Skip to navigation – Site map
Recompositions territoriales et dynamiques locales

Tanger à la croisée de nouvelles recompositions territoriales et de mobilités transnationales

Tangier, transnational mobilities and territorial restructuring
Zoubir Chattou
p. 133-138

Abstracts

This papertalk about theterritorial restructuringof the Tangier border areain northern Morocco illustrating internal and external migration. Faced witha dynamic ofaccelerated changein recent years, the area of Tangierstands asaneconomic hubof great importancewithin thenational space.Beyondits manytransformations,the city of Tangierhas becomeanattractive placefor newpopulations(labor migration, variousbusinesses...)from both withinand outside Morocco.Itsproximity to Europe, its large public and private investmentsininfrastructure projectsand urban facilities,inconstruction and transportand in industryand services, reinforce and enhance its attractivenesson both adomestic and international level.

Top of page

Full text

1Cet article est tiré d’un projet de recherche « Dynamique du système migratoire transnational dans les zones frontalières marocaines », du fonds de solidarité prioritaire (FSP) intitulé : Migrations internationales, recompositions territoriales et développement dans les pays du Sud, géré par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

  • 1  Sur les 1 298 329 Marocains résidents à l’étranger (MRE) qui ont regagné le Maroc, 500 262 ont tra (...)

2Confrontée à une dynamique de changements accélérée ces dernières années, la zone de Tanger s’érige en un pôle économique d’une grande importance au sein de l’espace national. Sa proximité avec l’Europe, ses grands investissements publics et privés renforcent son attractivité à l’échelle nationale et internationale et créent une compétition entre des individus et des groupes organisés (sociétés, entreprises…) qui cherchent à se positionner dans cet espace frontalier ouvert sur l’Europe. Les transformations du nord-ouest marocain, principale frontière maritime entre l’Europe et l’Afrique, notamment pour les Marocains résidents à l’étranger (MRE)1, espace de circulation de biens économiques et non économiques, de type formel et informel, contribuent à la structuration de la circulation migratoire et à l’installation des migrations en même temps qu’elles provoquent de nouvelles configurations sociales, économiques et spatiales. Tanger, à la suite des nombreux projets d’infrastructures et d’implantations industrielles est devenue une ville à vocation transnationale.

1 - Explosion démographique et émergence d’une ville transnationale

1.1 - La singularité de Tanger

3La ville de Tanger, placée à la jonction de deux mers, interface entre deux continents, n’a pas connu le développement auquel on aurait pu s’attendre au regard de cette situation géographique privilégiée. Elle s’est trouvée quelque peu marginalisée en raison de la conjonction de plusieurs éléments importants de son histoire. En effet, l’histoire de Tanger est singulière dans le cadre national et cette singularité s’amorce à la fin du xviiie siècle avec une ouverture précoce sur l’extérieur, la présence d’une population étrangère et la coupure avec son hinterland à l’intérieur des frontières de la zone internationale de 1925 à 1952 (Leguineche, 2000). La colonisation espagnole n’a pas contribué au développement et au désenclavement de la région du Nord et le pouvoir marocain n’a pas apporté de réponses face aux différentes révoltes. Puis la ville a connu une période de stagnation avec le retrait des capitaux étrangers à la veille de l’indépendance en 1956 (Labriki, 2009). Ainsi, dès le début du siècle, Tanger se distingue nettement des autres cités du royaume. Cette distinction est visible dans la population de la médina qui est multiculturelle et multiconfessionnelle. Si la cohabitation des mosquées et des synagogues est un fait courant dans les villes marocaines, à Tanger une église catholique a été construite sur la principale artère de la médina, fait plutôt rare dans le Maroc du début du siècle (Malo, 1999). Deux grandes périodes peuvent être retenues dans l’évolution de la ville. La première concerne la première moitié du xxe siècle. La deuxième démarre avec la réintégration de la ville en 1956 dans l’espace national après l’indépendance du Maroc. En effet, durant la première décennie de l’indépendance, la population étrangère de la ville a été remplacée par de nombreux ruraux du nord du royaume et Tanger connait un rythme de croissance urbaine accéléré qui s’est renforcé pendant la dernière période intercensitaire. On assiste à une véritable explosion démographique. La population de Tanger est passée de 266 346 en 1982 à 703 614 habitants en 2004. En 2010, l’agglomération atteint 850 000 habitants et devrait dépasser le million en 2020. La croissance spatiale de la ville  engagée dès le début du siècle par les acquisitions foncières des compagnies et des personnes étrangères (Le Tellier, 2004) explose également.

1.2 - Migrations internes et externes

4L’ouverture de la région sur l’Europe, via la ville de Sebta, a un impact très fort sur les populations du Nord, notamment au niveau de la construction d’une culture migratoire qui date déjà de plusieurs décennies. Les travailleurs d’origine rurale et leurs familles ont afflué dans le nord du Maroc et notamment à Tanger. La dynamique des flux migratoires de l’espace tangérois et de ses environs vers l’Espagne a eu un effet direct sur la croissance des migrations familiales vers Tanger. Aujourd’hui, la ville est profondément marquée par la migration internationale. Dans tous les quartiers récemment créés, les émigrés marocains en Europe ont joué un rôle très actif. La situation géographique stratégique de la zone frontalière de Tanger à 14 km de l’Europe, transforme celle-ci en une région de passage obligatoire pour les connexions terrestres intercontinentales avec principalement l’arrivée massive des touristes et des MRE durant la période estivale et la circulation des marchandises et des échanges commerciaux entre le Maroc et l’Europe. La contribution des travailleurs marocains à l’étranger dans l’extension des nouveaux quartiers dépasse parfois 40 % (Mung, 2006). C’est pourquoi certains ont été nommés en référence à l’origine de leurs promoteurs, par exemple « Home Belgica » (quartier de Belgique). Phénomène contemporain majeur de la société marocaine, l’immigration internationale constitue, aujourd’hui, un facteur structurant de certaines villes marocaines, voire de la création de quelques villes dans des zones caractérisées jusqu’à une date récente par un vide urbain. Tanger est devenue, depuis la fin des années 1960, un pôle majeur d’attraction des migrants à l’étranger d’origine rifaine et des régions limitrophes. Cette attraction s’est intensifiée d’une manière spectaculaire dès la moitié des années 1970 et se poursuit actuellement.

5Lorsqu’on veut désigner les lieux de concentration des émigrés à l’étranger, on fait immédiatement référence au quartier Jirari. Le recensement de la population et de l’habitat de 2004 a révélé l’importance de l’exode rural vers l’ensemble des villes marocaines. À Tanger, ce sont les migrants originaires des montagnes du Rif (Al Hoceima, Chefchaouen, Nador…) qui dominent. Ainsi à Jirari, la majorité des émigrés provient du Rif(Mung, 2006) et ils peuplent des rues entières qu’il s’agisse des familles des MRE ou des autres émigrés du Rif. Les familles des émigrés se dirigent vers Tanger dans l’espoir de mieux vivre et de réaliser un projet pour l’avenir ; autrement dit, il s’agit pour elles de se préparer pour un éventuel retour du chef de ménage ou à l’insertion sociale d’un des membres de la famille. Jirari est un quartier dont l’apparition remonte au début des années 1970. Il participe à l’extension récente et spectaculaire de Tanger. Il s’étend au sud de la ville, dans le vaste ensemble appelé Bni Makada et plus précisément au sud du secteur des bidonvilles de Bni Makada. À l’ouest et au Sud-ouest, Jirari est bordé par les quartiers Bendibane et Birchifa ; au Sud et au Sud-est, il jouxte de petits secteurs d’habitat spontané (Aouda, Agaie) ; à l’Est, il est limité par le quartier Laazifat, tandis qu’au Nord et au Nord-Ouest, il donne sur Bni Makada et Al-Boughaz. Jirari est aussi un quartier caractérisé par la prédominance de l’habitat bon marché. Les constructions se sont effectuées sur des terrains qui disposent d’un titre foncier enregistré à la conservation foncière. Il s’agit donc d’un quartier « légal ». L’arrivée massive des émigrés et de leurs familles dans le quartier de Jirari a favorisé le développement spectaculaire des activités économiques, notamment celles de la construction et du commerce des produits alimentaires. Ils contribuent au développement urbain et notre travail de terrain démontre que l’intensité des activités économiques dans ces quartiers est étroitement liée aux revenus de l’émigration. Cependant, il est très difficile d’évaluer le montant réel des transferts injectés par les émigrés à l’étranger dans l’économie locale et les sommes investies dans des projets plus ou moins importants (Leguineche, 2000). Cette économie articulée aux migrations internationales est très visible à travers l’affichage des différentes activités de services ou commerciales (noms des villes des migrants sur les panneaux d’affichage, styles de présentation des magasins importés de la société d’accueil, excès d’investissements dans la décoration…).

6Dans la mesure où l’image de « ville riche » se perpétue, Tanger persiste à exercer une forte attraction sur les populations des régions rifaines limitrophes. La migration des ruraux vers une cité en crise s’inscrit dans un contexte où les campagnes rifaines ne pouvaient plus assurer des conditions d’existence décentes aux populations. L’emballement de la croissance urbaine a pour effet de dégrader l’organisation interne des villes – pression sur les services, les équipements et l’habitat, désorganisation du tissu urbain et incapacité à établir des rapports ville-campagne structurés. Ainsi, il est permis de s’interroger sur les capacités de Tanger à structurer l’espace de manière cohérente alors qu’une bonne gouvernance urbaine s’impose pour répondre aux exigences d’une ville qui se transnationalise avec le port Tanger Med.

1.3 - Tanger, ville transnationale

7Tanger est un exemple concret de ville qui s’inscrit à la fois dans un processus de métropolisation et qui s’insère dans un espace transnational ouvert pratiquement sur quatre continents (Asie, Afrique, Europe et Amérique). D’abord réceptacle des migrations locales, essentiellement liées à l’exode rural rifain, elle est devenue aujourd’hui un pôle d’attraction pour une migration interne de travailleurs et artisans de tout le Maroc à l’affut des opportunités de travail sur les grands chantiers (émergence de nouvelles villes, autoroute, voies ferrées, mise à niveau de la ville, Port Med …).

8En effet, la région du Nord du Maroc connaît depuis quelques années des changements considérables suite aux importants investissements réalisés à l’échelle régionale. Les transformations socioéconomiques et urbaines de Tanger impulsées par des grands projets d’infrastructure visent à produire les conditions de développement d’une métropole compétitive dans le bassin méditerranéen. Le choix de l’implantation d’un grand port de transbordement dans la région Tanger-Tétouan rend parfaitement compte de l’importance de la situation de cette région. Région carrefour, donnant sur l’Atlantique et la Méditerranée, elle peut contrôler l’un des passages maritimes les plus importants au niveau mondial. Le Port Tanger-Méditerranée et l’ensemble des chantiers qui l’accompagnent apportent dans la région un flux de capitaux considérable. Les investissements nécessaires sont estimés à près de 14 milliards de dirhams et agissent de façon notable sur l’emploi. Ces investissements directs entraînent le développement de tout un ensemble d’activités socioéconomiques et la réalisation de liaisons autoroutières entre Tanger et le port, Tétouan et Fnidq et d’une desserte ferroviaire qui vient d’être ouverte en juin 2009. L’État a engagé 1,5 milliard d’euros pour désenclaver la ville de Tanger. Déjà un second port « Tanger-Med II » est en construction après la réussite spectaculaire du premier avec un montant forfaitaire global de 9,250 milliards de dirhams. Les investissements publics commencent déjà à renforcer l’attractivité des zones industrielles et la consolidation du tissu industriel existant. L’implantation du constructeur automobile Renault et de plusieurs autres entreprises de sous-traitance en est un indicateur tangible. À cela s’ajoutent une zone franche commerciale, et une zone d’aménagement touristique prioritaire … À travers le détroit de Gibraltar transite une part appréciable des échanges est-ouest entre l’Europe, le Moyen Orient et l’Asie Orientale. Les routes maritimes nord-sud, passent également à proximité. Point de passage important entre l’Europe et l’Afrique, la péninsule de Tanger est une véritable tête de pont sur le détroit. Cette situation est d’ailleurs d’actualité avec le projet de liaison fixe projetée entre les deux rives du détroit.

9Les pouvoirs publics à travers les spots télévisés et l’organisation de manifestations internationales visent un « marketing territorial » de Tanger pour développer son attractivité et y attirer des investissements productifs. La métropole avait subi de lourdes détériorations de son image depuis l’indépendance et particulièrement pendant les années 1980. Elle a souvent été assimilée à la capitale du commerce du cannabis et du banditisme. La nouvelle dynamique enclenchée par le roi Mohamed VI durant les dix dernières années vise à réhabiliter le nord du Maroc d’une manière générale et Tanger en particulier tant sur le plan national, qu’international. Les projets initiés par la wilaya de Tanger-Tétouan ont pour objectif de façonner un environnement propice à la création de richesses, d’emplois afin d’optimisation des opportunités d’investissements productifs de la région. L’objectif de faire de Tanger une « ville vitrine » avec une image forte à l’intérieur et à l’extérieur correspond en fait à la volonté de concurrencer l’attrait de l’enclave de Sebta, encore sous occupation espagnole et de plus en plus revendiquée par le pouvoir marocain. D’ailleurs l’attractivité retrouvée de Tanger a réduit considérablement celle de Sebta.

10La médiatisation de ces grands projets et les opportunités d’emplois ont eu des effets importants sur le renforcement de l’attractivité de la zone tangéroise. Des milliers de travailleurs ont pris le chemin de Tanger. Ce sont aussi des entreprises et des investisseurs privés qui se sont repositionnés sur la zone du détroit pour être présents dans cet espace transnational prometteur. D’après nos enquêtes, environ 2000 travailleurs se dirigent chaque jour vers le port Tanger Med et près de 90 % d’entre eux ne sont pas originaires de l’espace tangérois. Ce sont des migrants de l’intérieur du Maroc issus essentiellement des provinces de Sidi Kacem, Sidi Slimane, Meknès, Errachidia, Ouarzaza…. Il en résulte une pénurie d’artisans particulièrement ressentie dans les zones du sud du royaume et même à l’échelle de grandes villes comme Meknès et Fès. Mais émergent aussi d’autres formes de mobilités : entrepreneurs transnationaux, investisseurs nationaux … qui contribuent à la construction d’une nouvelle ville transnationale. La présence de nombreux entrepreneurs et résidents européens et de Marocains à l’étranger est un indicateur de l’attractivité et du développement de Tanger. Leurs motivations sont diverses et leurs implications dans les dynamiques socioéconomiques, multiples. Ils sont des acteurs de la recomposition urbaine et exercent des effets multiplicateurs sur les divers secteurs économiques. Ainsi, les nouveaux résidents de Tanger ont de multiples attaches nationales et sont des créateurs d’espaces socioéconomiques du fait de leur insertion dans des réseaux ouverts et de plus en plus mondialisés. Ils se pensent eux-mêmes comme des entrepreneurs « sans frontières » et vivent une mobilité transnationale continue jouant ainsi de leurs liens pour émerger comme un groupe social spécifique. En ce sens, Tanger présente un intérêt particulier pour la compréhension des dynamiques de mobilité, d’établissement et de recompositions territoriale et urbaine C’est un domaine de recherche à explorer pour mieux comprendre leur logique, leurs profils et leur participation à la dynamique que connaît le Maroc d’aujourd’hui.

2 - Ségrégation socio-spatiale et inadéquation des équipements publics

11Ainsi la façade méditerranéenne, longtemps occultée par le développement centré le long de la côte atlantique, étend désormais son influence vers les régions du Centre et de l’Est du Maroc et le Maghreb. Cependant, elle demeure encore mal intégrée dans l’espace régional, voir national. Néanmoins, la dynamisation de Tanger ne semble pas produire les résultats espérés. Malgré les efforts déployés, Tanger souffre encore d’énormes problèmes au niveau territorial, économique et institutionnel.

12L’espace urbain est le lieu de pratiques spéculatives intenses. Propriétaires fonciers anciens et nouveaux ont élargi l’aire des confrontations autour du foncier. La fièvre immobilière de ces dernières années n’a pas épargné les anciennes demeures de la période internationale, qui constituaient dans certains cas, un patrimoine urbain de grande valeur, mais c’est surtout la périphérie sud de la ville qui enregistre les transformations les plus importantes.

  • 2  D’après un entretien avec la délégation de l’urbanisme et de l’habitat, la ville de Tanger a accue (...)

13L’accroissement rapide de la population urbaine désorganise l’espace de la ville et soumet l’habitat, les équipements et les services urbains à une forte pression2. Ils ne sont pas en adéquation avec l’importance de la population. Les équipements urbains ne suivent pas (assainissement des rejets liquides, restructuration de l’habitat précaire …) et le potentiel balnéaire méditerranéen est insuffisamment valorisé et même gâché par les incohérences des politiques d’aménagement du territoire et d’occupation du sol.

14L’accès de nombreux étrangers à la propriété de maisons dans la médina de Tanger et leur conversion en maison d’hôtes touristiques, restaurants … a généré de nouveaux phénomènes sociaux. Ils deviennent des acteurs de la gentrification et participent à sa recomposition. De nombreux transnationaux achètent aussi des demeures dans la médina et l’implantation d’une classe sociale souvent aisée et instruite dans la structure sociale de la médina de Tanger, attirée par la proximité du centre-ville, l’authenticité du quartier ainsi que par la perspective de réaliser d’importants bénéfices entraîne le départ des familles modestes vers les quartiers périphériques. Nous assistons donc, à une nouvelle recomposition de la médina, qui consiste encore pour l’instant en la cohabitation de différentes couches sociales dans un même voisinage : la classe pauvre des locaux et la classe moyenne et supérieure des nouveaux habitants à l’origine de l’apparition de nouveaux modes de consommation, et de revendication de droits et de besoins.

15C’est en périphérie, que la situation est la plus difficile. Les nouveaux espaces urbanisés ne se sont guère structurés et on voit se développer autour des villes des ceintures d’habitats informels, édifiés en dehors de toute règle d’urbanisme. La planification urbaine est ainsi largement absente et se limite à accompagner un phénomène qu’elle n’est guère capable d’orienter et de contrôler. La désorganisation de l’espace urbain érode ainsi la capacité d’attraction des villes et distend l’armature urbaine (Le Tellier, 2004).

16Le principal problème se situe au niveau de la spéculation foncière et de l’anarchie des constructions dans les périphéries de Tanger, avec la formation de quartiers mal équipés et mal structurés, l’insuffisance d’une infrastructure de base et l’exacerbation de la ségrégation sociale avec une dualité entre des espaces résidentiels  privés, aménagés et entretenus et de l’autre des zones publiques d’une qualité médiocre du point de vue de l’équipement, de l’hygiène ou de la propreté. Les quartiers résidentiels constituent un archipel « assiégé » par les quartiers spontanés, les ceintures périurbaines miséreuses bloquent les perspectives d’expansion urbaine.

17Capitale de la région, métropole atlantique et méditerranéenne, Tanger vit une expansion très rapide, générant des dysfonctionnements qui dégradent la qualité de vie, affaiblissent les articulations internes, restreignent la mobilité des actifs, des flux économiques de services et de marchandises. Pour accueillir les nouveaux habitants et les intégrer dans une dynamique métropolitaine, Tanger se trouve confrontée à la gestion de son urbanisation et doit rompre avec l’impression générale de confusion et de disparités grandissantes : inégalités entre quartiers, quartiers clandestins surpeuplés, initiatives privées et publiques désordonnées, constructions incontrôlées, etc.

18Les politiques publiques qui œuvrent en faveur d’une valorisation du cadre urbain et de la limitation de la fragmentation spatiale et sociale sont nettement déficientes et cette situation porte atteinte au développement général de la ville qui a besoin d’une nouvelle gouvernance. Elle met en lumière l’importance de l’établissement d’un plan centralisé d’aménagement du territoire, afin que celui-ci soit administré dans le sens d’un accroissement des potentialités de l’offre et d’augmentation du bénéfice social global ainsi que d’une réduction des conflits latents entre les diverses catégories de population (Tangérois, migrants issus de l’exode rural et autres migrants issus de classes sociales moyennes et aisées) pour ne pas nuire sérieusement à l’image d’une ville qui veut entretenir l’histoire de son héritage international tout en se transformant en une ville transnationale.

3 - Perception du développement actuel de Tanger

3.1 - Un changement brutal

19L’analyse des perceptions et des représentations des populations à l’égard de leur environnement urbain permet de déceler les problèmes qui entravent le développement de la ville de Tanger. « Les habitants de Tanger, n’ont jamais vécu dans le présent réel, c’est une ville qui vit avec une image du passé : [Tanger internationale], [Tanger multiculturelle]. Les changements rapides de ces dernières années ramènent les Tangérois vers de nouvelles réalités, des réalités parfois violentes » (président d’une association). Ce témoignage illustre une perception souvent véhiculée par les Tangérois qui sont impliqués dans l’action associative et politique. Les habitants vivent sur l’histoire particulière de « Tanger ville internationale » et le souvenir de l’attitude violente du pouvoir à la suite des évènements du Rif de 1957-58 et de la répression militaire qui avait fait plusieurs morts, enlèvements et arrestations est encore vivace dans la mémoire des habitants. La ville s’est trouvée marginalisée après l’indépendance et son développement a stagné. Les opérations de grande envergure (zone franche commerciale, zone industrielle, zone d’aménagement touristique prioritaire, zone off-shore…..) n’ont guère produit les effets espérés avec la dégradation des infrastructures et des équipements existants qui porte atteinte à l’environnement général de la ville et rend les coûts de réfection prohibitifs.

20Actuellement, l’État s’est engagé en tant que puissance publique impliquée dans les investissements mais aussi à travers la définition et la conduite d’une politique visant à créer des conditions favorables à l’investissement privé. Cette politique s’exprime à travers de nombreuses initiatives destinées principalement aux petites et moyennes entreprises (PME), qui constituent aujourd’hui l’ossature de l’économie marocaine. Cependant, cette nouvelle volonté n’a pas fait l’objet d’une concertation à l’échelle de la ville. De plus, la région tangéroise admet mal ce développement car elle est confrontée à un sous-développement en ressources humaines et en compétences. Ce sont davantage des migrants des autres régions qui profitent des opportunités économiques des grands projets. L’isolement de Tanger pendant une longue période fait que ses élites se sont trouvées exclues des projets de développement. Le déficit régional en capitaux et ressources humaines crée aujourd’hui un énorme malaise. « Le présent de Tanger est vécu avec une charge du passé très importante, ce qui a engendré chez sa population le comportement de rejet de l’autre, [du migrant marocain venu du reste du Maroc].» (Coordonnateur des programmes UNICEF-UNFPA à Tanger)

21Nos entretiens avec plusieurs personnes de divers profils montrent que le développement de Tanger est très mal vécu par la population, parce qu’il y a cet autre, ces décideurs de l’intérieur représentant le pouvoir qui a toujours été rejeté par le passé et dont la présence physique massive dans la ville mais aussi et surtout dans la prise des grandes décisions concernant son devenir est omniprésente. « Ce sont des gens d’ailleurs qui imaginent aujourd’hui le développement de notre région.» (A. extrait d’entretien). Ces transformations sont souvent ressenties avec une certaine brutalité : « Tanger a changé, elle a grandi. Loin de vieillir, c’est aujourd’hui une ville jeune, dynamique, tournée vers l’avenir. Des projets sont en gestation, d’autres ont atteint l’étape de la réalisation. La ville a toujours été considérée comme se trouvant à un tournant de son destin. Une autre manière de s’accrocher au présent, tout en espérant que demain sera encore meilleur. Le demain tangérois ne peut pas se concevoir sans hier, sans le passé. Le Tanger d’hier est un patrimoine universel qu’il nous faudra préserver, faire fructifier. La Médina de Tanger, le boulevard Pasteur et les quelques autres monuments symboles d’une époque, doivent continuer à nous conter les histoires merveilleuses d’antan» (Choukri, 1999). Tanger vit une mobilité transnationale de plus en plus active, mais tout cela se fait avec la présence d’une population locale qui n’a que peu de compétence, de savoirs et de savoir-faire pour s’approprier ce développement. « La population de Tanger, nous dit un interlocuteur, se trouve dans la position de spectateur du développement ». (Coordinateur des programmes UNICEF–UNFPA). Le développement de Tanger décidé par le pouvoir central n’est pas accompagné par des approches participatives qui impliqueraient les populations et qui prendraient en considération l’histoire, la spécificité et la complexité de l’évolution de Tanger. On ne perçoit pas encore le rapport entre le développement régional et les décisions centrales. Il faut accompagner le développement de la région, mais tout en préservant le patrimoine culturel. « Si on perd le patrimoine culturel, on perd l’âme de notre pays, ce qui manque à ce développement, c’est le patriotisme » (Coordinateur des programmes UNICEF-UNFPA). Les populations, les leaders associatifs et politiques que nous avons interrogés affichent leur inquiétude face à ces nouveaux habitants qui ne partagent ni l’histoire, ni la culture de la région. Mais la méfiance du futur du fait des changements rapides et souvent « violents » va de pair avec l’acceptation de leur condition qui renvoie au passé de Tanger.

  • 3  Étude sur la compétitivité territoriale, rapport 5, résultat de l’enquête INGEROP-CID.

22Si le mouvement de décentralisation et de déconcentration annoncé se confirme et se poursuit au niveau national, il ne semble pas déboucher sur un renforcement de la gouvernance régionale. Un décalage semble se creuser entre les politiques publiques, les aspirations des populations et les pratiques institutionnelles dans la péninsule tangitaine3.

  • 4  Sidi Mohamed El Yamlahi, Tanger de demain, Édition La Porte.

23La situation privilégiée de la région avec ses deux façades maritimes donnant sur l’Atlantique et la Méditerranée, son enracinement dans l’histoire et sa diversité culturelle constituent des atouts majeurs pour le développement des activités touristiques.« Tanger continue de séduire, elle continuera de séduire, c’est une histoire continue, c’est une ville qui ne sclérose pas, une ville affranchie du soupçon de conservatisme. Tanger se compose, se construit, se recrée indéfiniment4».

24Les relations transnationales participent à une mécanique sociale migratoire qui englobe des stratégies d’adaptation psychologiques et culturelles. Il existe donc une interaction très forte entre pratiques et relations sociales qui se déploient au delà des frontières. « Le visiteur se rend ainsi compte que Tanger, troisième ville du Maroc par la densité de sa population et le volume de ses activités, est une métropole qui vit des problèmes graves causés essentiellement par son expansion. Toutes les statistiques fiables attestent de sa vitalité actuelle et affirment que son devenir sera encore meilleur. Va-t-on pouvoir assurer la prospérité de la ville sans continuer à abîmer son passé, son patrimoine et son site ? »(Choukri, 1999)

Conclusion

25La région du Nord-Ouest du Maroc connaît actuellement des changements considérables suite aux importants investissements publics et privés qui y ont été réalisés. Ils s’inscrivent dans la nouvelle volonté politique du Royaume de favoriser le développement de cette zone frontalière. Tanger en tant que grande métropole du Nord a pu s’affranchir en une dizaine d’années de l’image dominante de zone de contrebande, de plateforme de commerce du cannabis, d’espace d’une économie informelle florissante et d’installation d’une « culture migratoire » enracinée, de route de transit des candidats à l’émigration, de zone de circulation des touristes et des Marocains résidents à l’étranger (MRE) entre l’Afrique et l’Europe. Ces changements profonds touchent l’ensemble des secteurs productifs et ils influent sur la démographie, la politique locale, l’urbanisation et les infrastructures de base, le développement industriel, etc. Tanger devient ainsi très attractive et émerge comme une ville méditerranéenne aux ramifications transnationales.

26Cette zone est devenue une région d’attraction non seulement pour les migrations internes et les migrants internationaux mais aussi pour les Africains, candidats à l’émigration vers l’Europe (Marocains, Subsahariens …). Or, Tanger n’est pas capable d’absorber tous ces flux et les espaces urbains où se concentrent ces nouvelles populations (ancienne et nouvelle Médina, quartiers périphériques) sont de plus en plus saturés ce qui favorise le développement de l’habitat illégal ou de l’habitat « irrégulier sous-équipé ». La migration est le signe de la réintégration économique de Tanger dans l’espace national et international, mais non maîtrisée, elle pourrait générer non seulement des problèmes urbains mais aussi des conflits interculturels, des incompréhensions, des formes de rejet.

Top of page

Bibliography

Akalay L., (2002), « Tanger, c’est Tanger ! », Le Point du 28 juin, no 1554, p. 60.

Anonyme, (1994), « La ville des mille et une lumières », Ailleurs, no 1, avril, p. 96-117.

assayag I. J., (2000), Tanger... Regards sur le passé... Ce qu’il fut, Éd. I. Assayag, 743 p.

Benjelloun A., (1991), « Tanger entre deux mondes », Maroc Europe, no 1, Éd. La Porte, 317 p.

Bensaâd A., (éd.), (2009), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes : Immigration sur émigration, Karthala, 452 p.

Berriane M. et Miège J.-L. (dir.), (2002), Les nouvelles tendances du développement du Maroc, [en ligne].

Julien C.-A., (1998), La propriété immobilière à Tanger, Éd. La Porte.

Chattou Z. et Belbah M., (2002), La double nationalité en question. Enjeux et motivations de la double appartenance, Karthala, 200 p.

Chattou Z., (1998), Migrations marocaines en Europe - Le paradoxe des itinéraires, socio-anthropologie des migrations du Nord-Est marocain vers la France, les Pays-Bas et l’Espagne, L’Harmattan, 254 p.

Choukri M., (1999), Writing Tanger, Édition Euroafricains, p. 60.

El Kouche B., (1996), « Tanger au miroir d’elle-même », Horizons Maghrébins, no 31-32, 248 p.

Labriki M., (2009), Étude des dynamiques territoriales de la métropole de Tanger et des profils des investisseurs transnationaux (MRE et étrangers) dans le tourisme, mémoire de fin d’études ingénieur, ENA, 2009, 118 p.

Lettelier J., (2004), « La recomposition territoriale dans le Maroc du Nord », thèse de doctorat, 320 p.

Malo P., (1953), Le vrai visage de Tanger, Éd. Internationales, 148 p.

Otte M., (2004), La préhistoire de Tanger, Maroc, Université de Liège, service de Préhistoire, 195 p.

Ma Mung E., (1996),Mobilité des investissements des émigrés au Maroc, Tunisie, Turquie et Sénégal, L’Harmattan, 272 p.

Pons D., (1990), Les riches heures de Tanger, Éditions de la Table Ronde, 372 p.

Taferssiti R. (dir.), (2002), Tanger. Cité de rêve, Éditions Paris Méditerranée, 199 p.

Taralon C., (2003), Voyage à Tanger, Éditions du Garde-Temps, 120 p.

Top of page

Notes

1  Sur les 1 298 329 Marocains résidents à l’étranger (MRE) qui ont regagné le Maroc, 500 262 ont transité par le port de Tanger. Ceci confirme sa position de principal point de transit des MRE résidant en Europe, à bord de près de 200 000 véhicules (2009). La ligne maritime Tanger-Algésiras représente deux tiers du trafic sur le détroit et mobilise 11 bateaux et ferries.

2  D’après un entretien avec la délégation de l’urbanisme et de l’habitat, la ville de Tanger a accueilli, en l’espace de trois ans, environ 120 000 nouveaux logements, dont la quasi-totalité appartient à des nouveaux habitants.

3  Étude sur la compétitivité territoriale, rapport 5, résultat de l’enquête INGEROP-CID.

4  Sidi Mohamed El Yamlahi, Tanger de demain, Édition La Porte.

Top of page

References

Electronic reference

Zoubir Chattou, « Tanger à la croisée de nouvelles recompositions territoriales et de mobilités transnationales », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 01 June 2013, connection on 03 July 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5447

Top of page

About the author

Zoubir Chattou

Socio-anthropologue, ENA de Meknès, Maroc, zchattou@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page