Skip to navigation – Site map
Recompositions territoriales et dynamiques locales

En marge des grands chantiers touristiques mondialisés, l’émergence de territoires touristiques « informels » et leur connexion directe avec le système monde

Le cas de l’arrière-pays d’Essaouira au Maroc1
On the margins of the major globalized tourist sites, the emergence of «informal» tourist areas and their direct connection to the world system.
The case of the Essaouira hinterland in Morocco
Mohamed Berriane and Sanaa Nakhli
p. 115-122

Abstracts

The article analyzes the emerging and construction process of «informal» tourist areas on the margins of major official tourism projects and while emanating from grassroot initiatives are adhering to the globalization process. The current dynamics that are occurring in the city of Essaouira that fall outside any public policy illustrate a strong positive approach to the international spaces, and a withdrawal from rural areas, which results in connecting directly to the world system. The spread of this phenomenon through practically the whole of the country, where there exists an international tourist demand, is a new phenomenon of «grass roots globalization». This approach focuses on the global issues affecting Morocco as regards local socio-spatial dynamics and thereby integrating globalization activities in the move towards local development. This connection to the world system of socioeconomic and local cultural systems also leads to heritage processes strongly influenced by globalization where the «local” is re-discovered or re-constructed echoing a foreign demand.

Top of page

Full text

  • 1  Cet article reprend les résultats partiels d'un projet de recherche intitulé Systèmes territoriaux (...)
  • 2  Les 6 nouvelles stations du Plan Azur (Plage blanche, Taghazout, El Haouzia, Mogador, Lixus et Saï (...)

1Depuis 2000, une nouvelle dynamique s’est enclenchée au Maroc où le secteur touristique, qui s’inscrit à nouveau parmi les priorités nationales, connaît une reprise réelle après une traversée du désert qui a duré presque deux décennies (Berriane, 2009). La stratégie retenue, avec comme principal objectif d’atteindre une fréquentation internationale de 10 millions de touristes en 2010, est basée sur un positionnement offensif sur le balnéaire à travers le Plan Azur et ses six grandes stations programmées et partiellement réalisées2. Cette stratégie, malgré les risques environnementaux et l’accentuation du processus de littoralisation, se justifierait par le souci de reconquérir des parts de marchés internationaux supposées encore fortement portées par le balnéaire. Certes, des réajustements ultérieurs ont été apportés intégrant le tourisme culturel et de découverte ainsi que la demande intérieure dans un essai de rééquilibrage. Mais la composante balnéaire reste le moteur principal de cette relance, inscrivant le Maroc de façon très nette et volontariste dans le tourisme mondial et son produit standard malgré la richesse de son potentiel culturel. Il est certes prématuré aujourd’hui de vouloir analyser les effets économiques et surtout territoriaux de l’emprise de ces dynamiques de la mondialisation, à travers le tourisme. Cependant, si les grandes stations ne livrent pas encore leurs effets, la relance du tourisme et l’ouverture de plus en plus grande du pays sur le système monde à travers le tourisme commencent à marquer espace et société là où on l’attendait le moins. En effet, en marge de ces grands chantiers émergent et se construisent des territoires touristiques, parfois en dehors des politiques publiques, avec des moyens d’hébergements non hôteliers, souvent non reconnus par la nomenclature et les normes de classement officielles. Ils ont un pouvoir de remodelage de l’espace et de la société assez surprenant.

2Nous analyserons le processus d’émergence et de construction de territoires touristiques « informels » en marge des grands projets touristiques officiels. Leurs dynamiques, certes issues d’initiatives venues du bas, s’inscrivent tout de même dans le processus de la mondialisation, notamment par le canal de petits investisseurs étrangers ou issus de l’émigration. Elles répondent à une demande internationale, arrivée dans le sillage des grands projets ou par le biais des flux touristiques ordinaires. La connexion au système monde de systèmes socio économiques et culturels locaux débouche sur des processus de patrimonialisation où le « local » est redécouvert ou reconstruit en écho à une demande étrangère.

3L’exemple des dynamiques en œuvre aux portes d’Essaouira, qui ne relèvent d’aucune politique publique, illustre l’ouverture à l’international d’espaces reculés du milieu rural et connectés désormais de façon directe au système monde. La large diffusion de ce phénomène illustre, nous semble-t-il, un nouvel aspect de la mondialisation, soit une « mondialisation par le bas ». Il plaide surtout pour une démarche qui consisterait à aborder la question de la mondialisation au Maroc à partir des dynamiques socio spatiales locales et, en retour, l’intégration des interférences avec la mondialisation dans l’approche de la problématique du développement local.

1 - Des destinations touristiques « informelles » en gestation

1.1 - Des marges qui bénéficient de la proximité de stations redistributrices de flux

4Parallèlement aux politiques officielles prônant le tourisme balnéaire, on enregistre de plus en plus d’initiatives portant sur le développement d’un tourisme plus diffus en milieu rural essentiellement dans des espaces périphériques. Bien que l’État ait mis au point une stratégie pour accompagner ce tourisme, aujourd’hui ce sont des initiatives individuelles et de groupes qui priment. Un peu partout au Maroc, dans le nord (Rif et pays jbala), le sud atlantique (arrière-pays d’Agadir), le Maroc pré-atlasique (oasis du Draa et du Tafilalet) ou encore dans l’Atlas (Moyen Atlas et Haut Atlas), des espaces touristiques se structurent en marge des stations actuelles ou futures ou des grandes villes touristiques.

5L’arrière-pays d’Essaouira est un exemple de ces espaces touristiques en gestation à l’ombre des destinations « formelles ». La région est une sorte d’antichambre de la montagne atlasique fortement marquée par la présence de deux grandes confédérations tribales qui ont donné naissance à deux pays différents (Troin, 2004). Au nord, le pays Chiadma porte la marque de l’histoire depuis les Portugais du xvie siècle jusqu’à Essaouira, fondée en 1750 en passant par le mouvement maraboutique des Regraga. L’agriculture devient discontinue et l’apparition de l’arboriculture (oliviers, vignes et figuiers) annonce déjà la proximité de la montagne. Essaouira, petite capitale, jusqu’ici somnolente, s’est réveillée grâce au tourisme, élargissant son réseau relationnel à l’international. Au sud, le pays Haha est montagneux, isolé, car peu équipé en routes asphaltées. La cueillette prédomine avec la noix d’argan, les caroubes et les racines de thuya. Le pays Haha est structuré par un réseau de gros villages et de souks et se fait remarquer par un vide urbain. Les deux seuls centres d’importance sont Tamanar et Sebt Aït Daoud. Parler tachelhit (berbère du sud) largement répandu, enclavement, absence de ville et vie relationnelle portée par les souks font la personnalité originale du pays Haha. La province d’Essaouira figure parmi les plus pauvres du pays et constitue un champ privilégié pour les associations de développement local et les ONG qui cherchent à créer des conditions pour le développement d’activité génératrices de revenus. Parmi ces activités le tourisme figure en bonne place.

6Or, Essaouira est devenue depuis peu une destination touristique à croissance rapide passant de 448 lits et 30 000 nuitées au début des années 1990 à 4 206 lits et 250 000 nuitées en 2010. Mais l’originalité du tourisme de la ville réside dans l’importance de l’hébergement autre que l’hôtellerie qui se retrouve dans l’arrière-pays immédiat et éloigné de la ville.

1.2 - À une demande spontanée répond une offre également spontanée

7Au niveau du déclenchement du processus, les initiatives locales précèdent partout les initiatives internationales ou étatiques même si dans la plupart des cas l’activité touristique était pratiquement inexistante.

8Partie d’Essaouira puis diffusée dans l’arrière-pays, la demande touristique est arrivée de façon spontanée sans répondre, ni à une campagne promotionnelle des pouvoirs publics, ni à une initiative des promoteurs privés locaux. Nous sommes en présence d’un processus de « touristification » spontanée et de naissance d’une destination, fruit tout d’abord du regard porté par le visiteur étranger qui l’a révélée et qui a sélectionné, parmi toutes les potentialités, les éléments qui vont être mis en avant.

  • 3  Six nationalités européennes (France, Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie et Hollande) constitu (...)

9Afin de caractériser cette demande, une première enquête a été menée auprès de touristes hébergés dans les établissements hôteliers d’Essaouira, suivie d’une seconde réalisée auprès des touristes hébergés en milieu rural3. Les résultats de ces deux enquêtes révèlent un nouveau profil du touriste occidental attiré par le dépaysement, la connaissance de l’autre et la découverte d’un ailleurs différent du sien.

10La demande touristique a entraîné la valorisation du potentiel touristique de façon très sélective limitée à l’arrière-pays immédiat de la ville. Ceci démontre le poids de la demande dans la transformation d’un potentiel en un produit touristique et le rôle du jeu des acteurs dans ce processus (Violier, 1999 et 2001). Ils sont nombreux mais nous nous limitons ici aux acteurs locaux qui illustrent bien des effets inattendus de la mondialisation.

2 - Des initiatives locales et individuelles remarquables

11L’État a retenu comme composante de niche à développer le tourisme rural. Pour cela, il dispose à travers le ministère du tourisme d’une stratégie de développement. Mais celle-ci piétine encore au niveau de la méthode d’approche pour décliner les options retenues. De ce fait partout l’essentiel de ces dynamiques est à mettre au compte d’initiatives spontanées que ce soit au niveau de la demande ou de l’offre. Dans la région d’Essaouira, le développement du tourisme rural est porté essentiellement par des initiatives locales qui se manifestent par la production d’un parc d’hébergement, le montage de circuits et leur commercialisation de façon pratiquement informelle.

2.1 - Une mondialisation par le bas ?

  • 4  Selon le Bureau d’Initiative et de Tourisme Local, les structures classées sont 4 riads et 2 campi (...)
  • 5  L’identification sur Internet ne permet pas de compléter l’inventaire du terrain, car les propriét (...)

12L’une des particularités du tourisme rural dans la région est la multiplication des structures d’hébergement plus ou moins informelles. Officiellement, on dénombre 29 établissements dont 6 seulement sont classés4. En fait ces statistiques officielles cachent une réalité bien différente et plus dynamique. Ainsi, nous avons pu relever et cartographier près de 90 structures d’hébergement tous types confondus. Ceci, sans tenir compte de la vingtaine de chantiers en cours (juin 2010), ni de toutes les structures d’hébergement informelles louées par l’intermédiaire de réseaux personnels ou qui n’apparaissent que sur Internet. Nous n’avons pas pu les inclure dans notre inventaire5, mais les multiples sites web donnent une idée du dynamisme du secteur.

13Cinq types d’hébergement classés ou non classés sont proposés : des maisons d’hôtes ou riads, des hôtels, des auberges avec ou sans campings, des résidences ou des villages touristiques et l’habitat improvisé chez l’habitat. D’autres formes d’hébergement existent également comme le bivouac ou la caravane. Sur 89 structures d’hébergements répertoriées, 55 sont des maisons d’hôtes, 10 des hôtels, 13 des auberges, 5 des campings et 6 établissements combinant deux de ces différentes structures. Elles sont le fait essentiellement d’initiatives privées en majorité étrangère : plus de la moitié appartiennent à des ressortissants Français, suivis des Marocains (24%) et des Italiens (7%). Les premières initiatives reviennent aux Français qui ont construit des maisons d’hôtes ou des gîtes destinés aux touristes dès la fin des années 1990. Au début de la décennie suivante arrivent des Italiens, des Espagnols, des Belges et des Anglais, puis des Marocains (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Origine des propriétaires des structures d’hébergement dans l’arrière-pays d’Essaouira

Enquête personnelle, juin 2010 – Carte topographique au 50 000e – Réalisation M. Berriane et S. Nakhli

14Le phénomène n’est qu’à ses débuts car la première maison d’hôte n’a été créée qu’en 1996 et il s’accélère puisque les 2/3 l’ont été depuis 2005. Les investisseurs sont des individus ou des couples venus comme simples touristes et qui parfois décident de commencer une nouvelle vie sur place. Les capitaux mobilisés sont assez faibles. La diffusion de ce phénomène partout où existe à proximité une demande touristique internationale illustre nous semble-t-il un nouvel aspect d’une « mondialisation par le bas ». C’est souvent suite à un séjour touristique que la décision d’un retour avec installation définitive est prise. Initialement le projet concerne une résidence secondaire pour la famille, mais progressivement cette résidence est insérée dans le circuit commercial pour des locations ou des échanges.

  • 6  Entretien avec le propriétaire de Riad Morroco/Villa Saada, (20/04/2009).

Nous aimons voyager et sommes littéralement tombés amoureux du Maroc il y a quelques années déjà. Cette maison est notre maison de vacances et nous l’échangeons régulièrement contre des séjours dans le monde en adhérant à home exchange. Mais depuis 2007, nous ouvrons également cette maison à des hôtes de passage (nous préférons le terme «amis de passage») qui, comme nous, «aiment vivre» leurs vacances autrement6.

15L’installation peut aussi être l’aboutissement d’un projet d’investissement réfléchi. Dans ce cas il s’agit souvent de petits capitaux, résultat d’une épargne ou de ventes de biens en Europe.

  • 7  Entretien avec un futur propriétaire d’une maison d’hôte, (11/04/2009).

Essaouira représente un marché vierge et prometteur pour les petits capitaux européens. Le marché des investissements est presque saturé chez nous, et les idées sont consommées, contrairement au Maroc où il y a toujours moyen de concrétiser certaines idées et faire fortune7.

16Le choix de s’installer et d’investir dans l’arrière-pays d’Essaouira peut s’expliquer aussi par l’attraction exercée par la ville et ses environs sur des visiteurs épris de nature et de culture.

  • 8  Entretien avec le propriétaire de Casa Naïma (31/03/2009).

Nous étions épris d’Essaouira, mais son arrière-pays nous a séduits le plus et nous a rappelé notre enfance que nous avons vécue en montagne au sud de la France. Nous avons décidé donc de démissionner de nos fonctions [enseignants du primaire] et avons acheté cette maison que nous avons aménagée et convertie en une maison d’hôte rurale avec tout le confort citadin. Nous y résidons avec nos enfants8.

17Le mariage avec un conjoint marocain de la région peut aussi être à l’origine de ce choix.

  • 9  Entretien avec le propriétaire de « Maison Essaouira » (02/04/2009).

J’ai toujours vécu en bord de mer et de ce fait pratiqué la voile en croisières et en régates. Grâce au bateau, je me suis retrouvé un jour à Essaouira. J’ai tout d’abord été séduit par sa médina et son port, puis par Samira... C’est en 2009 que nous avons décidé d’acheter un terrain sur lequel nous avons construit notre maison d’accueil de façon traditionnelle en pierre et tassiout9.

18Les nouveaux résidents font état de motivations plurielles qui se rejoignent dans une aspiration commune : vivre mieux. Elles relèvent à la fois de la recherche de l’aventure et des opportunités de petits investissements pour des couples voulant refaire leurs vies. Ces motivations personnelles sont de trois ordres. Elles sont économiques en rapport avec le coût de la vie au Maroc par rapport au pays d’origine. L’installation au Maroc est alors perçue et vécue comme une alternative, une solution durable à une situation socio-économique difficile. Elles peuvent être aussi d’ordre psychologique. C’est la crise des 50 ans qui a été avancée par certaines personnes âgées avec le désir de changer de vie. Elles peuvent également être d’ordre familial avec le besoin de construire une famille suite à un mariage (Berriane et al., 2010).

19Dans tous les cas de figures, une interrogation conceptuelle et méthodologique s’impose. Pourquoi ne pas appréhender ces nouveaux résidents comme des immigrés ? Si le terme de migrant n’est pas souvent utilisé à leur égard, il apparaît clairement à travers les entretiens que l’évolution de ces nouveaux résidents renvoie à des caractéristiques qu’on retrouve souvent chez des migrants vivant dans une société d’accueil. Poser cette question c’est mettre le doigt sur un nouvel aspect de la mondialisation.

2.2 - Une grande capacité de mise en tourisme par le bas

20Qu’ils soient étrangers ou marocains, les propriétaires de maisons d’hôtes et d’auberges engagent des actions qui viennent s’ajouter à celles d’autres intervenants (associations de développement local, ONG internationales, certains groupes sociaux), le tout convergeant vers une mise en tourisme par le bas à la fois inattendue et non concertée.

21L’arrivée des petits porteurs de projets d’hébergement à Essaouira reste cependant le principal moteur de la mise en tourisme de la région. Bien que ne relevant ni d’un plan de développement, ni d’un plan d’action quelconque, ces petites initiatives cumulées fournissent une capacité totale de l’ordre de 1 743 lits non compris les campings ou la location chez l’habitant, soit un peu moins de la moitié de la capacité hôtelière en lits actuelle de la ville d’Essaouira (4 206 lits en 2010). Mais si on prend en compte le caractère extensible de la capacité d’hébergement des maisons d’hôtes avec la multifonctionnalité des chambres de la maison marocaine (salles de séjour pendant la journée et chambres à coucher la nuit) et les locations par groupes et non par chambre individuelle, cette capacité devrait être au moins doublée.

22Contrairement aux établissements hôteliers, les maisons d’hôtes sont fonctionnelles toute l’année et font appel à un personnel permanent, originaire pour la plupart de la ville d’Essaouira ou de Marrakech. En général, chaque structure emploie au moins 3 personnes : une personne pour le ménage, une autre pour la cuisine et une troisième pour le gardiennage et l’entretien, ces effectifs pouvant augmenter en haute saison. Elles proposent la restauration sur place à base de produits du terroir mettant en valeur la gastronomie locale ou les plats marocains les plus répandus et sollicités par les touristes. Ajouté aux emplois locaux, l’approvisionnement en produits alimentaires locaux engendre des retombées sur les économies locales non négligeables.

23Les initiatives ne se limitent pas toujours à des maisons de deux ou trois chambres à usage familial ou commercial ou les deux à la fois. De véritables complexes d’une capacité comprise entre 100 et 300 lits se développent, notamment dans les douars El Ghazoua et Lamssassa. Citons ici les cas de la résidence touristique du « Riad de l’Arganeraie » (120 lits) et du complexe « Douar Souiri » (300 lits) qui offrent, le premier 10 villas et le second 13 villas et 12 appartements. Ce nouveau concept pour la région et pour le tourisme rural allie accession à la propriété et gestion hôtelière au sein d’un lieu de villégiature haut de gamme, avec des équipements communs comme la piscine et le club house, un service d’entretien des biens et une gestion locative pour amortir l’investissement. Plusieurs complexes semblables sont actuellement en cours de construction.

24Bien qu’étant le résultat d’initiatives individuelles non planifiées, ces implantations se font remarquer par une certaine recherche architecturale. Celle-ci ne se limite pas seulement à la reproduction de modèles rappelant l’architecture du sud, mais reprend également le type de maison locale y compris dans l’utilisation des matériaux de construction.

2.3 - La structuration d’un territoire de projet touristique

25Ces structures d’hébergement se concentrent généralement dans l’arrière-pays immédiat d’Essaouira, à l’intérieur d’une zone en forme d’éventail joignant Sidi Kaouki au sud à Moulay Bouzerktoune au nord, en passant par Larbaa Ida ou Guerd au centre. La capacité augmente à proximité d’Essaouira, principal centre d’intérêt de la région, notamment au douar El Ghazoua qui concentre à lui seul plus d’un tiers de l’offre existante, suivi de douar Lamssassa avec 17%, puis Sidi Kaouki et Larbaa Ida Ou Guerd. Cette zone a été la première concernée par la demande spontanée apparue au cours des années 1990, mais la diffusion du phénomène vers l’intérieur se répand depuis 2003 (fig. 2)

Fig. 2

Fig. 2

Capacité en lits des structures d’hébergement dans l’arrière pays rural d’Essaouira

Enquêtes personnelles, mars-avril 2009 et juin 2010 – Carte topographique au 50 000e – Réalisation M. Berriane et S. Nakhli

26La structuration de ce territoire se fait également par les nombreux circuits conçus par des initiatives locales et qui complètent ceux des agences de voyages régionales de Marrakech ou d’Agadir. Pour la randonnée, ce sont des circuits à thèmes : circuit de l’arganier, de l’oasis, de l’aventure, des sources, etc. La richesse de cette offre alors que nous sommes au début d’un processus est remarquable. Comme la capacité d’hébergement, ces circuits se concentrent dans la zone centrale qui se déploie en forme d’éventail à partir d’Essaouira, avec là aussi quelques antennes vers le sud, le nord et l’intérieur.

27Ce processus observé dans la région d’Essaouira se retrouve un peu partout au Maroc ce qui démontre que la mise en tourisme de l’espace rural marocain s’enclenche à partir d’un noyau central, point de départ de la diffusion du phénomène touristique qui s’élargit avec le temps grâce à des initiatives venues du « bas ». Souvent, les actions de l’État pour structurer et développer le tourisme rural viennent se greffer sur ces territoires. Cependant ces interventions étatiques englobent ces territoires dans des unités administratives telle que la province ce qui leur fait souvent perdre leurs cohérences.

3 - La patrimonialisation
par la mondialisation

3.1 - La construction d’une image virtuelle
de la destination et la réinvention du local

28Officiellement, le projet de pays touristique de la région d’Essaouira n’existe pas mais pourtant il fonctionne en tant que tel de façon pratiquement informelle grâce aux diverses actions de ces petits porteurs de projets, acteurs du développement et qui façonnent d’une manière palpable l’image de la destination. Pour fidéliser leur clientèle et prolonger la durée de séjour, ils font preuve d’innovation et d’un certain professionnalisme : intégration des produits du terroir dans la restauration, organisation d’excursions, visites de coopératives, stages d’initiation à de petits métiers (extraction de l’huile d’argan), soins corporels (hammam traditionnel), cours de danse orientale, initiation à la cuisine locale et aux arts locaux (travail du thuya, musique, poterie, peinture), parcs de jeu pour enfants, soirées à thèmes, etc. Quelques propriétaires offrent également la possibilité d’accueillir des séminaires, des colloques ou des manifestations scientifiques et culturelles. Ils essaient également de tirer profit des services et activités existants à proximité de leurs structures. Il s’agit principalement de la possibilité de s’adonner aux sports nautiques (planche à voile, pêche, kitesurf, baignade, plongée…), à la chasse, aux randonnées diverses (équestres, chamelières, pédestres, quad, 4/4, cyclisme). Même informelle, leur force de vente est assez efficace grâce à l’opportunité qu’offre internet. En l’absence de promotion officielle et professionnelle, la commercialisation se fait par la toile.

29Toutes les structures d’hébergement inventoriées dans notre enquête figurent sur le web avec des pages en différentes langues, soit à travers des sites de publicité, soit à travers leurs propres portails. Mais ils font appel aussi à d’autres moyens comme des insertions dans des guides ou magazines de tourisme locaux, le passage par quelques agences de voyage et la distribution d’affichettes ou de vrais dépliants dans les hôtels situés au cœur de la ville, dans les kiosques, les téléboutiques, voire même dans la Délégation Provinciale du Tourisme. Les sites, affiches et dépliants décrivent les services offerts, le potentiel existant, les activités que les touristes peuvent exercer et la structure d’accueil ainsi que les thèmes des séjours. À travers cette multitude d’insertions, une image virtuelle de la destination s’est construite et sa promotion est aujourd’hui acquise. Un produit local a été élaboré grâce aux populations et associations, connectées directement au système monde sans relais ni intermédiaire. Il débouche sur des processus de patrimonialisation fortement marqués par la mondialisation.

3.2 - Une patrimonialisation qui passe par le regard de l’autre

30Le développement du tourisme au Maroc, notamment avec sa composante culturelle et rurale, la prise en compte des paysages naturels ou humanisés, le rapport au passé, à la mémoire et à l’histoire, les réflexions sur le développement local, prenant en compte les héritages socio-économiques et les savoir-faire sont aujourd’hui autant d’occasions où le terme patrimoine revient avec insistance. Alors que jusqu’à une date récente le patrimoine et surtout sa sauvegarde, concernaient essentiellement les monuments historiques, héritage architectural, notamment dynastique, les centres historiques des anciennes capitales et quelques composantes culturelles citadines comme la musique andalouse, soit un patrimoine surtout urbain, aujourd’hui, les regards se déplacent ailleurs.

31Pris par une véritable « fièvre patrimoniale », décideurs et acteurs du développement quittent la ville pour appréhender les processus de patrimonialisation en cours dans les campagnes. L’élargissement de la réflexion ne se limite pas ici aux paysages naturels ou humanisés, mais s’empare des territoires, métiers, pratiques et productions traditionnelles. Ceci s’explique essentiellement par l’intérêt croissant des institutions nationales et internationales, pour le patrimoine en tant qu’outil de développement local.

32À Essaouira et sa région, des produits, des métiers et des savoir-faire, oubliés depuis longtemps ou banalisés sont et vont être redécouverts souvent à travers une demande étrangère pour revendiquer subitement un statut de patrimoine. Valorisés certes aux yeux des populations locales, ces héritages vont se trouver au centre d’importants enjeux qui ne débouchent pas forcément sur des retombées positives sur les populations. Ceci est le cas notamment de l’huile d’argan qui fait désormais la réputation de la région d’Essaouira et que nos porteurs de projets insèrent comme une des composantes majeure dans leur produit. La patrimonialisation de cette huile a été poussée le plus loin possible jusqu’à obtenir une Indication Géographique. Mais si la certification de ce produit fut synonyme de valorisation et de retombées indéniables sur les communautés locales dans un premier temps, les dérapages sont nombreux suite justement à cette patrimonialisation. Problèmes d’appropriation du concept par les acteurs locaux, risque non négligeable de banalisation et de normalisation des ressources territoriales, exclusion du processus de valorisation de la ressource des véritables porteurs et titulaires des droits d’usage, concurrence rude et conflits entre acteurs au détriment de la ressource sont quelques-uns des problèmes rencontrés par ce processus de patrimonialisation de l’huile d’argan (Romagny et Boujrouf, 2010).

33Cette patrimonialisation qui transite par l’étranger peut aussi brouiller les images. Par exemple, si la recherche architecturale est fortement présente dans la conception des maisons d’hôtes, le style architectural prédominant est totalement déterritorialisé. La plupart des bâtiments répondent au modèle de la Kasbah du sud marocain avec un patio au centre. Les initiateurs étrangers de ces projets expliquent ce choix par la fascination qu’a exercé sur eux cet habitat en terre du sud. Quelques-uns ajoutent que ne pouvant réaliser leurs projets dans le sud car plus chaud, ils ont satisfait leurs souhaits dans l’arrière-pays d’Essaouira au climat plus agréable. Ce patrimoine revisité par l’étranger avec la multiplication du style kasbah dans toutes les régions du Maroc, brouille l’image d’un Maroc aux spécificités culturelles locales et régionales très fortes.

34Reste enfin une interrogation obsédante sur le rapport des Marocains au patrimoine devant la multiplicité des initiatives prises par des étrangers qui découvrant des héritages marocains séculaires n’hésitent pas à les valoriser en leur affectant de nouvelles fonctions. Les premières initiatives pour ouvrir des maisons d’hôtes à Essaouira ont été le fait des étrangers et les Marocains sont arrivés dans leur sillage. Ailleurs, les reconversions de nombreuses kasbah dans le sud et les acquisitions et rénovations d’anciennes demeures dans les centres anciens sont souvent, également le résultat des initiatives des étrangers, les Marocains se contentant de suivre l’exemple longtemps après. Pourquoi ce manque d’initiatives de la part des Marocains ? Est-ce l’effet de la proximité ? Ou une particularité dans le rapport aux choses du passé ? (Berriane, 2010).

Conclusion

35La région d’Essaouira est connue à l’échelle internationale par sa principale destination, la ville elle-même et son attractivité principale, le tourisme culturel. Prochainement, l’offre sera complétée par la station de Mogador qui est un « resort » en cours de réalisation dans le cadre du Plan Azur. Aborder le couple tourisme/mondialisation dans la région, c’est mettre en évidence les rapports entre ce choix de planification et la demande mondiale en tourisme balnéaire et culturel et les canaux de connexion des espaces concernés avec le système monde, connexions qui passent par des relais formels et structurés. Or, nous avons essayé de démontrer que tourisme et mondialisation peuvent se décliner autrement et de façon inattendue en marge de ces grands chantiers mondialisés. La conjonction d’initiatives et d’actions locales destinées à répondre à une demande touristique imprévue peut déboucher sur des processus nouveaux et des constructions territoriales originales. Initiés par le bas, ces processus aboutissent à des constructions de territoires d’accueil touristique qui bien qu’informels sont aussi connectées directement au système monde. Leurs effets sont importants sur les processus d’une patrimonialisation qui passe par le regard de l’autre.

Top of page

Bibliography

Berriane M., (2010), Patrimoine et patrimonialisation au Maroc, Hesperis-Tamuda, vol. XLV, (2010), p. 11-17.

Berriane M. et al., (2009), Le tourisme au Maroc : le monde des paradoxes, in Tourisme des nationaux, tourisme des étrangers. Quelles articulations en Méditerranée ?, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Rabat, série Essais et Études, no 41, 277 p.

Berriane M., Aderghal M., Idrissi Janati M. et Berriane J., (2011), L’immigration vers Fès. Le sens des nouvelles dynamiques du système migratoire euro-africain, [en ligne].

Romagny B. et Boujrouf S., 2010, La ruée vers l’huile d’argan, chronique de la patrimonialisation d’un terroir marocain, Hesperis‑Tamuda, vol. XLV, p. 151-156.

Troin J.-F., (2004), La transition sud-atlantique : Chiadma et Haha, in J.-F. Troin (éd.), Maroc : régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve & Larose, Rabat, Tariq, p. 245-250.

Violier Ph., (2001), « La mise en tourisme vue par les géographes », in Sacareau I. et Vacher L. (éd.), La mise en tourisme des lieux et des espaces, processus, périodisations et variations régionales, La Rochelle, Let-Otelo, 2001, p.15-22.
(1999), « Les acteurs du système touristique et leurs logiques spatiales », in Philippe Violier (dir.), L’espace local et les acteurs du tourisme, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

Top of page

Notes

1  Cet article reprend les résultats partiels d'un projet de recherche intitulé Systèmes territoriaux et articulation du local et du régional financé par l'Académie Hassan II des Sciences et Techniques.

2  Les 6 nouvelles stations du Plan Azur (Plage blanche, Taghazout, El Haouzia, Mogador, Lixus et Saïdia) ont été identifiées et concédées à des aménageurs développeurs privés, souvent internationaux.

3  Six nationalités européennes (France, Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie et Hollande) constituent l’essentiel de la demande pour Essaouira (87%). Les profils sont divers (jeunes, étudiants, employés, membres de profession libérale ou retraités. Le motif principal du séjour est la culture (63%) couplée à la recherche du tropisme balnéaire (62%). Mais ceux qui pratiquent la randonnée en milieu rural sont encore plus jeunes (les moins de 45 ans représentent 65%) avec davantage de membres de professions libérales, de couples mariés (71% contre 56%), plus de Français (62% contre 46%). Les groupes sont plus nombreux. Le principal canal de promotion de la région semble être le bouche à oreille (62%), suivi de loin par les guides touristiques (14%) et Internet (12%). La durée de séjour moyenne est de 8,3 jours, supérieure à la moyenne marocaine. Les motivations sont la recherche du calme, de la nature et de « l’authenticité » ainsi que le rejet du tourisme de masse.

4  Selon le Bureau d’Initiative et de Tourisme Local, les structures classées sont 4 riads et 2 campings, alors que les structures non classées sont 2 hôtels, 9 maisons d’hôtes, 3 riads, 3 campings, 4 auberges et 2 résidences.

5  L’identification sur Internet ne permet pas de compléter l’inventaire du terrain, car les propriétaires n’affichent qu’une localisation assez approximative de leurs maisons et renvoient toujours à leurs coordonnées personnelles dans leurs pays d’origine.

6  Entretien avec le propriétaire de Riad Morroco/Villa Saada, (20/04/2009).

7  Entretien avec un futur propriétaire d’une maison d’hôte, (11/04/2009).

8  Entretien avec le propriétaire de Casa Naïma (31/03/2009).

9  Entretien avec le propriétaire de « Maison Essaouira » (02/04/2009).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Origine des propriétaires des structures d’hébergement dans l’arrière-pays d’Essaouira
Credits Enquête personnelle, juin 2010 – Carte topographique au 50 000e – Réalisation M. Berriane et S. Nakhli
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5437/img-1.png
File image/png, 744k
Title Fig. 2
Caption Capacité en lits des structures d’hébergement dans l’arrière pays rural d’Essaouira
Credits Enquêtes personnelles, mars-avril 2009 et juin 2010 – Carte topographique au 50 000e – Réalisation M. Berriane et S. Nakhli
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5437/img-2.png
File image/png, 1.4M
Top of page

References

Electronic reference

Mohamed Berriane and Sanaa Nakhli, « En marge des grands chantiers touristiques mondialisés, l’émergence de territoires touristiques « informels » et leur connexion directe avec le système monde », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 01 June 2013, connection on 30 August 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5437

Top of page

About the authors

Mohamed Berriane

Équipe de recherche sur la région et la régionalisation, Université Mohamed V, Agdal, Rabat, mohamed.berriane@yahoo.fr

By this author

Sanaa Nakhli

Équipe de recherche sur la région et la régionalisation, Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme – Rabat,assanaa@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page