une destination du tourisme d’aventure par le biais des sports de nature. L’enclavement transforme progressivement la vallée de l’assif Ahansal en espace marginal. Or, si cela constitue une contrainte au quotidien pour les populations, elle devient attractive à l’échelle mondiale pour des touristes occidentaux, les néo-aventuriers. Cette minorité désireuse de construire un tourisme de la distinction où l’individu doit occuper son temps de loisir dans une activité considérée comme hors-norme, s’autoproclame comme une élite à même de repousser les limites du monde occidental en multipliant les excursions dans les espaces méconnus et hostiles car non aménagés (Le Breton, 1997).

15Le premier objectif est de traverser des espaces isolés que cela soit à pied, en reprenant les chemins des transhumants, ou en voiture, en suivant les pistes militaires et forestières. Il s’agit alors d’un simple détournement de l’usage premier des infrastructures au profit des loisirs. L’officier des Affaires Indigènes en charge du développement de Zaouïat Ahansal en 1948 justifie d’ailleurs la construction de nouvelles pistes par leur intérêt touristique (Ithier, 1948). À partir de 1983, le programme PHAC assure l’élaboration d’un parcours dénommé Grande Traversée de l’Atlas Marocain, GTAM, la constitution d’un réseau de gîtes et la formation de guides de haut-montagne. Le cirque de Taghia et le village d’Agoudim deviennent des points d’étape privilégiés de la découverte de la montagne marocaine. Ce projet accentue l’engouement des tour-opérateurs pour cette région. En 2008, les responsables d’Allibert, Atalante et Terre d’Aventure considéraient qu’elle était la meilleure destination de randonnée au monde au départ de l’Europe du fait d’un excellent rapport qualité-prix, mais aussi accessibilité, dépaysement et sécurité. Zaouïat Ahansal est proposée sous l’appellation d’Atlas secret car moins fréquentée que les espaces allant du M’Goun au Toubkal.

3.2 - Taghia : une paroi de légende

16Par ailleurs, des athlètes inventent de nouveaux usages. Dès la période coloniale, les membres du club alpin français, implanté au Maroc depuis 1923, se lancent dans l’ascension des sommets marocains. S’ils commencent en priorité par les sommets les plus proches de Marrakech comme le Toubkal ou dépassant les 4 000 mètres comme le M’Goun, certains passionnés cherchent à réaliser des premières sur des sommets plus modestes. L’Aroudane qui domine la vallée de l’Ahansal du haut de ses 3359 mètres est ainsi escaladé par deux équipées françaises différentes en 1951 et 1952 (Domenech, 1989). Cependant, cela attire un public restreint avant tout composé de coopérants désireux d’avoir une connaissance exhaustive de la montagne marocaine.

17La popularité de Zaouïat Ahansal s’est construite surtout autour de l’escalade libre sur falaise, dans le cirque de Taghia, hameau le plus méridional de la commune, à plus de deux heures de marche de la piste. Cette pratique nouvelle totalement exogène aux habitudes locales apparaît timidement au début des années 1970. Cette activité est développée par des passionnés très autonomes dans leur pratique et reste pendant longtemps méconnue de l’administration, notamment le ministère du tourisme, et ignorée des tour-opérateurs, du fait de l’éloignement du site et surtout de l’indépendance des praticiens. La promotion du site de Taghia s’est faite dans un premier temps par le bouche à oreille, directement entre grimpeurs depuis l’Europe. Les articles publiés dans la presse spécialisée apparaissent dans un second temps comme une reconnaissance du statut exceptionnel du site et de la performance des ouvreurs. La qualité du rocher et surtout la longueur des verticales assurent à Taghia une solide réputation, dès 1989, en France et en Espagne (Ravier, 2008). Pourtant certains sportifs de haut niveau, mondialement connus, hésitent à se rendre sur place, considérant le Maroc comme une destination pas assez prestigieuse pour mettre en scène leurs exploits. Ainsi, Stéphanie Bodet (championne du Monde en 1999) et Arnaud Petit (champion du Monde en 1996) préfèrent mener à bien des expéditions dans des pays plus lointains comme Madagascar, le Mali, la Jordanie, l’Afrique du Sud, la Namibie, les États-Unis, l’Inde avant de se laisser convaincre de se rendre à Taghia en 2003. De même, les Américains Kristoffer et Cloe Erickson ont toutes les peines du monde à convaincre leur sponsor, l’équipementier The North Face, de financer un projet d’ouverture d’une voie équipée à Taghia, car l’Atlas est une destination très onéreuse depuis les États‑Unis. Elle n’est pas considérée comme une vraie montagne à la différence de la Cordillère des Andes et de l’Himalaya où Kristoffer s’est déjà rendu à de multiples reprises. Il faut donc attendre le début des années 2000 pour que l’élite de l’escalade mondiale investisse le site.

18Dès son premier séjour, Arnaud Petit tombe sous le charme du site glorifiant à la fois la qualité du rocher et surtout le décor de vallée berbère bucolique, isolée du reste du monde. Il signe deux articles dans les revues les plus prestigieuses d’escalade que sont Grimper et Vertical avant de faire de Taghia le premier site décrit dans son livre Parois de légende : les plus belles escalades autour du monde en 2005.

19Taghia connaît alors un engouement croissant. Les Français et les Espagnols toujours majoritaires sont rejoints par des Italiens, des Allemands, des Polonais, des Suisses, des Tchèques et des Américains qui s’investissent dans l’ouverture de nouvelles voies. Le site étant de plus en plus équipé, de jeunes grimpeurs moins expérimentés viennent vivre leur première expérience d’escalade en dehors de l’Europe. Face à l’afflux des grimpeurs dont la durée de séjour est souvent supérieure à une semaine, le premier gîte s’agrandit considérablement d’abord en 2004 puis en 2008, quintuplant sa capacité d’accueil, tandis qu’un deuxième gîte est construit en 2005.

4 - Le tourisme solidaire

20Enfin, l’enclavement de la vallée favorise le développement d’un tourisme solidaire porté par trois associations françaises, Radija fondée en 2001, l’Association de Découverte et de Développement du Haut Atlas Central (ADDHAC) en 2002, les Amis d’Amezray en 2003 et une association américaine, Erickson Creative Group en 2007. Le processus est identique dans les quatre cas. Lors d’un premier voyage d’agrément, le fondateur de l’association est touché par le dénuement de la vallée. Il décide alors de mobiliser ses proches pour mener à bien une action caritative, soit de dons directs en nature aux habitants, soit d’aide sanitaire, soit de mise en œuvre d’activités de développement. Les associations Radija et les amis d’Amezray fonctionnent avec une association locale partenaire Khadija pour la première, Amezray Smnid pour la seconde.

21Outre l’aide matérielle directe, ces associations favorisent la venue de nombreux étrangers tout au long de l’année. Si Radija et Erickson Creative Group mobilisent essentiellement des groupes de bénévoles qui viennent mener à bien l’action envisagée, les Amis d’Amezray et l’ADDHAC organisent la venue de touristes militants pour développer un tourisme solidaire à même de financer les projets locaux. Leur action crée une autonomie croissante des propriétaires de gîtes vis-à-vis des tour-opérateurs et des agences de Marrakech en drainant un tourisme plus sédentaire et surtout plus à même de soutenir les activités économiques locales.

22Paradoxalement, la commune de Zaouïat Ahansal devient plus attractive à l’échelle mondiale que la moyenne des espaces marocains. Du fait de l’absence de décompte précis, il n’est possible que de procéder à des estimations. Malgré le désengagement croissant des tour-opérateurs qui favorisent actuellement les randonnées familiales dans des vallées plus proches de Marrakech, la fréquentation de Zaouïat Ahansal progresse, dépassant les 3000 visiteurs en 2008. On constate un allongement de la durée du séjour dans les gîtes qui accueillent une clientèle d’individuels ou d’associatifs qui résident plusieurs jours dans la vallée parfois plusieurs semaines dans le cas des grimpeurs et des associatifs. Les étrangers internationaux apparaissent comme plus proches de la vallée que les ressortissants nationaux qui ne la fréquentent quasiment jamais du fait de représentations négatives et de la recherche de destinations confortables dans le cadre d’un tourisme hédoniste de repos.

5 - Quelle endogénéisation de la mondialisation ?

5.1 - Vers l’émergence d’un modèle de développement alternatif?

23L’observation du changement social dans la vallée pose la question de la connexion des populations à la mondialisation, via la présence croissante des Occidentaux. Nombre de pratiques exogènes semblent se juxtaposer aux pratiques locales sans offrir d’autres opportunités qu’un complément de revenu. La recherche anthropologique, les sports de nature et surtout l’escalade relèvent de logiques très spécifiques difficilement appropriables par les habitants. Ces derniers sont maintenus dans des tâches subalternes de service, quand ils ne sont pas tout simplement contournés et finalement considérés comme des éléments de décor. Si Zaouïat Ahansal et Taghia sont régulièrement mises en scènes dans des publications, cela reste le fait d’Occidentaux pour d’autres Occidentaux. Il serait alors possible de parler d’une mondialisation du lieu sans qu’il y ait participation de la population résidente. D’ailleurs nombre de visiteurs ne souhaitent pas réellement un changement social qui risquerait de modifier le cadre actuel d’un paradis agraire, décor idéal de la néo-aventure. Sa marginalité lui permet d’être projetée au cœur du village planétaire pour former un des espaces du « parc à thème de la planète disneylandisée » (Brunel, 2006) auxquels elle est comparée selon un gradient de dépaysement.

24Cette analyse doit cependant être nuancée. En premier lieu, il faut distinguer l’impact matériel de l’impact idéel. Les Occidentaux qui s’investissent dans la vallée se muent en « manipulateurs de symboles » (Reich, 1993) et enclenchent à l’échelle mondiale un processus de « médiance » (Berque, 2000). L’autarcie, la misère est sublimée comme de l’authenticité épargnée par la modernité corruptrice. L’enclave quitte son statut d’espace en retard de développement pour devenir un paradis agraire où serait possible l’émergence d’un autre modèle de développement. Le Haut Atlas central considéré depuis la colonisation comme un anti-Casablanca, symbole de l’urbanité marocaine, devient un anti-Marrakech, symbole du tourisme de masse.

25Zaouïat Ahansal quitte alors l’anonymat et est mise en résonance à l’échelle mondiale pour rejoindre le panthéon des territoires de peuples autochtones ayant résisté à l’occidentalisation du monde et proposant une nouvelle voie. Cette étape est la première d’une politique de reconnaissance et de reconstruction de la confiance culturelle (Honneth, 2008). Les individus investis dans l’activité touristiques comme les guides, les propriétaires de gîtes et les muletiers adhèrent à ce discours qui les valorisent à l’échelle mondiale d’autant plus que ceux qui le tiennent leur assurent un revenu régulier. Devant l’échec de l’État, ils s’investissent dans ce projet mondial de construction d’un modèle de développement durable alternatif.

26Ce phénomène est renforcé par l’action des associations. Après avoir mené des projets ponctuels interstitiels, elles prennent une dimension croissante en s’imbriquant dans les programmes étatiques pour essayer d’en corriger les défaillances. Ainsi, Radija a participé de la construction d’un internat à proximité du collège d’Ayt M’hammed pour les enfants de Zaouïat Ahansal. Depuis 2005, elle organise un système de parrainage de ces mêmes enfants ayant achevé le cycle primaire pour lutter contre la rupture scolaire. Vingt deux élèves ont été pris en charge pour l’année 2005-2006, ils sont soixante seize en 2009. Les Amis d’Amezray et Erickson Creative Group ont pris en charge la restauration du patrimoine collectif de la vallée en faisant appel à l’architecte Salima Naji pour superviser la restauration du grenier collectif d’Amezray. De même les Amis d’Amezray soutiennent l’implication d’Amezray Smnid dans les programmes de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain.

27Cette implication grandissante se traduit par une pression de plus en plus forte sur les différentes administrations souvent mal acceptée par les différentes délégations provinciales. Si les gouverneurs soutiennent cette dynamique avec pragmatisme, les délégués à l’éducation, à la santé ou à la culture supportent difficilement l’intrusion d’étrangers à même de remettre en question leur autorité, de pointer leurs manquements, sans pour autant toujours respecter le cadre réglementaire marocain. Parfois, des malentendus dégénèrent malgré des intérêts convergents : le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts fut particulièrement surpris par la capacité de l’ADDHAC à interpeler directement la Banque Mondiale, leur bailleur de fond principal, concernant le financement des politiques d’accompagnement de la création du Parc national de Tamga.

28Les populations locales intègrent directement la mondialisation par un saut d’échelle sans l’intermédiation de l’État nation et participent d’une nouvelle société transnationale qui s’articule avant tout autour de valeurs considérées comme mondiales. Ce phénomène permet la délégitimation de la structure de domination classique qu’est l’État (Beck, 2003).

5.2 - Une nouvelle fragmentation du local

29Ce processus favorise l’ascension sociale inégale des individus de la vallée selon leur degré de connexion à cette forme de mondialisation. Des propriétaires de gîtes et des guides de haute montagne sont devenus les présidents des associations locales de développement. Ils assurent le lien entre les habitants et les étrangers accédant à un statut social enviable. Ces nouvelles opportunités économiques et politiques dégénèrent ponctuellement dans des luttes d’influence entre certains.

30Par ailleurs, au sein de la commune de Zaouïat Ahansal, s’affirme un clivage croissant entre la vallée et les hauts‑plateaux. L’intégralité des gîtes et l’essentiel des projets des différentes associations se concentrent dans la vallée marginalisant encore davantage les Ayt Abdi du Koucer. Ces pasteurs sont peu favorables à certaines initiatives comme la protection des bassins versants et de la biodiversité qui sous entendent la diminution des terrains de parcours ouverts aux troupeaux. Il se dessine alors une fragmentation du local entre habitants de la vallée branchés à la mondialisation et les habitants des hauts plateaux exclus.

31En 2009, elle s’est traduite politiquement par la percée aux élections communales du Parti de la Justice et du Développement, peu sensible aux valeurs culturelles déployées par les ONG car s’appuyant sur un référentiel avant tout islamique. En 2008, lors des législatives partielles, ce parti n’avait aucun ancrage politique dans la commune obtenant seulement 12 voix mais il a su recruter un jeune fqih vivant sur le plateau du Koucer pour défendre son programme politique et mobiliser ainsi un électorat particulièrement contestataire qu’est celui des Ayt Abdi. En effet, ces derniers, qui se sentent écartés de toutes les politiques publiques, avaient boycotté les élections législatives. Ces tensions se traduisent par des oppositions sur le devenir de la commune. Si l’élite, portée par le contact des étrangers, souhaite un modèle de développement durable à même de conserver les caractéristiques paysagères de la vallée, d’autres habitants préfèrent une normalisation du territoire selon des standards nationaux, notamment en ce qui concerne la construction de nouvelles maisons de béton et la destruction des architectures traditionnelles considérées comme inutiles et archaïques (Naji, 2008). Les premiers se définissent comme des citoyens du monde, membre d’un peuple autochtone reconnu comme porteur de la diversité culturelle mondiale, alors que les autres veulent participer d’une nouvelle Oumma uniformisée autour d’une orthopraxie mondiale car émancipée de toutes les spécificités culturelles (Roy, 2002).

Conclusion

32L’enclavement n’est qu’un moment de lieu (Équipe MIT, 2005). Dans le cas de Zaouïat Ahansal, la marginalisation matérielle a favorisé la sublimation idéelle de la vallée. Elle est devenue un espace autre, une hétérotopie globale : un lieu fermé matériellement mais projeté comme un espace miroir à l’échelle mondiale afin d’accueillir des activités spécifiques de distinction. Cette vallée de haute montagne intégrerait l’altermonde, soit l’ensemble des espaces du développement associatif constitué autour de valeurs présentées comme universelles visant à élaborer un idéal de société globale alternatif au rapport de domination internationaux actuels.

33Cependant, il n’existe pas de consensus au sein de la population. Actuellement, la tension se cristallise autour de la question purement paysagère de la vallée. Les tenants de la conservation souhaitent ardemment un compromis spatial autour d’une nouvelle législation afin de préserver le capital symbolique du lieu qui assure son attractivité mondiale. Une des solutions envisagée serait l’extension du futur Parc National de Tamga et le classement comme site protégé de lieux emblématiques comme le village d’Agoudim ou les gorges de Taghia. Ainsi, la création d’une enclave juridique prendrait le relais de l’enclave matérielle. La mondialisation loin de se traduire par une uniformisation assurerait alors le maintien de la différence esthétique comme ressource des lieux et support à la constitution d’idéaux.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Beck U., (2003), Pouvoir et contre‑pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 599 p.

Berque A., (2000), Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 271 p.

Berque J., Pascon P., (1978), Structures sociales du Haut Atlas (suivi de Retour aux Seksawa), Paris, PUF, 514 p.

Bourdieu P., (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 670 p.

Brunel S. (2006), La planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 276 p.

Depont O., Coppolani X., (1897), Les confréries religieuses musulmanes, Alger, Adolphe Jourdan, 2 vol. 

Domenech B., (1989), Le Maroc. Les plus belles courses et randonnées, Paris, Denoël, 160 p.

Drague G., (1951), Esquisse d’une histoire religieuse du Maroc : confréries et zaouïas, Cahiers de l’Afrique et de l’Asie, Paris, Peyronnet, 332 p.

Équipe MIT, (2005), Tourismes 2 : Moments de lieux, Paris, Belin, 349 p.

Étienne B., (1990), Itinéraire des crêtes, Clément J.-F., Le Maroc. Les signes de l’invisible, Paris, Autrement, p. 126-127.

Foucauld Vicomte Ch. de, (1998²), Reconnaissance au Maroc, Paris, L’Harmattan, 260 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Foucault M., (2001), « Des espaces autres », in Dits et Écrits (1976-1988), nouvelle édition, Paris, Gallimard, p. 1571-1581.
DOI : 10.3917/empa.054.0012

Gellner E., Les Saints de l’Atlas ; 1re éd. 1969, Saints of the Atlas, Londres, Weidenfeld & Nicholson, Saint-Denis, Éditions Bouchène, 2003, 317 p.

Goeury D., (2010), La géographie des « autres mondes » : une « advocacy » au service des populations marginalisées ou la construction de « paradis agraires » ?, in Bouquet C., Les géographes et le développement. Discours et actions, Pessac, MSHA, p. 165-184.

Hammoudi A., (1974), « Segmentarité, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté – Réflexion sur les thèses de Gellner », Hespéris Tamuda, no 15, p. 147-180.

Hart D. M., (1981), Dadda ‘Atta ans his forty grandsons : the socio-political organization oftheAitAttaofsouthernMorocco, Wisbech, Middle East and North African Studies Press, 260 p.

Honneth A., (2008), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 232 p.

Ithier (capitaine), Fiche de tribu, les Ihansalen, manuscrit, Rabat, Centre de documentation La Source, 1948.

Le Breton D., (1997²), Passions du risque, Paris, éditions Métailié, 190 p.

Lefébure C., 1979, « Accès aux ressources collectives et structure sociale : l’estivage chez les Ayt Atta », in Production pastorale et société : actes du colloque international sur le pastoralisme nomade, Cambridge, Cambridge University Press, p. 115-126.

Lorsignol P., Valentin J.-P., (1999), Haut Atlas-Sahara : horizons berbères, Paris, Anako, 143 p.

Michaux-Bellaire E., (1917), Notes sur les Amhaouch et les Ahançal, Ernest Leroux, Coll. Publ. du Comité d’études berbères au Maroc, p. 209-218.

— (1927), « La Zaouia d’Ahançal (d’après les notices de M. le lieutenant Spillmann) », Archives marocaines, vol. XXVI, Paris, Librairie Ancienne Honoré Champion, p. 87-113.

Morsy M., (1972), Les Ahansala. Examen du rôle historique d’une famille maraboutique de l’Atlas marocain au xviiie siècle, Paris, La Haye, Mouton, Maison des sciences de l’Homme, 69 p.

Naji S., (2008), Les entrepôts de la baraka : du grenier collectif à la zawya. Réseaux du sacré et processus de patrimonialisation dans l’Atlas et le Maroc présaharien, thèse de doctorat, anthropologie, Paris, EHESS, 781 p.

Ravier C., (2008), Taghia. Montagne berbères, Graulhet, Ravier Éditions, 256 p.

Reich R., (1993), L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 336 p.

Rinn L., (1884), Marabouts et khouan : étude sur l’islam en Algérie, Alger, Adolphe Jourdan, 552 p.

Roy O., (2002), L’islam mondialisé, Le Seuil, Paris, 223 p.

Segonzac Marquis R. de, (1910), Au cœur de l’Atlas, mission au Maroc, Paris, Éditions Larose, 797 p.

Top of page

References

Electronic reference

David Goeury, « L’enclavement, une contrainte nationale devenue une opportunité mondiale ?  », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 27 February 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5427

Top of page

About the author

David Goeury

Géographe, Paris IV, lycée Descartes, Rabat, david.goeury@laposte.net

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page