Skip to navigation – Site map
Introduction

Maghreb, une mondialisation subalterne

Ali Bensaâd
p. 3-8
Translation(s):
Maghreb, a subordinate globalization

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1La « mondialité » de toute partie du monde est aujourd’hui l’évidente attestation de la réalité et de la centralité de la prégnance de la mondialisation. Il n’est pas de pays ou de société qui ne soit aujourd’hui travaillé, au cœur même de ses structures, par les dynamiques de mondialisation qui investissent même les périphéries et jusqu’aux marges les plus emblématiques. C’est en interaction, subie ou assumée, avec ces dynamiques que se façonne désormais le devenir du Maghreb.

2C’est entendu, le Maghreb, malgré la proximité géographique et historique avec l’Europe, occupe une place secondaire dans la polarisation de l’économie mondialisée et il ne s’y dessine aucune perspective évidente de position émergente. Au contraire, celle-ci semble même s’éloigner. La Méditerranée est aujourd’hui la région où les écarts Nord/Sud sont les plus importants et c’est aussi la seule région où ces écarts s’accroissent, notamment si on la compare à la partie en développement de l’Asie orientale, dont le PIB/habitant était 3 fois moins élevé il y a 30 ans que dans les pays du sud de la Méditerranée et qui leur est aujourd’hui bien supérieur! (Beckouche P., 2007). Et nulle part ailleurs le différentiel n’est aussi grand: le rapport entre revenus est d’environ 1 à 15. Plus spécifiquement, le PIB/habitant dans l’Union européenne est 14 fois plus élevé que dans les pays du Maghreb. Il est 20 fois plus important en Allemagne, 19 fois en France, et 12 fois en Espagne (Bensaâd A., 2008)

3Si les liens économiques sont marqués par une forte asymétrie, ils illustrent aussi une très forte interdépendance: les échanges avec l’Europe représentent plus des 2/3 pour le Maghreb, alors qu’ils ne représentent que moins de 8% pour la première. En un raccourci, ces liens illustrent l’incontestable arrimage du Maghreb à la mondialisation et sa position subalterne, une situation qu’on pourrait qualifier de « Mondialisation subalterne ».

4Cet arrimage, partiel, sélectif et foncièrement inégalitaire, se manifeste par l’émergence de nouveaux territoires productifs transnationaux qui sont liés aux délocalisations d’entreprises européennes, aux zones franches et aux restructurations industrielles consécutives aux démantèlements douaniers, comme au Maroc et surtout en Tunisie, ou aux concessions pétrolières et minières, à rebours des nationalisations des années 1970, comme en Algérie et en Libye. Il se manifeste aussi par le développement d’une agriculture d’exportation renforçant le déficit alimentaire et le surcoût de l’exploitation d’une eau rare. La mise en tourisme massive, avec des emprises foncières considérables, est une des formes privilégiées de cet arrimage. Elle se traduit par une ségrégation socio-spatiale, un remodelage des paysages, une gentrification des cœurs de ville et une patrimonialisation et des reconstructions identitaires normées par la demande touristique. Cet arrimage a aussi pour conséquence un remodelage des métropoles, avec la requalification des centres orientés vers l’attraction des grandes sociétés internationales et l’émergence d’espaces de spécialisation exclusivement tournés à l’international. Autant de signes visibles qui attestent des emprises des dynamiques de mondialisation sur le Maghreb et de leur manifestation au travers, surtout, d’une Europe si proche et historiquement très présente, dont la prégnance se traduit spatialement par la tendance à la littoralisation des pays et à l’accentuation des déséquilibres régionaux, renforçant la logique de retournement de l’espace qui fut celle de la colonisation.

5Les différents territoires maghrébins sont ainsi l’objet d’une valorisation différenciée et sélective selon des processus contradictoires, mais aux finalités complémentaires, d’unification d’un côté, de fractionnement de l’autre, et qui accentuent, en le reformulant, « le système de domination et de dépendances hiérarchiques » (Dolfus, 2001).

  • 1 Projeté dès 2009, ce numéro a fait l’objet d’un appel à contribution en janvier 2010 et une premi (...)

6Le cas tunisien, mis au devant de la scène par l’actualité1, a représenté le modèle le plus poussé de la sélectivité et de l’accentuation de la différenciation territoriale. L’explosion sociale qui a emporté le régime tunisien trouve dans ces déséquilibres territoriaux une part importante de sa genèse. D’un côté, un littoral portuaire riche ouvert sur l’économie mondiale, de l’autre des régions intérieures pauvres et déprimées mais jeunes, fournissant les migrants nécessaires aux industries touristiques et manufacturières de la côte et que celles-ci ne peuvent entièrement absorber. L’accentuation du déséquilibre a poussé la différenciation au sein même de ce littoral avec une contraction de l’espace compétitif. Cette construction territoriale est la cristallisation spatiale d’une économie liée au marché mondial et à la demande solvable des entreprises et capitaux étrangers, une économie plus structurée autour de secteurs extravertis que d’activités liées aux besoins sociaux de la population et à une demande intérieure tournée vers une économie productive nationale. Aussi, c’est par la fracture territoriale qu’a pu s’engouffrer la contestation sociale avant de fédérer toutes les exclusions.

7L’article de Diala sur l’émergence métropolitaine de Tunis, écrit bien avant le déclenchement de la révolution, en restituant la dynamique de fragmentation territoriale induite par la logique libérale de pleine concurrence « sous contrôle », laisse entrevoir de façon prémonitoire les craquelures du tissu social sous l’effet des fissures territoriales. Une logique qui, au-delà de la fracture territoriale entre régions côtières riches et ouvertes et régions intérieures pauvres, porte une fragmentation, exacerbée, à l’intérieur même de cette façade maritime potentiellement privilégiée. L’espace de compétitivité se trouve ainsi rétréci à un triangle métropolitain restreint incluant le Nord-Est et le Sahel et d’où sont exclus, selon l’auteur, même des espaces qui furent très compétitifs à l’image de Sfax, ville emblématiquement entrepreneuriale de la Tunisie (Denieuil P.-N., 1992 ).

8La valorisation différenciée et sélective des territoires et les reformulations des hiérarchies en leur sein concernent tous les territoires maghrébins, comme le démontre Troin pour le Maroc, où la mondialisation interfère avec la régionalisation, impulsée par le pouvoir, dans la qualification des territoires et les nouvelles hiérarchies suscitées. Et comme le démontre Marc Côte pour l’Algérie, où l’irruption de l’économie libérale et de la mondialisation a pris le contre-pied des structurations spatiales antérieures. Sont bien sûr toujours valorisés de façon privilégiée les espaces « synapse », (terme médical désignant une zone de contact entre neurones et adapté par R. Brunet à la géographie, Brunet R., 1992 ), classiques zones de contact, d’échanges, établissant une connexion entre un avant-pays international et un arrière-pays national et local, à l’image de l’axe Rabat-Casablanca qui se prolonge en un axe atlantique de Kenitra à El Djedida, de la Mitidja algéroise ou de la métropole tunisoise, comme évoqué plus haut. La concentration littorale héritée de la colonisation et combattue en Algérie lors de la phase socialisante revient encore plus forte, comme l’indique dans son article Marc Côte. L’industrialisation avait été alors un outil d’un aménagement territorial descendant loin vers le sud, gagnant loin au niveau des villes moyennes et petites. L’entrée dans l’économie de marché et le basculement d’une économie productive à une « économie de bazar » (plus de 31000 importateurs recensés en 2009) s’est traduite par la ruine du tissu industriel. Le repli structurel s’est traduit par un repli territorial, l’espace industriel algérien s’est fortement contracté. Fin 2008, les entreprises étrangères se concentrent pour 60% dans la wilaya d’Alger et pour 70% dans ses wilaya limitrophes, renforçant plus que jamais le poids de l’avant‑pays international concentré autour de la capitale.

9Mais, entrent aussi dans la catégorie de régions ouvertes des espaces de transit international qui ne disposent que d’un étroit arrière-pays, simples « têtes de pont », peu aptes à exercer une polarisation des territoires intérieurs. Ce sont avant tout des zones portuaires, apparaissant comme des greffes sur l’espace continental. C’est le cas de Tanger, exemple concret de ville qui s’inscrit à la fois dans un processus de métropolisation et qui s’insère dans un espace transnational ouvert pratiquement sur quatre continents (l’Asie, l’Afrique, l’Europe, et l’Amérique), mais qui, comme le montre l’article de Zoubir Chattou, demeure encore mal intégrée dans l’espace régional, voire national. Malgré l’étroitesse de l’arrière pays et sa difficulté à le polariser, Tanger émerge comme nouvelle ville transnationale. Sa situation stratégique de zone frontalière à 14 km de l’Europe, – passage obligatoire pour les connexions terrestres intercontinentales –, sa position de carrefour donnant sur l’Atlantique et la Méditerranée, pouvant contrôler l’un des passages maritimes les plus importants au niveau mondial et valorisée par l’implantation d’un grand port de transbordement; l’ampleur des investissements – augmentation de la spéculation foncière, émergence de nouvelles villes, autoroute, voies ferrées, mise à niveau de la ville, Port Med avec de nouvelles extensions, zones de libre échange, etc. – autant de facteurs qui contribuent à la construction d’une nouvelle ville transnationale. Pointée vers l’Europe, elle est un condensé des aspirations marocaines à l’ouverture internationale. Cependant, cette zone d’ouverture est pour les migrants irréguliers qui viennent s’y échouer ou y mourir une zone de fermeture de plus en plus implacable (Bensaâd  A., 2009).

10L’exemple marocain révèle que des territoires intérieurs sont tout autant atteints par les ramifications du développement « global », grâce le plus souvent au tourisme fonctionnant comme passeur de mondialisation. C’est le cas de la ville de Marrakech qu’étudie Anne Claire Kurzac, qui n’a pas encore les atouts ni les pouvoirs de commandement d’une ville-monde, mais qui semble réunir les critères d’une ville mondialisée en construction par son intégration à un tourisme devenu pluriel, par ses réseaux de connexion au système-monde et par son pouvoir d’attraction, son rayonnement et son interaction avec le reste du monde. Les reconfigurations spatiales et les transformations de la ville et de son image par et pour le tourisme, la mise aux normes de ses infrastructures et la métropolisation de son espace urbain montrent un ancrage au processus de mondialisation. L’analyse des évolutions socio-économiques de la ville et de ses paysages montre que les nouvelles activités économiques et le tourisme sont des agents de modernisation, de brassage et de mise aux normes des lieux aux standards internationaux. Mais ils sont aussi un motif de préservation des différences et des spécificités locales, la mise en valeur de l’identité locale et la mobilisation du champ patrimonial étant un facteur d’attraction touristique. Mais, en marge des grandes zones touristiques mondialisées, émergent des territoires touristiques « informels » qui, depuis des espaces reculés du monde rural, se connectent directement avec le système‑monde. À partir d’une étude portant sur l’arrière‑pays rural et montagneux de la région d’Essaouira, Mohamed Berriane et Sanaa Nakhli nous font découvrir un processus de touristification spontanée avec une multiplication, informellement, des moyens d’hébergement non hôteliers pour tenter de capter un nouveau profil de touriste, plus attiré par le dépaysement et la connaissance de l’autre. Cette connexion au système‑monde de systèmes socio‑économiques et culturels locaux débouche également sur des processus de patrimonialisation fortement marqués par cette mondialisation où le « local » est redécouvert ou reconstruit en écho à une demande étrangère. Bien que fonctionnant dans l’informel, porteurs de moyens d’hébergement, associations et populations contribuent à la construction d’un produit local avec son image et les composantes de son offre, le tout connecté directement au système‑monde sans le moindre relais ni intermédiaire. Dans le même sens, David Goeury illustre, à travers le cas de la vallée Zaouiet Ahansal, symbole national de misère, comment l’enclavement de contrainte nationale peut devenir une opportunité mondiale et, à travers ce cas, la relation complexe entre enclavement et mondialisation. La marginalisation de cette vallée du Haut Atlas au sein du royaume du Maroc par l’administration coloniale, du fait de sa longue résistance, aboutit aujourd’hui, du fait de son long isolement, à sa mise en résonance à l’échelle mondiale comme un lieu autre: une hétérotopie. L’enclavement devenant alors un élément attractif et la misère rurale, conservatoire d’altérité, est sublimée comme spécificité à l’usage de touristes atypiques et de chercheurs. On a ainsi une forme spécifique de mondialisation sans qu’il y ait une intermédiation de l’État. La mondialisation, loin de se traduire par une uniformisation, pourrait ainsi assurer le maintien de la différence esthétique comme ressource des lieux et support à la constitution d’idéaux.

11L’ouverture à l’international travaille aussi les représentations (Abeles M. 2008), qui échappent dorénavant à l’entre-soi identitaire national. Ainsi en est-il de l’imaginaire tourné vers l’extérieur, comme l’illustrent les paraboles hérissant tout l’habitat au Maghreb, des bidonvilles aux quartiers aisés, ou le champ religieux restructuré par des réseaux transnationaux islamistes, réformateurs ou confrériques, ou par l’implantation des réseaux évangélistes. L’article de Karima Dirèche révèle un processus en œuvre de mondialisation du champ religieux au Maghreb. Elle l’éclaire à travers les nouveaux espaces et réseaux néo-évangéliques mondialisés au Maghreb où les conversions se multiplient, les lieux de culte émergent un peu partout accompagnés de revendications publiques d’une liberté de culte et de conscience. Ces dernières ont déclenché un véritable débat national en Algérie et au Maroc et des réactions plutôt autoritaires et souvent répressives de la part des autorités politiques et religieuses. Les réseaux de prédication et de formation des leaders religieux locaux laissent apparaître toute leur complexité dans les connections souvent floues à des Églises d’Europe et d’Amérique du Nord. Cette présence chrétienne bien éloignée des Églises catholique et protestante du temps colonial alimente un débat public sur la citoyenneté et la diversité religieuse et fait écho à toute la réflexion sur l’État de droit au Maghreb. Une question devenue centrale, comme l’a illustré la révolution tunisienne qui a trouvé dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication un outil de diffusion de l’aspiration démocratique et un moyen de contournement de la censure du pouvoir. Aussi Sihem Najar interroge les effets de la mondialisation au prisme des usages sociaux de ces technologies, notamment par la diaspora tunisienne qui se trouve aujourd’hui engagée dans un processus de construction et de montage de réseaux relationnels complexes grâce au développement de ces technologies.

12Cette nouvelle donne communicationnelle contribue à l’émergence de logiques identitaires (et identificatoires) nouvelles et aux transformations des liens sociaux, qu’il s’agisse des interactions sociales au sein des communautés diasporiques ou des liens qu’elles entretiennent avec leurs milieux d’appartenance et le monde extérieur. En outre, la diaspora tunisienne a joué un rôle crucial par la contribution à la création, sur la toile numérique, d’espaces publics d’expression et en aidant les compatriotes de Tunisie à déjouer la censure et à accéder aux informations censurées par le pouvoir en place.

13L’expérience et la reconstruction identitaires en situation diasporique sont également des éléments constitutifs de « l’actorité » des femmes « entrepreneures des deux rives » franco-tunisiennes, étudiées par Pierre-Noël Denieuil, et dont les motivations pour l’activité entrepreneuriale sont loin d’être « strictement économiques ». Elles sont transformées autant par leur aventure entrepreneuriale que par l’altérité et la traversée de frontières identitaires. Elles se sont construites pour la plupart une identité mêlée, de chevauchement sur les deux cultures et puisant dans différents registres identitaires pour composer une identité souple et adaptable aux lieux et aux milieux investis, une véritable identité « situationnelle ». Les nouvelles autonomies qu’elles se sont construites, dans le voyage et l’activité entrepreneuriale, ne se situent jamais en rupture définitive avec l’ordre existant. Elles se construisent plutôt comme des formes de négociation et d’adaptation à la réalité et s’insèrent dans des formes de recomposition et de continuité. Ce parcours entrepreneurial s’inscrit dans une tendance forte de la féminisation des flux migratoires, de femmes entreprenant puis voyageant et circulant seules. Ces femmes ne répondent pas à une demande de travail émanant des sociétés européennes, mais s’inscrivent davantage dans les évolutions du marché du travail au Maghreb, qui se caractérisent par une féminisation de certaines activités comme le commerce. Cette visibilité de la femme dans l’espace public est nouvelle au Maghreb et résulte d’une forte ouverture de l’espace urbain à la mixité. Elle s’inscrit aussi dans une tendance forte de la montée de l’entreprenariat étranger ou issu de l’immigration sous forme de petite entreprise individuelle et/ou familiale comme réponse à la difficulté de l’école et du salariat à garantir une ascension sociale (Madoui M., 2007). Le même phénomène s’observe sur la rive sud, au Maghreb.

14Depuis que l’Algérie a entamé sa transition vers l’économie de marché, la fibre entrepreneuriale gagne toutes les couches sociales. L’économie de marché n’est plus un tabou. C’est dans ce contexte où l’entreprenariat est valorisé qu’émerge une nouvelle figure: l’entrepreneur religieux, étudié par l’article de Mohamed Madoui. Alors que l’imaginaire social reste figé sur les questions de revendication identitaire portées par l’islam politique, une nouvelle génération d’entrepreneurs, instruits et ayant fait pour certains leurs études en Europe ou aux USA avant de rentrer au pays et créer leur entreprise, remettent au goût du jour les principes islamiques et les recettes modernes du management qu’ils essaient d’adapter et de reformuler aux réalités sociales et culturelles algériennes pour les rendre plus accessibles. Ils souhaitent et travaillent à une ouverture encore plus grande de l’économie algérienne à la globalisation néolibérale qui est pour eux une opportunité certaine de faire des affaires. Politiquement désenchantés, ils mobilisent l’éthique islamique du travail à des fins de management moderne et de compétitivité de leur entreprise et font usage des réseaux sociaux pour trouver de nouveaux marchés, recruter du personnel ou encore construire du lien social, avec l’ambition de faire de l’« Islam du marché » une réponse au problème de sous-développement de l’Algérie, et plus largement des pays musulmans.

15Hésitante encore dans le secteur productif et bancaire, la libéralisation, en Algérie, a pleinement concerné le secteur commercial. Depuis la fin du monopole d’État sur le commerce extérieur est apparue une nouvelle catégorie d’importateurs qui a su répondre aux besoins d’une société algérienne en mal de consommation. Le commerce algérien d’importation a connu deux transformations. Centré initialement sur Marseille, l’approvisionnement s’est mondialisé. Désormais, les marchandises proviennent de Chine, d’Indonésie, du Moyen-Orient ou de Turquie ainsi que de pays développés de plus en plus divers: outre la France, l’Italie, l’Allemagne, les États-Unis, etc. La seconde transformation concerne les volumes ainsi que les investissements en jeu: l’économie du conteneur a remplacé celle de la valise ou du « cabas ». Dans leur article, Brahim Benlakhlef et Pierre Bergel considèrent les transformations du commerce d’importation comme un révélateur des changements à l’œuvre dans la société algérienne. Ces transformations ont profité à une nouvelle classe d’entrepreneurs. Certains sont des self‑made men qui ont su saisir les opportunités, d’autres sont attachés à des dynasties familiales insérées dans le monde des affaires depuis plus longtemps. Leur rapide enrichissement s’est matérialisé par le choix de nouveaux lieux de résidence et de loisirs, par des pratiques corporelles, vestimentaires et de déplacements totalement inédites en Algérie. Le changement est également spatial et il concerne des échelles variées: nouveaux circuits commerciaux, nouvelles surfaces de vente, nouvelles mobilités, nouveaux lotissements sécurisés et nouvelles villas. Les deux auteurs posent donc l’hypothèse que les « nouveaux riches » du commerce mondialisé sont les vecteurs d’une transformation socio‑spatiale de grande ampleur, identifiable dans la société algérienne depuis une dizaine d’années.

16Mais ces « aventuriers », pionniers du commerce mondialisé que nous décrivent les deux auteurs n’agissent pas en solitaires. Ils s’appuient sur des institutions, au travers parfois, de leur statut de fonctionnaire, et surtout sur des structures sociales, l’organisation tribale dont ils sont issus. Sublimée dans les luttes de libération puis dans les constructions nationales, déterritorialisée et pour une part réinventée, la tribu reste un référent social et identitaire important que le discours politique officiel s’empresse d’occulter tout en l’instrumentant. (Bensaâd A., 2006)

17La tribu est ainsi un paradoxal tremplin d’arrimage dans la mondialisation des réseaux commerçants diasporiques maures qu’étudie dans son article Ali Bensaâd, arrimage qui a pour effet-retour ambigu de transformer le cadre tribal et de bouleverser ses hiérarchies tout en consolidant les trames tribales comme instrument d’entreprenariat et de clientélisme, dans une interpellation en miroir entre particularismes et mondialisation.

18Depuis les marges sahariennes, en marge des circuits conventionnels des échanges et souvent en infraction des règles formelles qui les régissent, s’appuyant sur une structure sociale stigmatisée comme un «archaïsme», anachronisme de la modernité et antinomie de la mondialisation, ces diasporas commerçantes déploient, à une échelle capillaire, des réseaux mondialisés tissant leur toile au travers de vastes espaces internationaux périphériques. Depuis ces derniers, elles réussissent maintenant à investir les grands carrefours internationaux des échanges et à s’imposer comme des acteurs efficaces et bénéficiaires de la mondialisation économique. Leur poids économique et surtout la capitalisation de la densité sociale et relationnelle de leurs réseaux commerçants en font un vecteur d’influence sociale et politique dont les effets se font ressentir en boucle dans le pays d’origine et d’accueil et dans le jeu politique international.

19L’accès à la modernité prend le détour d’un « retour » aux structures traditionnelles servant d’« amortisseur » et de « convertisseur » de (et à) la modernité. Ce subtil alliage entre ouverture à l’international et à la mondialisation et mobilisation de référents traditionnels illustre la capacité de groupes sociaux situés à la marge extrême des dynamiques de mondialisation à intégrer celles-ci et à se les réapproprier, et que « les groupes sociaux, qui en apparence se présentent comme des victimes passives des forces du village global, de la mondialisation et des États-nations, sont en fait capables de mettre en œuvre des formes subtiles de résistance et de visibilité » et d’« annexer le monde global dans leurs propres pratiques de la modernité » (Appadurai A., 2001).

20Cette mondialisation mobilisant des groupes sociaux situés apparemment à la marge des dynamiques de mondialisation se traduit également par l’irruption d’espaces marginaux dans l’ouverture directe sur le monde.

21L’émergence et la croissance vigoureuse d’un secteur marchand informel et se connectant, souvent par la transgression, sur les nouvelles places mondiales (comme Dubaï, les « dragons » asiatiques ou Istanbul), contribuent à façonner de nouvelles territorialités qui échappent aux logiques administratives des États et à celles des investissements de l’économie formelle et subvertissent les organisations spatiales établies. Elles structurent, à l’intérieur des pays pour l’essentiel, mais aussi sur les périphéries des zones littorales, de nouveaux réseaux dont l’une des traductions spatiales est l’émergence de multiples « villes-souk », à l’instar de celles dénommées « Souk Dubaï », ou des centralités nouvelles, souvent dans des quartiers informels, qui concurrencent les quartiers modernes. Tadjenanet, hier bourg pauvre et isolé du constantinois, est aujourd’hui le centre de distribution à l’échelle nationale, de l’électroménager importé depuis l’Asie par des filières informelles, Derb Ghallef à Casablanca brasse des milliards de dirhams en transactions et la Joutya de Rabat surclasse tous les centres commerciaux de la capitale. L’insignifiance des échanges intra-maghrébins a pour effet le développement, le long des frontières, d’échanges transnationaux illégaux dont les itinéraires et les places de transit varient selon les conjonctures et qui croisent ou parasitent les différentes logiques nationales d’organisation de l’espace. Le Rif, espace marginal et longtemps ostracisé par les logiques territoriales nationales, est l’un des espaces les plus ouverts sur l’extérieur avec lequel il communique intensément, que ce soit à travers la contrebande par les zones frontalières de Ceuta, Melilla d’un côté et Oujda de l’autre, ou par le Cannabis. Enfin, les échanges transsahariens, réactivés en dehors de la volonté des États voire en opposition avec eux, sont à la source d’émergence de filières, routes commerciales et places marchandes et de transit de dimension supranationale, revivifiant les axes méridiens reliant le Maghreb et le Sahel et les centres urbains qui s’y situent. Tamanrasset, véritable tour de Babel réunissant des dizaines de nationalité, est, au cœur du plus grand désert au monde, le Ténéré, une véritable ville transnationale (Bensaâd A., 2009) et Layoune, sur les rivages désertiques de l’Atlantique, par les Canaries proches, zone franche commerciale et pointe extrême de l’espace Schengen, participe activement aux flux de la mondialisation par la contrebande et les migrations irrégulières (Troin J.-F., 2002).

22On peut donc dire que la mondialisation, dans sa phase actuelle, se manifeste aussi comme l’entrée de la marge sur la scène du monde.

Top of page

Bibliography

Abeles M., (2008), Anthropologie de la globalisation , Paris, Payot, 280 p.

Appadurai A., (2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 322 p.

Beckouche P., (2007), « Comparer Euromed aux autres régions Nord-Sud », Géoéconomie, no 42, p. 15-35.

Bensaâd A., (2008): « L’Union méditerranéenne, une structure périphérique pour l’Union européenne ? », in L’Opinion Européenne, Paris, Éditions Sciences Po et Fondation Robert Schuman, p. 117-125.

— (2006): « Mauritanie: Territoire de marges et de liens », in Ali Bensaâd (dir.),Mauritanie: le devenir d’un État-charnière, Maghreb-Machrek, no 189, Paris, Automne 2006, p. 7-24.

Bensaâd A. (dir.), (2009), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur Émigration, Paris, Karthala, 446 p.

Brunet R. et al., (1992), Les mots de la Géographie, dictionnaire critique, Montpellier, Reclus et Paris, La Documentation Française, 470 p.

Denieuil P.-N., (1992), Les entrepreneurs du développement. L’ethno-industrialisation en Tunisie: la dynamique de Sfax, Paris, L’Harmattan, 207 p.

Dolfus O., (2001), La mondialisation, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 167 p.

Madoui M. (dir.), (2007), « Les petits entrepreneurs d’origine maghrébine », Hommes et migrations, no 1266, mars-avril 2007, Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée, mis à jour le: 08/06/2011, [en ligne].

Semmoud B., (2010): Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, coll. U, 318 p.

Troin J.-F. (dir), (2006): Le Grand Maghreb, Armand Colin, coll. U, Paris, 364 p.
— 2002, Maroc. Régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve & Larose, et Casablanca, Tarik éd., 502 p.

Top of page

Notes

1 Projeté dès 2009, ce numéro a fait l’objet d’un appel à contribution en janvier 2010 et une première version des articles a été recueillie en octobre 2010 avant relecture soit 3 mois avant que ne débute la révolution tunisienne. Cette chronologie n’en éclaire que plus la dimension prémonitoire de certains articles. Si le temps de la recherche n’est pas celui de l’actualité, il arrive que cette dernière la rattrape pour la conforter.

Top of page

References

Electronic reference

Ali Bensaâd, « Maghreb, une mondialisation subalterne », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 01 March 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5488

Top of page

About the author

Ali Bensaâd

Géographe, Université de Provence, IREMAM, bensaadali@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page