Skip to navigation – Site map
Recompositions territoriales et dynamiques locales

Marrakech, insertion mondiale et dynamiques socio-spatiales locales

Marrakech, world integration and local socio-spatial dynamics
Anne-Claire Kurzac-Souali
p. 123-132

Abstracts

Morocco has become increasingly connected to global space with the towns becoming the showcase of this adopted situation. The study of the local socio-spatial dynamics and the links, both locally and globally, between the towns and the world, clearly indicates the transformations that occur locally with regards to the social conditions and areas, together with the impact on the inhabitants. Marrakech is a prime example of this process due to its opening to the world and the international influence it has had for the past two decades. Its adaptations and its forms of global appropriation have led to a reorganization of both urban and suburban spaces that often weaken a socio-spatial equilibrium that is already uncertain.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1La ville de Marrakech est la ville la plus visitée du Maroc et la plus médiatisée à l’international. Son rayonnement repose sur sa capacité d’attraction touristique en raison de son patrimoine, de sa proximité géographique avec l’Europe et des efforts consentis par l’État pour assurer à la ville une meilleure connexion au reste du monde.

1 - Marrakech : une ville attractive et de rayonnement mondial

1.1 - Le tourisme, une activité ancienne et un ancrage à l’économie mondiale

  • 1  Voir à ce sujet les journaux de voyage de l’époque et notamment la revue Atlas, « Tourisme et hive (...)
  • 2  L’ONMT a participé en 2008  pour la première fois  aux foires de tourisme d’Oslo, d’Helsinki et de (...)

2L’attractivité touristique de Marrakech date du Protectorat, lorsque les premiers voyageurs orientalistes laissent rapidement place à des touristes réalisant des circuits dans le sud et dans les anciennes capitales. Le tourisme de séjour à Marrakech était cependant limité à une clientèle aisée et peu nombreuse résidant dans le quartier de l’hivernage1. Depuis l’indépendance, le flux de touristes n’a cessé d’augmenter. La ville bénéficie d’une dimension imaginaire forte chez les Occidentaux, entretenue par les médias, internet et les films dont les images et les lieux retranscrits soutiennent la promesse d’un dépaysement. La construction ancienne de l’image exotique de la ville permet aux autorités marocaines et aux acteurs du secteur touristique de profiter d’une fréquentation touristique accrue à partir des années 1960 et renouvelée depuis les années 1990, notamment par un tourisme plus diversifié et prégnant. Le secteur du tourisme devient alors un agent de développement économique autant qu’un moteur des aménagements et des nouvelles dynamiques urbaines. À partir de 1998, et pour la première fois, les arrivées dans les hôtels de Marrakech dépassent celles d’Agadir montrant la progression du tourisme culturel et les nouvelles attentes des touristes (Berriane, 2003). En janvier 2010, selon l’observatoire du tourisme, Marrakech représente 36 % des nuitées contre 26 % pour Agadir. Compte tenu de sa proximité historique et géographique, l’Europe constitue le premier vivier de touristes et de travailleurs étrangers. Les Français sont les plus importants en nombre et en nuitées mais le fort pouvoir d’attraction de Marrakech lui permet de dépasser les flux de proximité. À l’aéroport de Marrakech, en 2008, on note que les Occidentaux représentent 86 % des entrées. Les Européens sont fortement majoritaires avec 79 % des entrées pour la zone UE et 3 % d’Européens hors de l’UE. L’Amérique et l’Australie ne représentent que 3 % des entrées devant le Maghreb et le Moyen‑Orient avec respectivement 0,6 % et 0,14 % pour l’Afrique, sous-représentés malgré la proximité géographique, culturelle et religieuse. Les statistiques de 2005 à 2008 des arrivées de touristes à l’aéroport Marrakech-Ménara indique une percée des touristes venus d’Europe du Nord (Irlande, Pologne, Finlande, Norvège2), de la Péninsule arabique (EAU, Koweït) et d’Asie (Japon, Corée du sud, Chine). Le réseau touristique de Marrakech s’élargit avec le développement des flux intercontinentaux selon un phénomène géographique de nature réticulaire à l’échelon mondial, même si les flux régionaux restent largement dominants avec une prépondérance du fuseau eurafricain (logique aréolaire). Cependant on note aussi une augmentation conséquente des touristes nationaux. Marrakech constitue la première destination nationale pour les Casablancais et les habitants de Rabat. Son accès est facilité par la mise en service de l’autoroute Casablanca‑Marrakech en 2007 et la campagne Kounouz Biladi (« les trésors de mon pays ») qui offre des tarifs préférentiels aux résidents dans des structures d’accueil hôtelières. L’attraction touristique de Marrakech est donc également visible dans le tourisme national et l’échelon local est devenu une dimension désormais incontournable qui participe à la diversification des touristes.

1.2 - Une (re)connaissance internationale amplifiée par le rôle des médias et les NTIC3

  • 3  NTIC : Nouvelles technologie de l’information et de la communication.
  • 4  Nous entendons par « espaces people », les lieux sélectionnés par la jet-set et exploités pa (...)

3Marrakech a renforcé depuis deux décennies son rayonnement et sa visibilité à l’international par une meilleure connexion à l’espace mondialisé avec les nouveaux médias et les moyens de communication actuels (NTIC). Le « produit médina » est devenu un créneau porteur pour obtenir l’audience d’un large public en quête de dépaysement et d’altérité. Au cours de la fin des années 1990 et du début de la décennie 2000, le poids des représentations visuelles est manifeste dans l’installation d’étrangers à Marrakech. Dans les reportages, la ville (et surtout sa médina) est désignée comme un eldorado à investir (Capital sur M6, été 1998) et comme un ensemble d’espaces patrimoniaux « vierges » et encore vivants (Des racines et des ailes, sur France 3). Le troisième type de reportages (Saga sur TF1) façonne Marrakech selon les modes de représentation des « espaces people4». La presse écrite valorise le caractère festif de la ville moderne et les caractéristiques architecturales et patrimoniales de la médina. Les revues sont le reflet d’une géographie de l’enchantement vendue par des médiateurs professionnels (rédacteurs, professionnels du tourisme et l’Office du Tourisme Marocain). Elles « déréalisent » ainsi la ville en la réduisant à des paysages de loisirs et d’agrément participant à un « enchantement du monde »(Winkin, 1998 ; p. 138). Internet est également un outil incontournable. Il établit une proximité avec le lointain géographique et facilite sa consommation par les moyens qu’il donne aux acteurs économiques (publicité, information rapide, vente en direct). L’expansion et l’utilisation généralisée d’internet comme un outil de communication globale (informations, mise en réseau, communication, commercialisation) depuis une quinzaine d’années a contribué à augmenter le rayonnement de la ville auprès des internautes du monde entier, des investisseurs étrangers et des touristes. La profusion des sites sur la ville (blogs, portails d’information, sites professionnels du tourisme) permet également de mesurer son rayonnement et son attractivité à l’international.

1.3 - Une meilleure connexion à l’espace mondial

  • 5  Une étude de BMCE Capital de juillet 2005 souligne la croissance soudaine du trafic durant l’anné (...)

4La visibilité de la ville de Marrakech est renforcée par les politiques de l’État et de ses institutions gouvernementales. L’Office National du Tourisme Marocain a développé des stratégies de promotion touristique de la ville de Marrakech dans les grandes capitales européennes par des campagnes publicitaires, des salons du tourisme et des manifestations culturelles (exposition aux Galeries Lafayette de Paris de l’artisanat marocain et des créations de jeunes designers marocains en 2009). Depuis les années 1990, et sous les recommandations de la Banque mondiale (rapport de 1995), le choix de l’ouverture s’est aussi concrétisé sous la forme d’un encouragement aux investissements directs étrangers dans de nombreux secteurs de l’économie du royaume et en tête celui du tourisme. Cette démarche a été soutenue par la création des CRI (Centre d’Investissement Régionaux), le développement d’avantages fiscaux et une libéralisation mesurée du transport aérien et du ciel marocain consolidant ainsi une ancienne tradition d’échange avec l’Europe. Le nombre de dessertes et de fréquences a fortement augmenté avec une meilleure connexion directe à l’Europe, et de façon plus systématique, par les services de la compagnie nationale Royale Air Maroc et par les vols des compagnies charters. La baisse des coûts des transports a favorisé l’augmentation considérable du nombre d’entrées de visiteurs d’origines plus variées et l’accroissement des courts séjours5. Marrakech-Menara est le deuxième aéroport de transit des passagers internationaux avec 23 % des passagers derrière le hub de Casablanca Mohamed V (50 %) et devant celui d’Agadir Al Massira (9 %).

2 - Un territoire réorganisé par des nécessités économiques mondialisées

    5L’analyse des évolutions socio-économiques de la ville et de ses paysages montreront que les nouvelles activités économiques avec le tourisme sont autant des agents de modernisation, de brassage et de mise aux normes des lieux aux standards internationaux, qu’un motif de préservation des différences et des spécificités locales.

    2.1 - De l’hôtel club à l’éco-lodge, une adaptation aux nouvelles exigences des touristes internationaux 

    Fig. 1

    Fig. 1

    L’accueil touristique : de l’hôtel-club à la maison d’hôtes en médina À gauche hôtel-club de l’avenue Mohamed VI (Atlas Asni) – À droite riad‑maison d’hôtes Dar Karma

    Source : A.-C. Souali

    6Les hôtels-club constituent les infrastructures les plus répandues dans la ville sous la forme de complexes plus ou moins grands. Les groupes internationaux (FRAM, Marmara, Atlas Voyages) dominent le marché des nuitées et continuent d’étendre leur capacité en lits. Les complexes sont désormais situés en périphérie de la ville à l’image du nouveau site « Dar Atlas » installé sur une superficie de 12 ha comprenant 1 000 lits et de nombreux services et loisirs. La fonction récréative est primordiale pour les touristes qui peuvent bénéficier d’équipement de détente, loisirs et divertissements variés. Marrakech offre la possibilité de pratiquer un tourisme de type international où le logement est assuré en hôtels confortables et aux services standardisés (cuisine internationale, buffet, chambres équipées, hôtels‑club avec piscine et animation). Le repos est prioritaire et la stratégie de l’isolement en hôtel est assez courante, il devient même refuge après une plongée dans les souks ou sur la place Jemâa el Fna.

    Fig. 2

    Fig. 2

    Boutique dans le souk : de la tradition à l’ethnique chic transnational

    Source : A.-C. Souali

    7À l’inverse, le tourisme culturel repose davantage sur une immersion dans la ville et notamment dans le centre ancien à la découverte de ses monuments, de son patrimoine et de ses ruelles saturées d’animation. La grande réussite de Marrakech, à l’opposé de Rabat, Fès et Meknès, est d’avoir su transformer cette offre touristique incluse dans des circuits (celui des villes impériales) en produit de séjour grâce à ses qualités urbaines et ses espaces de loisirs. Le nombre de touristes pour des séjours à Marrakech ne cesse de progresser. La multiplication des hôtels en médina parfois de grande capacité ou le développement des riads-maisons-d’hôtes dans les années 1990 permettent également aux touristes de vivre en médina. La réutilisation fonctionnelle des anciennes maisons offre un type d’accueil qui répond avec pertinence à une demande nouvelle en pratiques touristiques plus individuelles et en contact avec la vie locale et ses habitants. Il s’agit par les lieux de trouver un dépaysement authentique. « On se déplace physiquement dans l’espoir d’être transporté mentalement par la beauté ou l’authenticité des choses et d’accéder à leur sens caché » (Amirou, 2000, p. 12). En médina, les touristes viennent découvrir l’atmosphère d’une ville ancienne encore fonctionnelle. Enfin, la possibilité de vivre l’effervescence de Marrakech en journée et la détente et le repos en périphérie le soir dans des eco-lodges, des maisons d’hôtes arborées ou des fermes écologiques montre la pluralité des offres disponibles à l’échelle de la métropole et le degré de spécialisation et d’innovation des produits touristiques. Le réseau de touristes s’est élargi avec des profils de plus en plus hétéroclites. Marrakech était une ville de passage sale et chaude mais promesse d’aventures et de dépaysement exotique dans les années 1980, elle devient depuis une quinzaine d’années une ville soucieuse de son image, embellie et toujours dépaysante mais où la détente et le repos sont désormais possible, facilitant ainsi la fixation des touristes occidentaux.

    2.2 - Une ville consommée et mise en scène pour l’international et qui séduit à l’échelle locale

    8« (…). Cosmopolite et internationale Marrakech, à l’instar de Madrid, Paris, Barcelone et Londres, surprend par son énergie créative. Les remparts, jardins et palais somptueux de l’âge d’or de la cité impériale, sont aujourd’hui le décor d’une effervescence culturelle, artistique et économique. Marrakech, c’est se dépayser en l’espace d’un vol d’avion (…). S’activer dans un shopping effréné ou se relaxer avec le rituel bien-être dans l’un des multiples spas de la ville ? Déguster un tajine traditionnel ou tester les tapas marrakchi du dernier lounge bar tendance ? Se fondre dans la foule animée de la place Jemaa El Fna ou finir la soirée dans une boîte branchée au son des plus grands DJs ? (…) ».

    Fig. 3

    Fig. 3

    Des constructions architecturales conciliant techniques normalisées et spécificités locales – À gauche La nouvelle gare de Marrakech – À droite le nouveau terminal de l’aéroport

    Source : A.-C. Souali

    9Ce message introductif du portail officiel de Marrakech réalisé par l’ONMT en 2009 est un résumé en lui-même de l’évolution des formes de tourisme développées à Marrakech et des stratégies d’intégration à la mondialisation et au tourisme international. Les qualités premières de la ville (patrimoniale, climatique et artisanale) qui permettent l’immersion dans un environnement dépaysant sont supplantées depuis une décennie par des nouveaux paramètres permettant d’étendre la clientèle touristique et son pouvoir d’attraction. La ville est vendue comme un ensemble de lieux à consommer, une cité du loisir aux qualités parfois contradictoires : la tradition et le patrimoine se mêlent à la modernité, les divertissements typiques (achat dans les souks, hammam et animation de la place Jemâa el Fna) aux divertissements modernes (lounge, discothèque, spa), la détente et le repos à l’effervescence de la ville, de sa foule et de ses activités. Enfin la dimension mondiale et people de la ville est soulignée par l’évocation du cosmopolitisme et la présence des DJs internationaux. La ville devient un divertissement et la réussite de cette vision tient à la complémentarité et au renouvellement des offres touristiques.

    • 6  Hôtel de commerce. L’équivalent du caravansérail au Moyen-Orient et en Asie occidentale.

    10Depuis le milieu des années 1990, les nouveaux investisseurs (restaurateurs, patrons de lounge, hôteliers, gestionnaires de maisons d’hôtes) utilisent l’ambiance des maisons anciennes, la charge émotionnelle des espaces patrimoniaux et mettent en scène « une médina à vivre » : vivre dans une maison en médina, dîner dans le patio d’une maison, prendre un verre dans un lounge-bar installé dans un foundouk6, suivre une exposition de photographies à thème dans les alcôves d’une maison restaurée … Cette utilisation mercantile du mode d’habiter en médina et ses réappropriations participe à sa reconnaissance et à sa valorisation.

    Fig. 4

    Fig. 4

    Embellissement et paysages de la mondialisation dans la ville moderne et en médina – À gauche Gueliz : un espace central transformé selon des référents standardisés – À droite KFC et Koutoubia : spécificités locales et culture mondiale

    Source : A.-C. Souali

    Fig. 5

    Fig. 5

    La mise en valeur des identités culturelles : exemples de  maisons restaurées en médina dans le respect de leur architecture d’origine. À gauche Dar Cherifa : café littéraire et lieu d’exposition (quartier Mouassine), à droite Riad Isabel (Bab Doukkala)

    Source : A.-C. Souali

    • 7  Dossier « L’événement spatial en débat », l’Espace géographique, no 2000-3, p. 193-236.

    11La mise en scène de la ville est renforcée par le développement des secteurs de l’évènementiel et des loisirs. La programmation de manifestations culturelles extra-muros permet de contrebalancer la centralité culturelle de la médina et de diversifier les animations. Marrakech s’affirme par ces nouveaux services culturels comme une métropole mondiale dynamique, créative et innovante. Elle véhicule à l’international l’image d’une ville moderne, tolérante et festive. Les manifestations sortent la ville de l’ordinaire pour héberger l’imaginaire (Fagnoni, lageiste, 2009, p. 276). Marrakech se met ainsi en scène pour accroître son rayonnement et son attrait touristique. Alors qu’elle est déjà connue pour ses nuits festives et son orientation people et jet-set, Marrakech recherche depuis quelques années la différence et l’originalité dans le secteur de l’évènementiel. Les enjeux sont conséquents en termes d’image, de fréquentation touristique, d’aménagements urbains et environnementaux et de développement économique. Depuis les années 1990, Marrakech est autant une agglomération connue pour son patrimoine que pour sa vocation festive. Les boîtes de nuit luxueuses ou réputées pour leurs prestations (« Le Pacha »), les créations de nouveaux concepts de Cabarets (« Comptoir Paris‑Marrakech »). Le rayonnement international de la ville repose également depuis quelques années sur le déroulement d’événements de portée internationale et annualisés comme le festival international du Film (FIFM). Le dernier événement en date est la programmation en mai 2010 de la première édition de la foire d’art contemporain « Marrakech Art Fair ». Ces organisateurs (dont la fondatrice de la foire d’Art international d’art contemporain « Art Paris » et des acteurs du marché de l’art marocain et français) ont pour ambition de doter le Maroc d’un nouveau rendez-vous culturel à rayonnement international. Il s’agit ainsi de créer une plate-forme d’échanges pour les galeristes, les artistes et les collectionneurs. La mise en scène de la ville est assurée à cette occasion par un parcours culturel de la foire sur un site éclaté avec des animations et des expositions dans des lieux insolites (musées, palaces, riads, jardins). La ville est ainsi utilisée comme un décor et permet également une rupture d’usage de ses espaces comme lorsque la place Jemâa el Fna se transforme en un vaste cinéma à ciel ouvert lors du festival cinématographique. Ces événements spatiaux7, toutes approches catégorielles confondues – culturels, artistiques, sportives, festives - sont créateurs de nouvelles urbanités temporaires ou définitives. Ils ont un effet dynamisant sur la ville et sur le tourisme en drainant plusieurs catégories de visiteurs : les nationaux -prioritairement les Casablancais et les R’batis- des visiteurs étrangers et les professionnels des secteurs d’activités exposés ainsi que le monde des médias. Les entreprises d’évènementiel se multiplient montrant ainsi le développement très récent d’un tertiaire supérieur caractéristique des métropoles de rang mondial. Pareillement aux autres formes de loisirs classiques, l’événement culturel devient un outil de développement et un nouveau dispositif de valorisation discursive de la ville de Marrakech. Bien que moins développées et moins importantes en terme de retombées économiques, d’autres formes de tourisme se développent à Marrakech montrant le dynamisme de la ville, sa compétitivité sur le marché du tourisme international, notamment à l’échelle du bassin méditerranéen. Le développement d’un tourisme haut de gamme, d’affaire et intellectuel repose sur la bonne maitrise des outils de la mondialisation. Les rencontres de professionnels et de scientifiques ponctuent également le calendrier des événements, font tourner les entreprises chargées de l’évènementiel, les traiteurs et les infrastructures d’accueil (palais des congrès, salles de conférence des grands hôtels). Ce tourisme permet aussi d’assurer un nombre de nuitées en dehors des périodes de haute saison touristique. Les nombreux congrès des médecins, la rencontre internationale des démographes de septembre 2009, les salons professionnels du design, de l’artisanat, des professionnels du tourisme chaque année permettent de dynamiser l’économie de service dominante dans la ville. Enfin, le tourisme de remise en forme et de bien‑être semble également prendre prise. Cette nouvelle niche de tourisme à grand potentiel de développement vise non seulement un public international mais aussi les nationaux aisés Casablancais et R’batis avec les formules week-end bien‑être des palaces de la ville.

    12La mobilisation du champ patrimonial (la médina est classée au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1985), des ambiances anciennes ou nouvellement créées, la production d’images différenciées et parfois contradictoires (le repos et le bien-être comme le tumulte et l’effervescence urbaine) et la stratégie plus récente de développement culturel sont gages d’attractivité et permettent à Marrakech d’affirmer un rôle de place centrale, notamment à l’échelle du Maghreb et du Maroc.

    2.3 - Les nouvelles dynamiques urbaines

    13Les reconfigurations spatiales et les transformations de la ville et de son image par et pour le tourisme, la mise aux normes de ses infrastructures et la métropolisation de son espace urbain montrent un ancrage au processus de mondialisation.

    • 8  Selon M el Faïz, les espaces verts sont passés de 60 m² par habitant en 1920 à 1 m² et l’au était (...)
    • 9  On pourrait noter la réalisation de grandes demeures dans la palmeraie construit sur le modèle des (...)

    14À l’image des grandes métropoles internationalisées, Marrakech se transforme sous le poids de la pression touristique et des Investissements Directs étrangers.Les pratiques touristiques sont plus diffuses au-delà des grands boulevards du Gueliz, des grandes zones de fréquentation en médina, dans les ruelles des quartiers résidentiels et dans le périurbain. La touristification de Marrakech est perceptible autant par la multiplication des boutiques de produits touristiques dans la ville nouvelle que par la multiplication des bazars dans la vieille ville et la transformation des logiques d’organisation et de vente des souks désormais moins spécialisés. On retrouve les mêmes modifications apportées aux productions artisanales qui s’adaptent aux goûts et aux attentes des touristes. Les services sont surreprésentés : restaurants, vente à emporter, cafés et glaciers autour de la grande place et dans le quartier du Gueliz, le long des axes les plus fréquentés comme dans les rues moins passantes. Cette mise en tourisme des lieux passe aussi par l’emprise des espaces hôteliers sur le foncier en modifiant parfois considérablement les espaces urbains jusque dans les quartiers résidentiels intra-muros (circulation intense, construction imposante, parking de grande taille pour les bus). L’extension des zones touristiques en périphérie participe du phénomène de métropolisation et d’extension de l’aire urbaine de Marrakech. La saturation des quartiers centraux et le redéploiement des complexes touristiques, des maisons et palais d’hôtes en périphérie (Palmeraie, Agdal, route de l’Ourika, route du barrage) contribuent à augmenter l’emprise de la ville sur son espace environnant au détriment des aspects écologiques les plus essentiels (espaces verts, ressource en eau, protection des anciens jardins, de la palmeraie et des oliveraies8). Ce processus d’étalement urbain et de redéploiement périphérique des activités (hôtellerie, loisirs, fonction résidentielle) est une traduction spatiale et locale de l’émergence de l’économie globale. « L’avant-pays » pour la ville de Marrakech et notamment sa connexion au monde compte plus que son arrière-pays territorial qui n’est plus un espace ressource vital à son développement économique comme par le passé. Il est tout au plus un espace mité par l’urbain et grignoté par ses extensions facilitées par les dérogations administratives et l’oubli des règles de protection anciennes de son environnement9. Ce n’est pas là un des moindres paradoxes que de voir cette ancienne capitale aux destinées sahariennes exceptionnelles conservées un renom mondial et une attractivité internationale indiscutable et régner localement sur un espace d’attraction directe relativement étroit… une sorte de « petit pays de Marrakech » (Troin, 2002).

    • 10  La roseraie, le jardin Moulay Abdessalam.
    • 11  Exemple extrême  du Riad El Ouarzazzi à Marrakech détruit et reconstruit en hôtel de charme L (...)

    15Le tourisme et les événements festifs sont facteurs de production de nouveaux espaces urbains, de requalification et de réécriture d’espaces hérités : Ils se transforment par l’utilisation de référents mondiaux en matière d’aménagement et d’équipements hôteliers et culturels. L’activité touristique dominante et la reconnaissance de la valeur patrimoniale ont encouragé une politique radicale de mise aux normes et d’embellissement de la ville. Marrakech est scénographiée ; la fabrication de son image s’est précisée autour de thèmes porteurs de sens pour les touristes : une ville-parc, la ville des roses, la ville rouge, l’orientalisme, la mise en valeur des panoramas et notamment celui de l’atlas enneigé, les symboles du palmier et du riad, sources d’exotisme. Les efforts des acteurs publics locaux pour améliorer la qualité de l’environnement et le paysage urbain aux abords de la médina ont accéléré le processus de recentrage du tissu ancien. Les grands axes menant de la ville nouvelle à la médina ont été embellis et agrémentés de terre-pleins fleuris et de mobiliers urbains attrayants (dallage au sol homogène et clair, fontaines, kiosques, bancs publics, trottoirs larges et fleuris). La propreté désirée par la municipalité, comme un gage d’avenir pour la publicité de la ville, est réalisée notamment par le renforcement du nombre de poubelles mais aussi par l’action dissuasive d’une police de l’environnement assermentée. La ville de Marrakech se lance aussi dans un programme de gestion environnementale, conforme aux standards européens EMAS (Système Européen de Management environnemental et d’Audit) et au label vert. Les jardins entourant la Koutoubia10 ont été réaménagés sur le modèle de l’Alhambra, de telle sorte que le tissu interstitiel entre les unités urbaines, anciennes et récentes devienne un espace jointif soigné et cohérent. Les aménagements qualitatifs des espaces centraux peuvent parfois se trouver en rupture avec des logiques strictement fonctionnelles ; ainsi le pavage récent de la place Jemâa el Fna participe d’une démarche esthétisante définie par la municipalité alors que le choix du revêtement se prête mal à long terme à l’utilisation qu’il en est fait (achalandage de la médina, transport de carrioles, restauration sous la forme de cantines mobiles. La gestion actuelle des médinas est dépendante de leur développement touristique et des convoitises des investisseurs. Les interventions publiques visent aussi à esthétiser et à mettre en place des normes d’accueil mondialisées (services, propreté, accessibilité, sécurité) parfois peu adaptées aux contraintes et au respect du patrimoine bâti et immatériel (dallage orientalisant, éclairage public de style Napoléon III). Les formes d’atteinte au patrimoine sont nombreuses. Elles sont fonction des activités envisagées sur le patrimoine et des moyens financiers apportés par les investisseurs. Les surélévations en médina au détriment du paysage des toits-terrasses des villes anciennes, la destruction de centaines de maisons par an autorisée par les autorités municipales pour cause de ruine avancée… ou pour l’intérêt d’investisseurs modifient de façon inévitable la qualité du patrimoine bâti11.

    16Les paysages urbains se sont beaucoup transformés depuis la mise en tourisme de la ville et sa plus forte connexion au système-monde. Les politiques d’embellissement ont modifié les représentations de la ville selon des critères environnementaux mondialisés, une démarche d’esthétisation uniformisée (décor en fer forgé uniforme pour les installations temporaires de la place Jemâa el Fna) et des référentiels standardisés mais teintés de spécificités locales. On peut également constater des offres de commerces et de services de type uniformisé et relever la multiplication d’enseignes franchisées de firmes multinationales dans les domaines du prêt à porter, de la restauration (grandes enseignes de fast-food) et des services montrant ainsi l’intégration aux logiques d’entreprises multinationales. Les productions architecturales et paysagères répondent également à des goûts mondialisés, synonyme de modernité comme la construction d’immeubles en verre dans les espaces centraux, de centres commerciaux de type mall et de grands supermarchés en périphérie, de ronds-points fleuris. Tout cela justifie l’image d’une ville mondialisée moderne et dynamique qui apporte un confort aux habitants et permet aux touristes de se confronter à l’altérité sans pour autant perdre des repères rassurants.

    3 - Les conséquences socio-spatiales de l’ancrage à la mondialisation

    3.1 - Une mondialisation négociée

    17Les référentiels standardisés visibles dans les paysages de la ville sont compensés d’une certaine façon par la mise en valeur de l’identité locale et la mobilisation du champ patrimonial. En même temps qu’il s’agit de moderniser et de mettre au niveau mondial la ville de Marrakech par des opérations d’aménagement, il s’agit également de préserver son attraction touristique et assurer un dépaysement à ses visiteurs. La ville de Marrakech renforce ses spécificités locales par la production d’ambiances et une grande lisibilité du paysage urbain traditionnel, parfois selon des formes orientalisantes pourtant peu conformes à la tradition des lieux. Certains hôtels et les riads-maisons d’hôtes peuvent décliner des décors tirés des représentations des milles et nuits, voire d’influences tirées de palais indiens, par l’emploi outrancier des arcs outrepassés, des zelliges, des dorures, des fontaines débordant de pétales de roses… Ces dérives paysagères ne diminuent cependant pas l’impact positif du tourisme sur la prise de conscience patrimoniale et la mise en valeur des espaces patrimoniaux. Puisque le tourisme est une rencontre avec le monde et une recherche de l’altérité, le pays d’accueil est encouragé à promouvoir ses spécificités locales, son mode de vie et son identité culturelle. Le tourisme à Marrakech a renforcé son originalité et ce qui la rend unique à l’échelle du monde, parallèlement à une uniformisation de ces paysages. Le compromis réalisé avec la mondialisation à l’échelle locale est ainsi significatif du rapport paradoxal qu’entretiennent les sociétés avec les logiques des mondialisations économiques et culturelles. La mise en lumière de la valeur de l’habitat domestique en médina et le nouvel intérêt qu’il suscite chez les acteurs publics et les investisseurs privés tiennent en grande partie au regard positif des étrangers, des touristes sur ces lieux délaissés depuis l’indépendance contrairement au patrimoine monumental. La réutilisation touristique de ce patrimoine vernaculaire a permis de préserver et de restaurer de nombreuses bâtisses. Enfin, le compromis entre une ouverture au monde et le retour sur soi offre des exemples de métissage culturel particulièrement singulier et riche à Marrakech du fait de cette très grande proximité entre les touristes, les étrangers et la société marrakchie. Le compromis architectural visible dans les grandes infrastructures récentes commanditées par la ville (l’aérogare, la gare ferroviaire) sont des illustrations de ce métissage où les matériaux modernes sont aux services de modèles traditionnels de décoration et d’architecture : moucharabieh de béton ou en métal, mariage du verre et des marbres avec des matériaux traditionnels comme le zellige, le bejmat ou le tadelakt. Cette mixité est également visible dans les nouvelles créations artisanales ou de design aux formes et aux couleurs renouvelées et basées sur le savoir-faire local. Marrakech est un exemple pertinent d’une intégration au monde par les lieux et dont les lieux sont rendus spécifiques par les logiques du tourisme et la recherche de l’altérité. Le quartier sidi Ghanem où la plupart des artisans sont installés devient ainsi un centre d’exposition et de création culturelle avec de nombreuses galeries et des créateurs de nationalités variées qui rendent vivant l’artisanat marocain en l’adaptant aux exigences de l’économie et d’une culture mondialisée (la recherche de « l’éthnic chic » par exemple).

    3.2 - Développement et croissance des inégalités

    • 12  Voir à ce sujet le chapitre 4 de Gens de Marrakech (2009) dont les auteurs sont M. Sebti et P. Fe (...)

    18Le développement de la ville de Marrakech semble a priori bénéfique à sa population qui profite des retombées d’un essor économique tangible à partir de 2002 : emplois dans le secteur tertiaire, infrastructures et aménités plus nombreuses, un cadre de vie améliorée (propreté, espaces verts, services de transport), soutien de l’État et des collectivités locales. Pourtant ces bénéfices indirects n’amenuisent pas les écarts de richesse et l’installation de fractures durables au sein de la ville. Les travailleurs de jour au centre-ville ne sont pas les habitants de la nuit car une grande majorité d’entre eux rejoignent les quartiers plus pauvres et moins dotés situés en périphérie, dans les douars à l’ouest et à l’est de la ville. Le secteur informel reste prépondérant, notamment en médina qui reste un lieu de chalandise exceptionnel (Bab Doukkala, souks), à Sidi Youssef ben Ali mais aussi dans le Gueliz12. Les jeunes sont touchés par le chômage et en particulier les diplômés malgré le dynamisme économique ambiant avec des taux de chômage atteignant 18,9 % en 1994 et encore 14,4 % en 2004 (enquête sur l’emploi 2002-2006), même si l’activité féminine à Marrakech est bien supérieure à ce que l’on observe dans les villes des provinces de la région avec 29 % au lieu d’une fourchette allant de 15 % à 25 % (idem). La faiblesse de l’appareil productif est un des facteurs de cette immobilité malgré la hausse des emplois tertiaires, notamment dans le secteur touristique (50 000 emplois directs ou indirects, soit 1/5 des actifs) et le maintien du secteur de l’artisanat (Sidi Ghanem). Le secteur industriel reste peu développé (agro-alimentaire et confection) sous la forme de petites et moyennes entreprises dans lesquels le renouvellement du personnel est permanent. Le boom de l’immobilier avec l’arrivée des nouveaux investisseurs a augmenté le nombre d’actifs dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (10 % des emplois en 2004). Les secteurs du tourisme, de l’artisanat et du bâtiment sont des soutiens importants au dynamisme économique de la ville même si les salaires mensuels sont relativement faibles (200 euros ou moins). La fracture est ainsi visible entre ces travailleurs et les principaux bénéficiaires du secteur du tourisme que sont les cadres supérieurs et les organismes de voyage dont les sièges se trouvent à l’étranger (Boujrouf et al., 2004). De même, le tourisme a un impact certain sur le développement du commerce et de la production artisanale mais toutes les spécialités ne sont pas concernées. Les effets de la mondialisation sont donc contradictoires. En contribuant au maintien de traditions séculaires, ils facilitent également de façon perverse la surreprésentation des bazaristes au dépend des artisans dont les contacts avec l’acheteur restent minces. Enfin, la consommation importante des touristes occidentaux, de Rabat et de Casablanca (1,7 milliard d’euros) et celle d’une minorité de marrakchis s’opposent à une grande partie de la population qui sont loin d’avoir accès aux produits des enseignes qui se développent sur les grandes avenues et dans les centres commerciaux de luxe comme celui nouvellement crée du 16 novembre ou du Carré Eden (quartier Gueliz). On compte encore à Marrakech 35,6 % d’analphabètes, 8 % de pauvres et 16 % de la population est en situation précaire selon le Haut-commissariat au plan. Les vitrines des grandes enseignes ont été à ce titre la cible de casseurs en marge de la manifestation du 19 février 2010 réclamant plus de justice sociale et une hausse du niveau de vie.

    19La fragmentation socio spatiale de la ville s’est par conséquent amplifiée avec sa plus grande insertion mondiale. Les investisseurs étrangers et de la côte atlantique du Maroc comme la pression démographique plus ancienne liée à l’exode rural ont facilité une pression très forte sur le foncier et le développement de phénomènes spéculatifs dramatiques pour les populations les plus pauvres. La ségrégation introduite par la colonisation demeure (entre le Gueliz et les douars périphériques comme Sidi Youssef Ben Ali, entre l’est et l’ouest de la ville) et de nouveaux « faubourgs » sont le résultat de la spéculation foncière. L’étalement urbain ne dilue pas les fortes disparités urbaines, bien au contraire, elle pénalise les plus en marge sur le territoire de la ville comme les habitants des douars Mhamid au sud de l’aéroport et les douars les plus récents situés à l’est et au sud de la médina. Cet étalement rapide ne limite pas les effets de congestion et de surpeuplement de certains quartiers à très hautes densités au centre (Mellah, Annakhil) comme en lointaine périphérie où les citadins y sont rejetés (douar Aïn Itti). Comme le souligne encore M. Sebti, la ville voit son tissu s’accroître dans une certaine discontinuité. Elle devient un espace de rupture (…). Avec la croissance urbaine, le caractère tiers-mondiste de Marrakech se révèle (2009, p. 251). Les effets économiques du tourisme haut de gamme, les nouveaux aménagements et la frénésie immobilière cachent mal le maintien de la précarité des conditions de vie pour beaucoup, l’accès difficile au logement, l’éloignement des quartiers résidentiels pauvres des espaces centraux, les disparités des aménités sur le territoire de la ville et à l’intérieur même de certains quartiers (voir schéma) et une hausse généralisée du coût de la vie de plus en plus mal vécue et source de tensions et de frustrations.

    Schéma

    Schéma

    Gradient d’amélioration de l’environnement des espaces urbains de la médina en termes de paysage, d’infrastructures et d’équipements de base

    Source : A.-C. Souali

    4 - Marrakech et « la dérive résidentielle du voyage » (Urbain, 1991, p. 210)

    • 13  Études de terrain effectuées dans le cadre de la thèse de doctorat, de 2002 à 2006 (A.-C. Kurzac-S (...)
    • 14  Propos tenus lors du colloque « Fabrication urbaine au Maghreb » organisé par le Centre Jacques Be (...)

    20La mobilité des individus s’est fortement accrue, notamment dans les pays riches et les espaces de vie ont été multipliés par la généralisation des doubles‑résidents (Knafou, 2000, p. 93). Le rachat en médina de maisons anciennes et délaissées par des étrangers et l’installation d’autres dans le Gueliz ou en périphérie de la ville s’inscrit dans un contexte de mondialisation des échanges, des pratiques et des personnes. Nombreux sont les étrangers propriétaires qui séjournent dans leurs maisons traditionnelles à temps partiel en médina ou dans leurs villas dans la Palmeraie ou sur la route de l’Ourika. Ils en ont fait leur résidence secondaire ou principale s’ils développent une activité dans la ville comme on peut aussi le constater à Essaouira. L’attrait des étrangers pour la médina de Marrakech ou sa campagne proche s’inscrit dans une longue tradition de culture patrimoniale, une mondialisation du patrimoine mais aussi une réaction de rejet face aux modes de vie occidental et urbain. La stabilité politique du Maroc, la proximité géographique, les opportunités de travail et l’exil fiscal notamment pour des notables africains (Sénégalais, Maliens, Guinéens) et des retraités européens (français) sont également des facteurs d’installation. Les résultats d’enquêtes auprès de ces résidents13 ont révélé que cette arrivée des étrangers répond aussi à une situation de rupture face à l’esthétique postmoderne des villes occidentales et aux urbanités qu’elles proposent. Le choix de Marrakech correspond au désir de vivre autrement la ville et à un besoin de dépaysement total. Cela rend singulière cette ville dans le paysage urbain du Maroc qui bénéficie aujourd’hui d’une main-d’œuvre internationale dont le savoir-faire est reconnu (cadres supérieurs, designer et architectes, artistes, chefs-cuisiniers…) et dont le pouvoir d’achat est un atout alors que la consommation locale et régionale reste faible. Mais le mythe de l’envahissement de la ville par les étrangers reste tenace depuis la cabale des journalistes locaux et nationaux à leur encontre au début de la décennie 2000 et la grande visibilité des plus riches en médina installés dans les plus beaux riads et dans des quartiers, d’autant que le nombre de résidents étrangers est gonflé par la présence des touristes de même nationalité. En effet, la réalité des chiffres est différente. Au recensement de 2004, les étrangers étaient officiellement 3 400 et autour de 5 000 à 6 000 personnes actuellement si on ajoute ceux qui ne sont pas déclarés comme résidents (visa touriste de trois mois renouvelé par des sorties ponctuelles hors des frontières). Cela représente 0,4 % de la population totale de la ville et moins de 1 % dans le quartier du Gueliz (Courbage, 2009, p. 94). Les phénomènes de cohabitation n’en restent pas moins intéressants à analyser. « Marrakech est une ville d’expérience, un laboratoire » selon l’historien M. el Faïz et F. Cherradi, délégué du Ministère de la culture a souligné également « la culture de la mixité » inhérente à cette ville14. Ces deux aspects sont distinctifs de Marrakech et l’opposent à la ville de Fès, réputée plus conservatrice et attachée à sa culture citadine passée. L’ouverture à ce qui est nouveau rentre également en ligne de compte dans l’apparition de nouvelles pratiques (tourisme d’immersion) et de nouveaux usages des lieux (maisons d’hôte, résidences secondaires de propriétaires étrangers). La population étrangère est transformée par la rencontre avec les lieux et les habitants ; elle redécouvre, particulièrement en médina, le sens du travail manuel, le paysage olfactif et l’ambiance des villes anciennes, foisonnantes d’activités et d’humanité. Les visiteurs replongent parfois dans des impressions vécues durant leur enfance et perdues dans les pays dont ils sont originaires… Inversement, les effets du tourisme profitent aux habitants : mise aux normes urbaines de leur ville, développement des aménités (distributeurs de banque en médina), accès à des événements festifs plus nombreux et une ouverture sur le savoir international pour les professionnels marocains et les étudiants lors des salons internationaux et des colloques. Le brassage des pratiques, des cultures, le métissage culinaire (visible dans les restaurants de la ville), la montée du cosmopolitisme, l’adoption de postures communes montrent, comme le dit Philippe Duhamel, que le tourisme et l’installation d’étrangers n’est pas une invasion, mais plutôt un mouvement pacifique de confrontation et d’expérimentation entre touristes et résidents (Ghorra‑Gobin, 2005, p. 376). À ce titre, la médina permet une rencontre plus intime entre les habitants et les touristes qui pénètrent plus en profondeur dans les quartiers. La médina depuis quelques années constitue un espace d’intense cohabitation et la place Jemâa el Fna est un des espaces les plus cosmopolites du Maroc. Cet espace public est un lieu de divertissement et de création artistique unique au monde, un espace d’une grande qualité urbaine, sociale et conviviale qui réunit Marrakchis, touristes nationaux et internationaux, hommes et femmes, familles et jeunes dans une proximité toute singulière. Jemâa el Fna est un territoire où les visiteurs inscrivent leurs pratiques et leurs relations sociales, faites de proximité et parfois de réticence. Cet espace culturel et cosmopolite propose une géographie unique d’un patrimoine partagé par les populations locales, les touristes et des étrangers résidants. Les cafés autour de la place sont des symboles de la rencontre et de la cohabitation des populations locales avec les étrangers. Le café Toubkal et le Café de France sont très fréquentés par les Marocains qui viennent y prendre leur petit déjeuner, y boire un café entre amis et lire le journal. Les touristes sont nombreux à s’y rendre également pour s’y rafraîchir, s’y restaurer et contempler les mouvements de la place. Les étrangers résidants y ont leurs habitudes, certains arrivent avec le journal de leur pays d’origine et leur chien pour s’y poser le matin, avant la chaleur et la foule, comme ils l’auraient fait dans les cafés en Italie ou en France. Marrakech semble (re)devenir un espace de rencontres et de cohabitation entre autochtones et étrangers, anciens et nouveaux résidents, ce qui semble être une trajectoire originale dans le Maghreb contemporain.

    Conclusion 

    21Le Maroc est une périphérie intégrée à l’espace mondialisé comme l’illustre la ville de Marrakech où la stratégie de développement touristique, la capacité de dépaysement et d’exotisme, sa forte médiatisation par les membres de la jet-set ainsi que l’installation de Jacques Majorelle l’ont rendu visible sur la scène internationale. Le pouvoir d’attraction de la ville s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs : un patrimoine historique reconnu universellement, une bonne connexion au monde par des canaux de télécommunication efficace, des activités de loisirs, une qualité de service, un sens de l’accueil et de l’ouverture aux autres, et une grande diversité culturelle, culinaire, artisanale… Le tourisme semble avoir été un outil performant d’intégration au système-monde même si cet ancrage peut-être complexe et source de tensions entre autochtones et touristes, de développement inégal ou déséquilibré à l’échelle de l’espace urbain. L’État et les investisseurs internationaux sont des prescripteurs et des acteurs de la fabrication de la ville contemporaine de Marrakech selon un double mouvement d’uniformisation et de différenciation par la mise en valeur des spécificités locales. Bien ancré dans le système touristique, Marrakech tente de tirer profit de sa proximité géographique et culturelle avec l’Europe. La position d’interface Nord-Sud du Maroc et de Marrakech a fortement modifié les liens avec le monde et les orientations économiques du pays et de la ville. Marrakech n’a pas encore les atouts ni les pouvoirs de commandement d’une ville-monde mais elle semble réunir les critères d’une ville mondialisée en construction par son intégration à un tourisme devenu pluriel, par ses réseaux de connexion au système-monde et par son pouvoir d’attraction, son rayonnement et son interaction avec le reste du monde. La fabrication urbaine actuelle, les aménagements les plus récents sont teintés tout à la fois de modernisme et de choix architecturaux à forte connotation identitaire puisque la différenciation territoriale est perçue comme un enjeu d’aménagement et de développement économique local. Comme le souligne Y. Courbage, souhaitons que Marrakech puisse devenir le prototype de la ville-monde culturelle (2009, p. 114).

    Top of page

    Bibliography

    Amirou R., (2000), Imaginaire du tourisme culturel, PUF, 155 p.

    Berriane M., (2003), rapport final, « Bilan sur le tourisme marocain », in Rencontres internationales de Fès, « Patrimoine et développement durable dans centres historiques anciens », vol. 2, Rabat, UNESCO, p. 217-233.

    Boujrouf S., Saigh Bousta R. et Albertini F., (2004), Le tourisme durable, réalités et perspectives marocaines et internationales, Marrakech, Université Cadi Ayyad, 22-24 mai 2003, 436 p.

    Fagnoni E., Lageiste J., (2009), L’événementiel et les villes touristiques, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 125 p.

    Ernst I., (2006), « La fabrication de la médina de Marrakech par les images », in Boumaza Nadir (dir.), Villes maghrébines en fabrication ; Villes réelles, villes projetées, centre J. Berque /Maisonneuve & Larose, p. 357-376.

    Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis S., (2003), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde, à l’aube du XXe siècle, Université Paris-Sorbonne.

    Gravari-Barbas M., (2009), « La ville festive » ou construire la ville contemporaine par l’événement » in L’événementiel et les villes touristiques, Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2009-3, p. 279-290.

    Ghorra-Gobin C., (2006), Dictionnaire des mondialisations, Armand Colin, 398 p.

    Knafou R., (2000), « Les mobilités touristiques et de loisirs et le système global des mobilité », in Bonnet M. et Desjeux D., Les territoires de la mobilité, PUF, p. 85-94.

    Kurzac-Souali A.-C., Courbage Y., Festy P. et Sebti M., (2009), Gens de Marrakech. Géo-démographie de la Ville Rouge, INED.

    Kurzac-Souali A.-C., (2007), « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech. L’Étranger où on ne l’attendait pas », La revue de géopolitique Hérodote, no 127, Paris, La Découverte, p. 64-88.
    – (2006a), Les médinas marocaines : une requalification sélective. Élites, patrimoine et mondialisation au Maroc, thèse de troisième cycle, Université Paris IV-Sorbonne, 483 p.
    – (2006b), « Engouement médiatique et reconquête des maisons traditionnelles au Maroc », in Géographie et Cultures, Paris, L’Harmattan, n60, 2007, p. 57-75.

    Lefebvre H., (1970), La révolution urbaine, Gallimard, 255 p.

    Retaillé D., (2010), La mondialisation, Nathan, 332 p.

    Troin J.-F. (dir.), (2002), Le Maroc, Région, pays, territoires, Maisonneuve&Larose, 502 p.

    Urbain J.-D., (1991), L’idiot du voyage, Plon, 128 p.

    Winkin Y., (1998), « Le touriste et son double. Éléments pour une anthropologie de l’enchantement », in Osman S. (dir.), Itinéraires de soi et paysages de rencontre, CNRS-Miroirs maghrébins, p. 133-143.

    Top of page

    Notes

    1  Voir à ce sujet les journaux de voyage de l’époque et notamment la revue Atlas, « Tourisme et hivernage à Marrakech et dans le Sud marocain », Marrakech-Gueliz, printemps 1937.

    2  L’ONMT a participé en 2008  pour la première fois  aux foires de tourisme d’Oslo, d’Helsinki et de Göteborg en Suède et la compagnie Norwegian organise deux vols hebdomadaires Oslo-Marrakech depuis juillet 2008.

    3  NTIC : Nouvelles technologie de l’information et de la communication.

    4  Nous entendons par « espaces people », les lieux sélectionnés par la jet-set et exploités par les médias people (émissions people, presse people) comme des territoires extravagants, des « édens », des lieux de plaisirs et de loisirs rendus avant-gardistes par ceux qui les fréquentent.

    5  Une étude de BMCE Capital de juillet 2005 souligne la croissance soudaine du trafic durant l’année 2004-2005 pour l’aéroport de Marrakech avec une croissance de 31% de son trafic grâce à l’ouverture de nouvelle ligne internationale vers l’Europe.

    6  Hôtel de commerce. L’équivalent du caravansérail au Moyen-Orient et en Asie occidentale.

    7  Dossier « L’événement spatial en débat », l’Espace géographique, no 2000-3, p. 193-236.

    8  Selon M el Faïz, les espaces verts sont passés de 60 m² par habitant en 1920 à 1 m² et l’au était consommée à 80% par l’agriculture et à 10% par les touristes en 1980, les proportions se sont inversées notamment avec la multiplication des golfs, 22 prévus pour 2020. (Jeune Afrique, Octobre 2010, p. 25).

    9  On pourrait noter la réalisation de grandes demeures dans la palmeraie construit sur le modèle des riads dans des espaces censés être protégés. Les palmiers de la Palmeraie ont été arrachés en grande partie, au détriment de l’équilibre et du patrimoine écologique de la région malgré l’ancienneté du dahir (décret royal) sur la protection de la Palmeraie.

    10  La roseraie, le jardin Moulay Abdessalam.

    11  Exemple extrême  du Riad El Ouarzazzi à Marrakech détruit et reconstruit en hôtel de charme Les jardins de la Koutoubia. (Ernst, 2006). Il est assez étonnant de ne voir aucune mention de la destruction du palais El Ouarzazi dans les articles publicitaires sur l’hôtel malgré une « utilisation impertinente » de sa dimension historique. Les encarts publicitaires sur les Jardins de la Koutoubia dans les revues de voyage et de décoration comme sur Internet s’arrogent l’identité du palais. Cette utilisation paraît extrêmement significative de l’emprise de l’image sur la réalité urbaine (Ernest, 2006).

    12  Voir à ce sujet le chapitre 4 de Gens de Marrakech (2009) dont les auteurs sont M. Sebti et P. Festy.

    13  Études de terrain effectuées dans le cadre de la thèse de doctorat, de 2002 à 2006 (A.-C. Kurzac-Souali, 2006).

    14  Propos tenus lors du colloque « Fabrication urbaine au Maghreb » organisé par le Centre Jacques Berque et l’université Cadi Ayyad, en mars 2004.

    Top of page

    List of illustrations

    Title Fig. 1
    Caption L’accueil touristique : de l’hôtel-club à la maison d’hôtes en médina À gauche hôtel-club de l’avenue Mohamed VI (Atlas Asni) – À droite riad‑maison d’hôtes Dar Karma
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-1.png
    File image/png, 378k
    Title Fig. 2
    Caption Boutique dans le souk : de la tradition à l’ethnique chic transnational
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-2.png
    File image/png, 326k
    Title Fig. 3
    Caption Des constructions architecturales conciliant techniques normalisées et spécificités locales – À gauche La nouvelle gare de Marrakech – À droite le nouveau terminal de l’aéroport
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-3.png
    File image/png, 363k
    Title Fig. 4
    Caption Embellissement et paysages de la mondialisation dans la ville moderne et en médina – À gauche Gueliz : un espace central transformé selon des référents standardisés – À droite KFC et Koutoubia : spécificités locales et culture mondiale
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-4.png
    File image/png, 346k
    Title Fig. 5
    Caption La mise en valeur des identités culturelles : exemples de  maisons restaurées en médina dans le respect de leur architecture d’origine. À gauche Dar Cherifa : café littéraire et lieu d’exposition (quartier Mouassine), à droite Riad Isabel (Bab Doukkala)
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-5.png
    File image/png, 396k
    Title Schéma
    Caption Gradient d’amélioration de l’environnement des espaces urbains de la médina en termes de paysage, d’infrastructures et d’équipements de base
    Credits Source : A.-C. Souali
    URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5441/img-6.jpg
    File image/jpeg, 96k
    Top of page

    References

    Electronic reference

    Anne-Claire Kurzac-Souali, « Marrakech, insertion mondiale et dynamiques socio-spatiales locales », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 27 February 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5441

    Top of page

    About the author

    Anne-Claire Kurzac-Souali

    Géographe, Paris IV, lycée Descartes, Rabat, ackurzac@yahoo.fr

    Top of page

    Copyright

    Tous droits réservés

    Top of page