Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Choplin A., 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du Monde

Paris, Karthala-Prodig, 366 p.
Serge Weber
p. 147-148
Bibliographical reference

Choplin A., 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du Monde, Paris, Karthala-Prodig, 366 p.

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1L’ouvrage que propose Armelle Choplin sur Nouakchott est à l’image de la photographie de couverture : une route qui débouche sur un carrefour aux destinations improbables (Nouakchott, Dubaï, Bagdad), autrement dit une piste de recherche qui conduit à des réflexions inattendues. Le sous-titre Au carrefour de la Mauritanie et du monde laisse entendre que différents niveaux de lecture sont proposés.

2Pour qui vient de s’installer en Mauritanie, souhaite s’y rendre ou manifeste un intérêt pour la zone saharo-sahélienne, le monde arabe ou l’Afrique de l’Ouest, l’ouvrage se présente comme une monographie relativement complète. Le texte s’ouvre sur le récit du destin exemplaire de Nouakchott, cette jeune capitale créée ex-nihilo en 1958. L’auteur revient sur les besoins d’ériger une capitale dans cette vaste zone désertique au moment de l’indépendance. La nouvelle capitale est censée accompagner la construction de l’État mauritanien. Voilà donc un dessein éminemment politique, ce qui ne peut manquer d’avoir de profondes conséquences sur l’organisation sociale de cette ville. Rapidement, la réalité de l’urbanisation prend le pas sur la capitale rêvée : ce qui n’est à l’indépendance qu’un vulgaire point d’eau autour duquel évoluent quelques centaines de nomades connaît une croissance démesurée avec les sécheresses des années 1970. Nouakchott passe de 1 000 habitants en 1960 à un million aujourd’hui. La ville s’est largement étalée, ce dont rend compte Armelle Choplin, en promenant le lecteur du centre vers les périphéries précaires, espaces qu’elle semble bien connaître et fait vivre grâce aux témoignages des habitants qui ponctuent le texte. La ville se découvre au jour le jour sous la plume de l’auteur, avec sa fragmentation, ses manques, ses dysfonctionnements. On saisit alors toute l’ambigüité et les enjeux politiques de construire une capitale à cheval entre le monde arabe et l’Afrique subsaharienne. On comprend combien les choix des dirigeants (maures) trouvent leur prolongement dans cet espace urbain qui est progressivement devenu un support de la politique d’arabisation. Nouakchott s’impose comme la caisse de résonnance spatiale des conflits, notamment ethniques, qui ont émaillé la courte histoire de la Mauritanie. Il devient alors évident que la configuration actuelle des quartiers, la communautarisation exacerbée, les disparités socio-économiques criantes sont davantage liés à une histoire politique et sociale complexe qu’à une impuissance totale des pouvoirs publics.

3Le texte offre un second niveau lecture, permettant de dépasser le seul cadre monographique. Cet élargissement est rendu possible par la structure du livre elle-même, qui invite à sortir du cas mauritanien : si la première partie revient sur l’histoire de la ville et la façon dont elle fonctionne en son centre mais également en ses marges, la seconde partie replace Nouakchott à l’échelle mondiale. Le lecteur qui ne connaît pas la zone retrouvera ici les mêmes questionnements théoriques qu’ailleurs : qui fabrique la ville ? Quels enjeux entourent la question de la gouvernance urbaine ? Quelle compétition voit le jour entre les différents acteurs (bailleurs de fonds, pouvoir central, élus locaux, ONG …) dans cette ville dite du Sud ? Comment la ville intègre-t-elle (ou non) les migrants installés depuis longtemps ou en transit vers l’Europe ? C’est ainsi que sont analysés, avec un réel souci de rendre intelligible des dynamiques complexes, les logiques foncières, les enjeux de l’aide publique au développement, les investissements en lien avec le pétrole, ou encore la gestion ambiguë des politiques migratoires. En s’intéressant à la capitale de ce pays désormais pétrolier, et marqué par une très forte extraversion, les clés de lecture offertes donnent à penser pour d’autres lieux. Et c’est certainement l’objectif que s’était donné l’auteur : Nouakchott n’a qu’un rôle de loupe grossissante permettant de lire les dynamiques sociales, politiques et spatiales du monde contemporaine. « Dans ce lieu particulièrement sociabilisé, approprié et politisé qu’est la capitale, (…) les enchevêtrements et interdépendances sont tels que rien ne s’analyse isolément ». Parce que cette ville-capitale est jeune, qu’elle compte encore peu d’habitants, que son élite restreinte évolue dans un espace réduit, « il est ici possible d’observer et de comprendre bien des mutations qui ailleurs sont plus diluées ».

4Alors que le pays vient de fêter en novembre 2010 ses cinquante ans, sa capitale Nouakchott, inconnue du plus grand nombre et perdue dans les limbes des villes non globales, n’en a pas moins beaucoup à nous apprendre sur la Mauritanie et le monde. C’est bien ce qu’Armelle Choplin laisse entendre en concluant que ces périphéries du monde deviendraient de nouvelles charnières géopolitiques. Les récentes évolutions lui donnent raison. Cet ouvrage, qui a le mérite de donner la parole aux habitants, est là pour rappeler que la zone saharo-sahélienne est riche et complexe et ne saurait se résumer à une zone grise de non droit.

Top of page

References

Electronic reference

Serge Weber, « Choplin A., 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du Monde », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 25 October 2014. URL : http://mediterranee.revues.org/5476

Top of page

About the author

Serge Weber

Maître de conférences à l’Université de Paris-Est

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page