Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

SemmoudB., 2010, Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation

Armand Colin, Collection U, 318 p.
Robert Hérin
p. 145-146
Bibliographical reference

Semmoud B., 2010, Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation, Armand Colin, Collection U, 318p.

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Commencer la lecture par l’introduction, comme il se doit. Le Maghreb et le Moyen-Orient dont Bouziane Semmoud nous propose le tableau actualisé à la date de 2010, se compose de 23 pays, formant un ensemble de 16 millions de kilomètres carrés qui s’étire du Maroc atlantique aux frontières orientales de l’Iran, sur lequel vivent près de 500 millions d’habitants, presque autant que l’Union européenne à 27 – mais deux à trois fois moins que la Chine ou l’Inde. Éléments majeurs d’homogénéité spirituelle et culturelle, l’islam et l’arabité y sont confrontés à la fois à la diversité des économies et des stratégies de développement, aux inégalités de développement et de revenus, tant entre les pays qu’entre les territoires qu’ils réunissent, avec des enjeux et des conflits qui s’enracinent dans les passés coloniaux, les antagonismes confessionnels, la montée des nationalismes, l’inégale répartition des potentialités naturelles, hydrocarbures et eau en premier lieu.

2Puis passer aux quatre pages de la conclusion, qui renvoient le lecteur à l’actualité des dernières semaines de l’année 2010 et du début de 2011. Les pays du Maghreb et du Proche-Orient ont à faire face à « des évolutions géopolitiques, économiques et socio-spatiales… récentes, rapides et complexes ». La plupart des territoires, quelle qu’en soit l’échelle, sont aujourd’hui confrontés, sous des formes diverses, aux effets de la mondialisation : subordination et fragilité financières, dépendance des structures économiques dans le cadre d’une économie mondialisée réglée par les « lois » du marché et les principes et pratiques du libéralisme, accentuation des inégalités sociales entre pays, entre villes et campagnes, entre les quartiers urbains et les catégories sociales qui y vivent, chômage, désarroi des jeunes, notamment des diplômés, maintien des femmes à l’écart de l’emploi malgré leur large accès à la formation… Ces situations sont vécues « par les couches sociales marginales ou peu integrées comme un abandon et alimentent les sources d’instabilité sociale et politique ». Les inégalités croissantes mettent en question l’avenir économique, social et politique des pays du Maghreb et du Moyen-Orient et de l’ensemble régional qu’ils prétendent composer.

3L’ouvrage de Bouziane Semmoud est donc d’une vive actualité. Il propose un tableau fouillé et méthodique des pays des rives méridionales de la Méditerranée, un tableau inhabituel à bien des égards. C’est un livre à lire lentement, avec des arrêts, des retours, des parcours transversaux, pour saisir les différentes composantes de telle question ou de telle ou telle situation nationale ou régionale.

4Sous le titre, Une aire multiculturelle en mal d’unité au cœur d’enjeux internationaux, sont d’abord envisagées les « identités » emboîtées qui puisent leurs racines dans l’islam, « premier niveau d’identification des sociétés de la région », bien que partagées par les divisions et les schismes et coexistant avec des minorités religieuses juives ou chrétiennes, identités entre lesquelles la langue arabe et la renaissance de l’arabité ( la Nahda) depuis le xixe siècle constituent des traits d’union entre les populations et les États, l’Iran, ainsi que des communautés linguistiques plus ou moins nombreuses faisant exceptions.

5Les tensions et conflits entre États (Iran, Irak, Israël, Palestine, Liban, Algérie, Maroc …) ou internes à tel ou tel d’entre eux (Liban, Irak, Soudan, Yémen …) s’enracinent dans une histoire souvent longue et mouvementée, dans laquelle interviennent les références communautaires de nature religieuse, les héritages de la colonisation, les enjeux internationaux. Ces conflits et les enjeux qui les sous-tendent limitent les échanges entre les pays, hypothèquent la coopération internationale entre eux et leur insertion dans l’économie mondiale.

6La deuxième partie traite du développement économique des pays du Maghreb et Pays du Proche-Orient, dans la perspective de l’intégration à l’économie mondiale. Les hydrocarbures, de l’estimation des réserves à leur transport et leur transformation industrielle, sont le facteur déterminant de cette intégration et de ses fluctuations géopolitiques (les chocs et contre-chocs pétroliers des 40 dernières années). En 2007, les revenus pétroliers ont représenté environ 40 % du P.I.B. des pays producteurs. Ces revenus soutiennent par les investissements qu’ils permettent le développement économique des pays producteurs dans les différentes branches d’activité : infrastructures de communication, grands équipements hydrauliques – la question de l’eau et ses enjeux –, agriculture irriguée visant à la fois l’autosuffisance et les exportations, industrialisation pour valoriser les hydrocarbures et dans les pays les plus peuplés les ressources de main-d’œuvre, le tourisme et ses dimensions internationales … Ils nourrissent également une accumulation financière massive de pétrodollars. Certes, par la rente pétrolière, les pays producteurs de la Méditerranée s’insèrent dans l’économie mondiale. Mais les investissements internationaux, les fonds souverains et autres placements spéculatifs les rendent dépendants des fluctuations et crises financières – dont celle des dernières années (on se reportera aux pages 93-102, puis 125-132). Cette question des revenus des hydrocarbures, de l’insertion mondiale qu’ils soutiennent mais aussi des dépendances qui en résultent, comme dans tant d’autres domaines d’activités, est l’un des fils conducteurs pour la compréhension des enjeux de la mondialisation dans laquelle sont impliqués les pays du Maghreb et du Moyen-Orient.

7Dans la troisième partie, la perspective se resserre autour de la Méditerranée, sur les relations entre pays de la rive nord et pays de la rive sud. Fracture ? Ou intégration ? Des convergences : convergences démographiques, mais des populations vieillissantes au nord, des jeunes en grand nombre au sud. Des échanges, mais somme toute limités. Les inégalités de niveaux de vie qui s’accusent font des migrations internationales, entre ouvertures passées et fermetures actuelles, une question vive des relations entre les pays des deux rives de la Méditerranée et hypothèquent les partenariats entre elles (ainsi de l’Union pour la Méditerranée).

8La dernière partie apporte des éclairages sur les disparités spatiales aux échelles non plus de la mondialisation ou de la Méditerranée mais à celles des territoires nationaux. Aux grandes villes en cours de métropolisation, en position littorale ou non, s’opposent, selon des organisations régionales qui, d’un pays à l’autre résultent « de la  diversité des héritages historiques et culturels et des trajectoires politiques, économiques et sociales récentes », des marges. Certaines sont fortement intégrées et densément peuplées, grâce aux activités économiques, aux émigrations, aux flux de capitaux, d’autres, au contraire,  frontalières et marginalisées s’insèrent dans la mondialisation par le bas avec les échanges informels et les autres activités illicites.

9Ce bref compte-rendu ne rend que très incomplètement compte de l’intérêt de cet ouvrage. Il convient d’insister à la fois sur la profondeur historique de ses analyses et l’actualité des questions qu’elles éclairent. Le livre peut se lire, cartes et tableaux statistiques à l’appui, selon une perspective thématique : l’islam, les hydrocarbures, la rente pétrolière, les disparités de développement, les inégalités sociales et la pauvreté, etc. Il peut aussi se parcourir par pays, l’Algérie, la Turquie, la Syrie… Le plan d’ensemble, le soin apporté à la rédaction des titres et sous-titres, les renvois aux rubriques d’une abondante bibliographie facilitent ces choix de lecture. C’est l’ouvrage d’un chercheur qui sait transmettre avec acuité  les analyses et les points de vue que lui autorise sa double appartenance géographique, intellectuelle et culturelle.

Top of page

References

Electronic reference

Robert Hérin, « SemmoudB., 2010, Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 24 October 2014. URL : http://mediterranee.revues.org/5470

Top of page

About the author

Robert Hérin

Professeur émérite en géographie, Université de Caen

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page