Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Dlala H. (éd.), 2010, Mondialisation et changement urbain

CPU de l’Université de La Manouba, 357 p.
Sylvie Daviet
p. 146-147
Bibliographical reference

Dlala H. (éd.), 2010, Mondialisation et changement urbain, CPU de l’Université de La Manouba, 357 p.

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Issu d’un colloque de l’unité de recherche Econurba, l’ouvrage réunit 14 communications (douze en français et deux en arabe) croisant les dynamiques économiques de mondialisation au changement urbain. Il s’appuie en premier lieu sur des exemples tunisiens, tout particulièrement Tunis et Sfax, en second lieu sur des exemples marocains (Casablanca et Agadir) et exceptionnellement sur un exemple gabonais (texte de Gisèle Makiela-Magambou). Dès l’introduction, Habib Dlala nous rappelle la sélectivité et la hiérarchisation des logiques globales qui permettent à certains organismes urbains de s’arrimer à l’Archipel Mégalopolitain Mondial (AMM), tandis que d’autres sont, à des degrés divers, en situation périphérique voire à l’écart.

2À partir de la conceptualisation de la notion d’interface, Habib Dlala élabore une grille d’analyse de la métropolité émergente de Tunis et des changements territoriaux qu’elle génère. C’est l’émergence économique (IDE, transferts de technologie, intégration dans les réseaux internationaux …) qui justifie le concept de métropolité émergente. La dimension économique et le rôle des firmes multinationales (FMN) sont donc une composante forte du processus. Les performances de la Tunisie, qui fut le premier parmi les pays du sud-est méditerranéen (PSEM) à entrer dans la zone de libre-échange avec l’Union européenne, sont bien connues. Mais au sein d’un pays de faible extension territoriale, représentant une masse démographique somme toute modeste (10 millions d’habitants), Tunis relève d’un niveau d’émergence mineur, inférieur à celui du Caire. Les fonctions d’interface mettent en relation l’hinterland (arrière-pays) et l’hinterworld (horizon mondial) ; pour les définir, six domaines sont listés allant des finances à la sphère politico-administrative, des transports aux télécommunications et des interfaces technologiques au tourisme. Habib Dlala nous rappelle également les étapes et modalités de l’ouverture économique tunisienne qui se manifeste dès 1972 par l’établissement de points francs, puis par les processus de privatisation, de développement technopolitain et les « mégaprojets » (des Berges du Lac à Enfidha) dont certains sont financés par le Qatar et Dubaï. Il en ressort une analyse forte de la recomposition du territoire tunisien avec, d’une part, une hyper-concentration des investissements dans un triangle littoral NE allant de Tunis à Sousse, qui capte les mégaprojets extravertis, et d’autre part, le décrochage du reste du territoire littoral (délaissement de Sfax) et plus encore de l’intérieur. Publiée à la fin de l’année 2010, cette analyse contribue après coup à éclairer la géographie de la révolution tunisienne, partie de ces gouvernorats délaissés (comme Sidi Bouzid et Kasserine dont les noms sont désormais mondialement connus), avant de rallier les classes moyennes et intellectuelles de la capitale. Si Habib Dlala n’a pas manqué de souligner le maillage du territoire par les fournisseurs d’accès à internet, la place à accorder à la culture dans la compréhension de la révolution tunisienne offre un champ de recherche que nous devrons sans doute investir collectivement avec plus de vigueur.

3La contribution de Mustapha Chouki sur Casablanca répond pour partie à celle d’Habib Dlala sur Tunis, en mettant l’accent sur les ambitions internationales de la ville (vitrine du Maroc moderne et capitale économique) qui contrastent avec les dysfonctionnements urbains. Mais au-delà des grandes métropoles, l’ouvrage porte attention à d’autres échelons de la hiérarchie urbaine comme Sfax et Agadir, à divers types de fonctions (étude des villes-port par Abdelkrim Salem) ou d’espaces économiques  (étude des clusters). En changeant d’échelle, il s’intéresse également aux zones périurbaines et agricoles (Abdallah Cherif) ou encore aux espaces littoraux. Enfin, par le biais de la coopération internationale décentralisée, il pose la question des politiques urbaines en matière de durabilité (Lamia Kratou et Jacques Poirot).

4Dans l’étude des transformations urbaines d’Agadir, Mohammed Ben Attou se focalise sur le rôle des Marocains Résidents à l’Etranger (MRE), en tant qu’acteurs du local, dans une métropole régionale en pleine mutation. L’émergence des entrepreneurs émigrés d’Agadir, vivant sur les deux rives, correspond à une nouvelle étape de la mondialisation où migrations et mobilités participent aux recompositions socio-spatiales des pays d’origine par l’investissement économique et immobilier. L’étude d’Ali Bennasr sur Sfax souligne son rang de seconde agglomération du pays, mais aussi ses difficultés et en définitive l’accumulation de ses retards. Pourtant doué d’une forte spécificité, avec sa ceinture agricole, son port, un tissu industriel et des groupes de dimension nationale (Poulina, Huard Tunisie, STPA), le modèle sfaxien s’essouffle, se heurte aux questions environnementales, à l’aménagement complexe de son littoral (opération Taparura étudiée plus en détail par Taoufik Megdiche) et à l’entretien de son patrimoine (médina en quête de réhabilitation). Sur tous ces sujets, le désengagement relatif de l’État a été durement ressenti et, au lendemain du 14 janvier 2011, les Sfaxiens espèrent sans doute un nouvel élan dans le contexte d’une Tunisie plus démocratique où le développement régional est remis à l’ordre du jour.

5Dans ce panel équilibré entre géographie économique et urbaine, deux contributions font la part belle à la géographie économique. Celle de Hassen Tayachi s’intéresse plus particulièrement aux centres d’appel qui ont connu un important développement au Maroc comme en Tunisie. En se focalisant sur l’exemple tunisien, l’auteur explique l’attractivité et la compétitivité du pays au regard de ses principaux concurrents comme le Maroc. L’offre de diplômés en langues et en ingénierie est particulièrement élevée et les salaires sont attractifs. En outre, tout en restant concentrés majoritairement dans la métropole tunisoise, les centres d’appel se sont diffusés sur le territoire national en une dizaine d’année et sont désormais présents dans les chefs-lieux de gouvernorats de l’intérieur. La question des clusters, étudiée par Hamadi Tizaoui, s’inscrit plus généralement dans une analyse de l’industrie tunisienne et de sa contribution au développement économique. On oublie trop souvent que la part de l’industrie dans le PIB est passée de 6% en 1961 à près de 34% en 2006. Après avoir exercé un rôle dominant, l’État a promu un système d’incitation à l’entrepreneuriat dès les années 1970 dont les étapes et modalités sont précisées, avant de dresser un tableau du paysage entrepreneurial tunisien. Mais la domination des PME ne doit pas passer sous silence la formation de groupes industriels tunisiens. S’appuyant sur des travaux récents, l’analyse territoriale reste prudente sur l’usage du concept de district dans l’espace tunisois, mais l’auteur ne résiste pas à l’idée de qualifier Sfax de « Japon de la Tunisie » en raison de son milieu innovateur ! Pour terminer, il ne manque pas d’en appeler à une meilleure transparence des marchés publics et à des garanties de traitement équitable pour toutes les entreprises.

6Cet ouvrage comprend nombre d’analyses qui se révèlent d’une grande pertinence à la lumière des transformations politiques qui se déroulent sous nos yeux en ce début d’année 2011. Sa lecture contribue à éclairer une actualité méditerranéenne décidément bien passionnante.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Daviet, « Dlala H. (éd.), 2010, Mondialisation et changement urbain », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 23 October 2014. URL : http://mediterranee.revues.org/5473

Top of page

About the author

Sylvie Daviet

Professeur de géographie à l’Université de Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page