Skip to navigation – Site map

Roms en Bulgarie, Roms en Roumanie - quelle intégration ?

Roms in Bulgaria, Roms in Romania - what kind of integration ?
Milena Guest and Alexandra Nacu
p. 105-115

Abstracts

This article proposes a critical reflection on the Roma integration within the Bulgarian and Romanian societies, through the analysis of the two countries’ European Union integration. Our analysis focuses on the nature of integration and its territorial expression through the study of public policies at various scales.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Roumanie, Bulgarie
Top of page

Full text

This article has been published in open access since 01 janvier 2010.

1 - Introduction

1L’ « intégration » rom est un défi pour l’urbanisme et les sociétés modernes tant à l’est qu’à l’ouest de l’Europe. Envisagée par les pouvoirs publics comme un problème plus que comme une question, la condition rom dérange. Par les modes de vie que cette population déploie en milieu urbain, par les formes d’occupation du sol qu’elle adopte (ou qu’elle est réduite à adopter), par ses pratiques, elle s’inscrit souvent en désaccord avec les normes des sociétés urbaines européennes. La majorité des Roms, misant leur développement sur les circuits de l’économie informelle, parviennent à maintenir un faible niveau de vie, qui reste encore très éloigné de celui des sociétés au sein desquelles ils évoluent.

2La situation des Roms de Bulgarie et de Roumanie n’est pas propre à ces pays : on la rencontre de façon aussi éloquente ailleurs en Europe centrale et orientale et, de manière plus ou moins spectaculaire, dans les autres États européens. En revanche, les rapports que les sociétés roumaines et bulgares entretiennent avec la population rom, plus fortement représentée sur leurs territoires nationaux, sont souvent qualifiés de discriminatoires, voire racistes, et c’est pour cette raison que les Roms se sont retrouvés sur le devant de la scène lors des débats sur l’intégration européenne des deux pays. Avec l’entrée dans l’UE de la Bulgarie et de la Roumanie, les Roms sont devenus la plus importante minorité ethnique de l’Union européenne. On estime entre huit et dix millions les Roms qui y vivent. Alors que ce sont des citoyens d’Europe à part entière, leur situation sociale et politique très précaire reste plus qu’incertaine.

3Nous nous proposons de questionner dans cet article l’intégration du groupe rom et les modalités de son expression territoriale au sein des sociétés urbaines. Plus que d’analyser la communauté rom dans une spécificité qui serait irréductible, nous voulons interroger la nature des rapports qui la lient ou la séparent du reste des sociétés roumaines et bulgares, et interroger ainsi les mécanismes propres de l’intégration.

4Ce travail est issu de recherches de longue durée sur l’évolution de la « question rom », réalisées principalement entre 2000 et 2005, soit avant l’intégration de la Bulgarie et de la Roumanie au sein de l’Europe (Alexandrova-Guest, 2006 ; Nacu, 2006). Compte tenu de la difficulté d’obtenir des données fiables sur la population rom – les estimations vont généralement du simple (recensement) au double (études sociologiques) dans les deux pays – nos choix se sont orientés vers des séries d’entretiens et d’« observations participantes ». Nous avons ensuite confronté ces travaux avec l’étude des politiques publiques.

5Nos recherches sur le sens même donné à « l’intégration » des Roms s’appuieront au niveau local sur l’étude de deux quartiers : celui de Fakulteta à Sofia et celui de Ferentari à Bucarest, les plus imposants dans les deux capitales de par la place qu’ils occupent dans les tissus urbains et les caractéristiques de leur peuplement. Nous examinerons par la suite, de façon parallèle, les politiques des deux États à l’égard de cette population afin de discerner la place octroyée aux Roms dans les sociétés roumaine et bulgare. Puis, en dernier ressort, nous étudierons les impacts des politiques de l’UE développées à leur intention.

2 - La place des Roms dans les deux sociétés

2.1 - Qui sont les Roms ?

6Les controverses sur le nombre des Roms nous informent déjà sur les incertitudes de l’intégration. En Bulgarie, le recensement de 2001 dénombre 365 797 Roms, soit 4,6% de la population. Les études sociologiques comptabilisent jusqu’à 750 000 Roms. En Roumanie, le recensement affiche environ 500 000 Roms, tandis que les sociologues estiment pour leur part la population entre un et deux millions. Cette question très controversée oppose régulièrement associations roms et gouvernements. L’écart entre les deux chiffres est communément expliqué par le fait qu’il ne s’agit pas de la même catégorie de population. Il existe ainsi dans les deux pays une population qui ne se déclare pas comme « rom » aux recensements, mais qui est susceptible d’être identifiée comme telle (par exemple par les services sociaux) selon des critères aussi divers que le lieu de résidence, le langage, l’apparence physique. Cette population représenterait 30% des Roms en Bulgarie et 70% en Roumanie selon une vaste étude sur l’identification des Roms (Szelenyi, 2002).

7La distinction entre Roms et non-Roms est une source d’étonnement sans fin pour le visiteur occidental qui peine dans la rue à opérer ce distinguo, et qui est souvent frappé par le partage d’un habitus, par des différences souvent mineures entre ces deux populations. En revanche, du côté de la population locale, la frontière semble évidente et infranchissable. L’existence d’une discrimination des Roms affectant au quotidien les relations sociales dans les deux pays est largement attestée tant par les chercheurs (Barany, 1998 ; Nacu, 2006 ; Delepine, 2007) que par les organismes internationaux (ONU, Commission Européenne, 2004). Le fait que le recensement, dans les deux pays, ne permette pas de déclarer une double ethnicité signifie à sa manière le refus du mélange, cette fois entériné par l’État.

8Les recherches faites sur les Roms montrent que leur mode de vie évolue en grande partie grâce à l’échange actif et l’adaptation des éléments « extérieurs » à son propre fonctionnement. La dépendance du groupe sur le plan social fait que, par le biais de l’assistance, de nouvelles valeurs sont introduites au sein des communautés roms, qui tendent à les intégrer aux ensembles sociaux majoritaires. Cette relation ambivalente qu’on retrouve dans la théorie des configurations sociales (Elias, 1997) nous permet d’énoncer l’hypothèse que le rapport aux Roms exprime l’ensemble des tensions, des déséquilibres éventuels, voire des ruptures qui affectent et menacent le système social dans sa globalité.

2.2 - Les Roms en Bulgarie et en Roumanie : une population marginalisée

9Les Roms sont une population que la plupart des historiens et linguistes considèrent comme d’origine indienne. Itinérants à l’origine, ils auraient atteint les Balkans aux xiie-xive siècles par vagues successives, pour poursuivre leurs migrations - parfois contraintes - entre États balkaniques jusqu’au xxe siècle. Cette mobilité a toutefois été contrée par les efforts de sédentarisation des États nationaux naissants.

  • 1 Ainsi en Bulgarie, dès 1941, avec la prétendue Loi de protection de la nation, l’ensemble des group (...)

10La politique ethnique dans les Balkans oscille depuis longtemps entre différenciation et assimilation (Gossiaux, 2002). Les Roms sont relégués à une place marginale dans les sociétés et les territoires où ils s’installent (dans deux principautés roumaines ils sont esclaves jusqu’en 1856). La période de l’entre-deux-guerres est marquée par des tentatives de sédentarisation de la part des jeunes États-nations. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Roms de Roumanie sont l’objet de mesures discriminatoires, suivies de déportation et extermination qui feront des dizaines de milliers de victimes. Malgré l’absence de tels massacres en Bulgarie, les Roms n’échappent pas à la discrimination1.

11Le processus de sédentarisation des Roms s’accélère après le changement de régime en 1944, essentiellement avec la collectivisation des campagnes bulgares et roumaines et l’essor industriel des villes. Un grand nombre de Roms sont encouragés à s’installer en ville où ils deviennent ouvriers non qualifiés pour les industries naissantes, abandonnant pour beaucoup leurs activités artisanales. Ceux qui restent dans les campagnes gardent un emploi agricole, faiblement rémunéré mais stable, et s’installent souvent dans des quartiers de villages dégradés, à l’infrastructure déficiente. Ainsi la sédentarisation des Roms, que ce soit dans les villes ou dans les campagnes, est suivie par leur « intégration » au plus bas de l’échelle sociale. Sur le plan spatial, les nouvelles dispositions des communistes accélèrent la dissémination des Roms sur les territoires nationaux et favorisent leur concentration locale. Ainsi, le groupe est resté très visible tout en restant confiné dans des marges territoriales.

  • 2 L’ethnicité est avant tout « une façon élémentaire – et, en un sens, arbitraire – de classer l’autr (...)
  • 3 Les mariages mixtes entre Bulgares et Roms sont interdits de façon très explicite par les Décrets n (...)
  • 4 En Roumanie, on peut notamment citer le décret du Département aux problèmes des nationalités co-hab (...)

12Ces espaces de relégation ont permis aux pouvoirs communistes de mieux contenir et cibler les populations minoritaires, objet potentiel de politiques d’« intégration » (notamment lors du changement forcé des prénoms et patronymes des Turcs et Roms dans les années 1980 en Bulgarie). Sauf qu’il ne s’agissait pas là d’une « intégration », mais d’une assimilation ethnique avec toute l’ambiguïté que la notion d’« ethnicité » entraîne2. À cette époque, ces politiques sont souvent secondées par d’autres mesures restrictives. Plusieurs décrets en Bulgarie et en Roumanie témoignent de l’existence de législations très strictes à propos de la « minorité tsigane »3, qui visent à conformer son mode de vie à celui de la majorité4. Ces législations appuient souvent une politique de façade tandis que sur le terrain brutalité et indifférence à l’égard des Roms sont mises en oeuvre. Les récits d’interventions de la « police » pour non-scolarisation des enfants ou non-» travail », pendant le régime communiste, sont très nombreux chez les Roms de Ferentari ou Fakulteta. Les politiques égalitaristes, quant à elles, constituent la partie émergée de l’iceberg. Elles consistent à donner à certains membres du groupe l’accès aux études supérieures et à susciter ainsi le développement d’une « intelligentsia turque et rom ». Mais les quotas d’admission établis dans les universités n’ont pour but que d’entretenir un simulacre d’intégration. Derrière les politiques égalitaristes d’accès au logement se cachent des biais sociaux, qui ouvrent la porte à un racisme omniprésent. Ce phénomène n’était pas propre à la Roumanie et à la Bulgarie. Loin de s’opposer, comme il le prétendait, au « racisme » nazi, le communisme avait mis en place une « politique raciale sans le concept de race » (Weitz, 2002), où la « catégorisation » raciale était bien présente, mais se déclarait rarement comme telle.

  • 5 Les premières modifications de la Constitution bulgare en 1991 vont dans ce sens. Mais dès auparava (...)

13Le changement de régime en 1990 conduit à un effort politique en faveur de la réhabilitation des Roms aux yeux des sociétés nationales5. Les processus de restitution et de privatisation des biens nationalisés ne font en revanche qu’accroître leur marginalité économique : les Roms ne disposent pas de biens fonciers et immobiliers propres et sont fortement touchés par le chômage. Ils se retrouvent encore une fois écartés des circuits d’échange économique formels. La décollectivis ation des campagnes roumaines et bulgares ainsi que la fermeture des grands combinats industriels d’État déclenchent leur migration vers les villes et en particulier vers les deux capitales. Elles conduisent le plus souvent à une densification des quartiers roms, qui accentue encore le déclassement social du groupe et son isolement.

3 - Les enseignements de l’étude locale

14Commençons par présenter brièvement les deux quartiers qui constituent nos cas d’étude. Ils reçoivent communément dans les deux langues l’appellation de mahala, terme d’origine turque (qui désigne le « quartier », « hameau » et renvoie à une entité spatiale elle-même composée d’unités sociales mono-ethniques) qui est aujourd’hui souvent utilisé en roumain et en bulgare pour désigner un quartier pauvre de mauvaise réputation, suggérant que les habitants sont des Roms. Presque toutes les villes des deux pays comportent un ou plusieurs quartiers de ce type (fig. 1 et fig. 2).

Fig. 1 - Localisation de Fakulteta, Sofia.

Fig. 1 - Localisation de Fakulteta, Sofia.

© Milena Guest.

Fig. 2 - Localisation de Ferentari, Bucarest.

Fig. 2 - Localisation de Ferentari, Bucarest.

© Milena Guest.

  • 6 Cette langue d’origine indienne est parlée sous forme de nombreux dialectes par les Roms est-europé (...)

15Le mahala de Fakulteta (environ 20 000 habitants), situé dans l’arrondissement Krasna Polyana de Sofia – qui compte lui-même 60 000 habitants –, est peuplé quasi exclusivement de Roms qui parlent en majorité le romani6. Cet ensemble urbain abrite aussi une très faible minorité de Bulgares. Sous cette homogénéité ethnique se cache une assez grande diversité culturelle, religieuse et sociale, même si la grande majorité des habitants vit dans un profond dénuement.

16À Bucarest, le quartier de Ferentari (environ 100 000 habitants) recouvre une partie importante du 5e secteur de la ville, composé de petites maisons construites dans les années précédant la Deuxième Guerre mondiale, et de blocs dégradés soumis à une pauvreté extrême, lesdits « ghettos ». Ce quartier a la fausse réputation d’être rom : ces derniers n’atteignent une proportion significative des habitants que dans certaines zones de blocs et dans quelques rues. Ferentari accueille une population plutôt modeste par rapport à la moyenne de Bucarest et est perçu par la population de la capitale comme un « quartier tsigane », signe d’une ethnicisation croissante de la pauvreté dans la perception commune.

17Ces ensembles ont des trajectoires historiques assez similaires : composés d’une grande part de Roms dans l’entre-deux-guerres, ils ont été nettement agrandis à l’époque communiste par l’accueil des ouvriers industriels, et ont enregistré un déclin social commun après 1989, avec l’apparition d’îlots d’extrême pauvreté. Mais, ces espaces sont des laboratoires particulièrement riches de situations diverses, tant du point de vue de la population qui y habite que des organisations qui y travaillent. Nos terrains de recherche illustrent assez bien cette diversité. À Fakulteta, les conditions socio-économiques sont très diverses et la majorité des Roms parle le romani. À Ferentari en revanche, la population est ethniquement mixte, malgré une micro-ségrégation très subtile, et beaucoup de Roms ne parlent plus le romani, qui était la langue de leurs parents.

3.1 - Fakulteta (Sofia) : une intégration controversée

18Situé sur une colline à l’ouest de Sofia, Fakulteta est un quartier rom dont les origines remontent à l’entre‑deux‑guerres. Il tient son nom de l’implantation sur le boulevard Dragan Tzankov, en 1928, de la Faculté agronomique. Sa population augmente considérablement après la Deuxième Guerre mondiale, et surtout dans les années 1960, suite aux grandes opérations d’aménagement du centre-ville. Une partie des Roms qui y résident sont relogés par le pouvoir communiste dans des blocs nouvellement construits en périphérie de la capitale. Les Roms restés sur place sont rejoints par d’autres membres de leurs familles (Alexandrova-Guest, 2006).

19Pour accéder à Fakulteta depuis le centre de Sofia, le piéton doit prendre un bus jusqu’à son terminus. À la sortie du véhicule, deux catégories de passagers se séparent clairement : les Bulgares s’acheminent vers leurs domiciles dispersés dans les dizaines de blocs du quartier, tandis que les Roms continuent leur chemin en s’engouffrant dans l’une des rues longues et étroites, très dégradées, qui montent sur la colline, où voitures et charrettes circulent dangereusement. Le long de ces rues s’alignent de petites maisons modestes avec jardin et quelques épiceries détenues par des habitants du quartier. Vers le sommet de la colline, dans un labyrinthe de ruelles, s’ouvre une petite place centrale entourée de quelques échoppes, où ont lieu les événements importants : fêtes, mariages, meetings politiques. Non loin de cette place se trouve la grande « école tsigane », la seule du quartier.

20Le mahala est surpeuplé. Plusieurs générations cohabitent souvent dans des maisons de très petite taille. Les constructions sont rarement massives et d’ordinaire bâties dans l’illégalité. Un faible nombre d’habitants dispose de contrats qui stipulent l’accord de la municipalité pour leur installation provisoire sur ces terrains, et un nombre encore plus faible dispose de titres de propriété. La quasi-totalité des maisons sont sans canalisations, avec un faible niveau d’électrification et un accès limité à l’eau potable. Les rues zigzagantes entre les maisons sont en général en terre battue (fig. 3 ).

Fig. 3 - Fakulteta, aux interstices de la modernité, 2007.

Fig. 3 - Fakulteta, aux interstices de la modernité, 2007.

© Milena Guest.

21Après 1989, le quartier connaît plusieurs changements : nombre de bulgares non-roms vendent leurs maisons. Quantité d’autres Roms s’installent. Ils proviennent des régions économiques les plus pauvres, où le chômage sévit durement, et espèrent trouver un travail dans la capitale. Ils s’établissent au départ chez des parents. Ainsi, là où autrefois ne vivaient qu’un ou deux ménages, on compte aujourd’hui plus de cinq familles à forte mobilité résidentielle, ce qui ne facilite pas leur recensement et la mise en place de projets d’insertion sociale.

22Ces circulations qui s’appuient sur le regroupement familial modifient les manières de vivre, et parfois altèrent l’organisation interne des quartiers roms. Elles contribuent à la mutation des rapports sociaux internes entre les Roms installés de longue date dans un mahala et les Bulgares riverains. Cette évolution, compte tenu du renforcement de la ségrégation sociale, va le plus souvent dans le sens d’une dégradation des liens interpersonnels.

23Une partie des nouveaux arrivants parviennent à construire leurs propres maisons sur des terrains communaux qui jouxtent le quartier. Ainsi se sont formés des mini-bidonvilles, des extensions de mahalas anciens. Les travailleurs vietnamiens qui habitaient la dizaine d’immeubles en préfabriqué contigus au quartier sont partis récemment. La municipalité a créé à la place des logements sociaux qui ont trouvé preneurs difficilement.

24Le dernier plan partiel de régulation du quartier date de 1985 et, d’après ce document, le secteur doit être complètement reconstruit pour faire place à des immeubles collectifs. Rien n’est pourtant entrepris avant le changement de régime. En 1992, la municipalité ouvre un concours en vue de l’élaboration d’un nouveau plan qui vise à le moderniser en respectant les spécificités du mode de vie rom, et qui finit par aboutir en 1998.

25Ce plan-projet qui porte sur 180 ha s’étend au-delà des limites actuelles du quartier. Il attribue 54 % du territoire à la fonction résidentielle et limite généralement la hauteur des immeubles à trois étages, sauf à proximité des grands axes où les bâtiments peuvent atteindre cinq étages. En reprenant le modèle des « grands ensembles » de la période socialiste érigés sur des terrains non bâtis, le périmètre est considéré par les architectes-urbanistes comme une parcelle unique. Cette solution oblitère les problèmes de propriété et les rapports très complexes entre les différents détenteurs de titres et ne tient pas compte du décalage entre ces titres de propriété et le plan partiel de régulation de 1985.

  • 7 Comité bulgare d’Helsinki et Euroroma.

26Les organisations roms7, accompagnées de certains membres du Conseil municipal, notamment liés au Parti Socialiste Bulgare, s’opposent à de telles reconversions de Fakulteta, mais aussi d’autres « villages » roms , de taille plus modeste. Elles redoutent que ces efforts ne servent certains intérêts politiques personnels ou partisans, et proposent en contrepoint la mise à disposition, pour les Roms, de terrains communaux à construire pour qu’eux-mêmes s’organisent librement, et préservent leur propre mode de vie. Parallèlement, l’ensemble des organisations formelles ou informelles et les habitants de la ville admettent que la marginalisation des Roms croît de manière exponentielle. Dans ces « ghettos tsiganes », à l’époque post-socialiste, la dégradation des conditions socio-économiques des Roms se poursuit. Elle s’accompagne d’une détérioration des liens familiaux et d’une augmentation de la criminalité. Les autorités bulgares tentent davantage d’atténuer la visibilité de ces problèmes que d’y remédier.

3.2 - Ferentari (Bucarest) : une ségrégation accentuée

27Occupant une partie étendue du sud-ouest de la ville, Ferentari date du début du vingtième siècle. On le connaît à l’époque comme un quartier modeste, à proximité du dépôt d’ordures de la ville, et abrite une population pauvre, dont des Roms. Les années 1940 voient la construction de centaines de petites maisons modestes sur des lots identiques, dans des rues non pavées qui sont pour la plupart dans le même état aujourd’hui. L’époque Ceauşescu introduit des changements, notamment la construction de dizaines de « blocs » de troisième catégorie pour faire office de foyers pour ouvriers ou de studios pour familles modestes (et qui constituent aujourd’hui la « zone ghetto »). Le quartier a été épargné par les divers plans de « systématisation » de la capitale (qui comprenaient la refonte du tissu urbain et la démolition des maisons individuelles, remplacées par des « blocs ») : les autorités l’ont jugé trop modeste et éloigné des grands projets urbains du centre. À court de moyens, le régime n’a pu démolir de vastes secteurs habités, et l’on pratiqua le « plaquage » des grands axes routiers, avec des blocs pour cacher les maisons alentour (Popa, 2004).

28Le quartier comporte plusieurs unités de blocs dont l’aspect tranche avec le reste : immeubles standardisés de quatre étages sans aucune finition, chemins de terre battue, amoncellements d’ordures. Ce sont ces zones, communément appelées « ghettos », qui ont, après 1989, connu un processus de sélection sociale important. Anciens foyers ouvriers et militaires, ils abritaient une population de condition certes modeste, mais qui échappait à l’extrême pauvreté. Ceux des anciens résidents qui en avaient les moyens ont quitté le quartier afin d’éviter la cohabitation avec ces populations appauvries, dans des immeubles dépourvus de propriétaires qui sont soumis à une dégradation rapide. De ce fait, de nombreuses familles de province, sans emploi ou employées sur des postes précaires, sont venues s’installer illégalement dans les immeubles désertés. La ségrégation que la répartition étatique des logements à l’époque communiste avait établie s’est trouvée renforcée.

29Certains de ces immeubles ont été déconnectés des réseaux d’approvisionnement en eau et électricité. La dégradation du bâti est très variable. En fonction de leur statut antérieur à 1989, certains bâtiments sont occupés illégalement, d’autres sont aux mains de locataires ou de propriétaires légaux. Les habitants plus anciens se remémorent à l’époque communiste un quartier « tout propre, comme un jardin, rien à voir avec la misère qu’on voit à présent », (fig. 4).

Fig. 4 - Dans le ghetto de Livezilor, 2004.

Fig. 4 - Dans le ghetto de Livezilor, 2004.

© Fundaţia Valentina.

30Bucarest : bus et tramways d’avant 1989 ou issus de dons de véhicules d’occasion effectués par des villes allemandes, quasi-absence de services médicaux, écoles en forme de parallélépipède construites à l’époque communiste. On y rencontre beaucoup plus fréquemment que dans les autres quartiers des charrettes à cheval conduites, notamment, par des Roms ferrailleurs. À l’intérieur du quartier, les seuls commerces sont des échoppes ouvertes dans les cours des maisons ou au rez-de-chaussée des immeubles. Des étals de fortune sont installés par des habitants qui vont glaner des légumes au marché et les revendent au quartier.

31Les autorités locales ont opposé de grandes inerties à la régularisation de l’habitat dans les zones les plus dégradées. Le maintien dans ces espaces d’un statut inédit, à la limite de la légalité, renforce le pouvoir arbitraire des institutions locales. Par exemple, Zăbrăuţi, l’un des « ghettos » les plus dégradés du quartier, a souffert pendant des années d’un statut de no man’s land : les quelques immeubles qui le composaient n’avaient plus de propriétaires après 1989, car ils appartenaient à une entreprise d’État dissoute. Dans les années 1990, ils ont été occupés par une population extrêmement pauvre qui s’entassait dans ces bâtiments sans eau ni électricité. La mairie d’arrondissement a attendu plusieurs années avant de trancher sur le sort du « ghetto » de Zăbrăuţi, malgré la pression de plusieurs ONG et organisations internationales qui y avaient travaillé. Toute tentative de régularisation a pour origine une intervention extérieure : une ONG rom financée par la Banque Mondiale s’est occupée de régulariser quelques dizaines de personnes qui squattaient les immeubles les plus dégradés. Le PNUD y a financé un projet de normalisation de l’habitat. En dépit du prestige des acteurs (Banque Mondiale, Union européenne, PNUD), ces projets n’ont que très rarement intéressé les pouvoirs publics.

32En effet, dans le discours des autorités locales, le quartier pauvre est vu comme un stigmate, une manifestation de pauvreté honteuse qu’il vaut mieux cacher. Ainsi, à Bucarest, le maire de l’arrondissement auquel appartient Ferentari déclarait en juin 2004 à propos des secteurs dégradés : « cette zone-là devrait être rasée […] Mais, tout de même, ça ne se fait pas de déclarer une zone défavorisée dans la capitale d’un pays européen ». On le voit, l’aménagement de cet ensemble n’est vu qu’en termes de destruction. Le maire partage l’obsession de l’ensemble des citoyens des deux pays, celle de faire bonne figure devant l’Occident, porteur d’une « norme urbaine » absolue.

33Les deux études au niveau local montrent une certaine paralysie de l’action publique face aux réponses qu’elle pourraient apporter à la « question rom». Le modèle de la gestion par l’indifférence et, le cas échéant, par la répression s’applique particulièrement bien à la politique urbaine conduite à l’égard des Roms. Ce qui frappe dans le discours des élus locaux, mais aussi devant la faible envergure des actions menées, c’est l’indifférence vis-à-vis d’espaces dont ils ne se sentent pas responsables. Parallèlement, l’intervention publique, lorsqu’elle est envisagée, est conçue comme un « nettoyage ». Le bâti actuel, dénué de valeur, est censé être rasé. En somme, la structuration informelle de l’espace est vue comme arriérée, corollaire d’un mode de vie en décalage avec la modernité. Les « espaces roms » sont fortement stigmatisés. L’intervention, radicale, est vue comme un moyen de contrôler enfin ces lieux d’urbanité hors-normes restés à l’écart de la civilisation occidentale.

4 - Sofia et Bucarest : deux capitales en quête de modernité

34Selon les données officielles de 2003, les Roms représentent 1,5% de la population de Sofia. À Bucarest, leur part relative est bien supérieure. La répartition de la population rom est inégale dans les deux capitales. À Sofia aussi bien qu’à Bucarest, les clivages nord-sud produits par le régime socialiste se maintiennent. La concentration des Roms à Sofia est beaucoup plus importante dans la partie septentrionale de la ville, tandis qu’à Bucarest la tendance est inverse. Cette répartition concorde avec la géographie des grands ensembles industriels du régime communiste, souvent transformés en friches après 1990. Certains sont encore en activité aujourd’hui, comme Kremikovci, plus grand complexe métallo-industriel bulgare, qui emploie une main-d’œuvre bon marché à laquelle se mêlent nombre de Turcs et Roms, logés à proximité.

  • 8 Jurnalul National, 12 décembre 2006 ; Realitatea TV, 8 novembre 2007.

35Le changement de régime a permis l’apparition, aussi bien à Sofia qu’à Bucarest, de mini-bidonvilles dans les quartiers péri-centraux. Certains de ces regroupements spontanés ont perduré jusqu’en 2000, du fait du processus extrêmement long et compliqué de restitution de la propriété. D’autres ensembles plus importants et antérieurs au régime communiste, où les habitants revendiquent un « droit du sol », se sont maintenus en dépit de leur configuration tout aussi improbable : ils longent les voies ferrées et les canaux envahis par arbustes et ronces, sont faits de tôle, de briques récupérées et de planches déglinguées, sont semés de paraboles et sillonnés de ruelles étroites (fig. 5). Des paysages similaires peuvent être observés à Bucarest, qui tendent notamment, à la faveur de la flambée immobilière, à être démantelés malgré les protestations des organisations pro-roms8.

Fig. 5 - Un mahala rom aux pieds de la « Muraille de Chine », 2004.

Fig. 5 - Un mahala rom aux pieds de la « Muraille de Chine », 2004.

© M. Guest.

36Mais cette présence renforcée des Roms dans les quartiers péri-centraux dérange. Même les Roms logés depuis vingt ans sont amenés à déménager, souvent pour cause de restitution.

M. (51 ans) est locataire depuis 1995 avec ses deux enfants (7 et 19 ans) de la cave d’une maison du début du xxe siècle située dans le centre-ville. Le bâtiment est propriété communale. Ses deux autres enfants ont quitté le foyer il y a deux ans, juste après sa rupture conjugale. De 1985 à 1995, les six membres de la famille vivaient dans une maison située deux rues plus loin, qui leur avait été attribuée par le Conseil d’arrondissement en tant que famille nombreuse, mais qu’ils partageaient toutefois avec une autre famille rom. Ce logement a été restitué à ses anciens propriétaires, et le foyer a été contraint de déménager. La municipalité s’est trouvée dans l’obligation de leur proposer un logement social mais, faute de mieux, les a installés avec cinq autres familles rom dans cette maison classée insalubre. La municipalité perçoit, en 2003, un loyer symbolique de 10 leva (5 €) par mois et par famille. Elle propose aux occupants de la maison d’investir 100 leva (50 €) dans des travaux d’amélioration de la sécurité, somme qui sera par la suite déduite du loyer. Mais les occupants, presque tous au chômage, craignent d’être contraints de déménager à nouveau, et excluent cette possibilité. M. se souvient être venue vivre à Sofia en 1967, alors qu’elle était encore adolescente. Sa famille était alors composée de sept membres et s’était installée à Batalova Vodenica, lieu qu’elle a été contrainte de quitter ensuite avec son mari.
Entretien avec M., Sofia, septembre 2003

37Cette présence rom est pour le moins non désirée par les pouvoirs publics qui tentent par tous les moyens d’y remédier. Depuis 2000, les chariots tractés n’ont plus le droit de pénétrer dans le centre-ville ; la mendicité sur la place de l’église Sveta Nedelia, située entre l’hôtel Sheraton, les magasins de luxe qui font face au Palais présidentiel et Bulbank, est condamnée de façon informelle. De plus, les maires des arrondissements sofiotes se mobilisent pour dénoncer des actes de vandalisme perpétrés par des Roms sur les biens publics.

  • 9 Jurnalul National, 12 février 2007.

38À Bucarest, le centre ville connaît un puissant phénomène d’embourgeoisement : les Roms, qui y occupaient souvent des maisons cossues confisquées à leurs anciens propriétaires après 1945, sont incités par les promoteurs immobiliers ou par le retour des anciens propriétaires à quitter leurs habitations (Chelcea, 2000). La situation du quartier historique de Lipscani, où plusieurs maisons anciennes sont aux mains de familles roms, laisse entendre l’éviction probable de cette minorité du centre ville, lorsque la municipalité aura décidé du projet de réhabilitation réservé à ce quartier9.

  • 10 Le maire de Sofia affirme la volonté des pouvoirs publics de changer l’image de la ville et de régl (...)
  • 11 Trud, 28 octobre 2005, p. 8.

39À l’approche de 2007, date de l’intégration des deux pays à l’UE, plusieurs opérations de démolition des mahala roms sont entreprises aussi bien dans les quartiers péri-centraux que dans les périphéries des deux capitales10. À Sofia, le sort du mahala du quartier Hristo Botev, majoritairement peuplé de Bulgares, est éloquent : les familles roms ont été relogées sur place dans des logements sociaux nouvellement construits avec le soutien financier de la Banque de Développement du Conseil de l’Europe. Dans les dix immeubles, les loyers varient entre 20 euros pour un appartement de deux pièces et 35 euros pour un appartement de quatre pièces ; le règlement impose aux « nouveaux » habitants de ne pas être « bruyants, sales (sic) » et de ne pas « élever d’animaux domestiques, ni dans leurs appartements, ni dans les espaces publics et les parties communes des immeubles »11. Malgré la réussite de l’opération relevée par les médias, les Roms regrettent l’incompatibilité des immeubles avec leur mode de vie.

40Dans la course aux nouvelles fonctions métropolitaines, les politiques publiques actuelles ouvrent la voie au renouvellement des centres-villes aussi bien qu’à la construction de vastes zones péri-urbaines, au développement de parcs technologiques, à l’installation de nouveaux équipements. Ces opérations exacerbent la marginalisation des Roms, exclus de facto de cités à la pointe du progrès économique et technologique. Ces exemples montrent que l’attitude des pouvoirs politiques locaux actuels rejoint paradoxalement celle des dirigeants communistes, portés par leur obsession de la « modernisation » des deux capitales. Cette continuité se manifeste surtout dans la volonté d’éradiquer les populations roms des centres-villes afin de défaire l’image provinciale qui leur a longtemps été associée. Cette volonté heurte paradoxalement à la politique promue par l’UE elle-même à l’égard des Roms.

5 - L’intégration européenne et la « question rom »

41Malgré la cohabitation de longue date entre Roms et Bulgares ou Roms et Roumains dans leurs pays respectifs, les sociétés européennes continuent à véhiculer des stéréotypes pour la plupart anciens et perpétués en raison de la méconnaissance de l’organisation et de la culture spécifique de ce groupe ethnique. Cette ignorance est pourtant associée à une forte instrumentalisation politique de la «question rom», à laquelle l’UE participe activement.

5.1 - « Projets pilotes » dans un no man’s land ?

42Les quartiers roms sont considérés par les pouvoirs locaux comme des no man’s land, des espaces stigmatisés qui devraient être éradiqués ou, faute de mieux, cachés du regard public. En écho aux peurs diffuses des populations majoritaires, les autorités les perçoivent souvent comme une source de fléaux impérissable. De plus, de nombreuses organisations listent les Roms dans ce qu’elles appellent les « groupes à risque », à côté des « homosexuels » et des « prostituées ». Les quartiers roms se retrouvent ainsi souvent ciblés par des campagnes hétéroclites.

43Ces dispositions tendent à attirer l’attention des institutions internationales qui, par le biais de leurs financements, investissent pour y remédier. Beaucoup d’ONG et d’organismes publics sont encouragés à associer Roms et politiques sociales (comme le montrent Fakulteta et Ferentari) : c’est le meilleur moyen d’obtenir des financements européens. D’où une situation paradoxale : une véritable obsession des organisations internationales, une inflation des « projets » et « programmes roms », mais aussi un manque de coordination, une grande déperdition de fonds, et un changement très limité de la situation des premiers intéressés.

44Les quartiers roms souffrent d’une dégradation de leurs cadres de vie, en particulier des services publics, mais la multiplicité des interlocuteurs – notamment étrangers – fait que l’établissement des priorités est souvent très difficile. Les différents organismes ont du mal à s’entendre sur les actions sociales à mener et à coordonner leurs efforts. Très souvent, c’est la question de l’éducation des Roms qui est mise en avant dans les différents projets et programmes. Toutefois, selon une employée d’ONG travaillant auprès des Roms de Fakulteta à Sofia :

  • 12 L’Open Society Institute, ONG basée à Sofia et à Budapest, très impliquée dans la cause des Roms en (...)

On ne s’entend pas sur ce qu’il faut faire des écoles des mahalas : un jour c’est l’OSI12 qui est pour la déségrégation, le lendemain la Banque Mondiale pousse à la réhabilitation des écoles des mahalas. Au lieu de prendre une décision, on fait des demi-mesures dans des directions contradictoires. Selon moi, il faudrait avoir le courage de fermer ces écoles : de toute façon, aucun enfant ne finit, ne va jusqu’au bac. Mais ça coûterait de l’argent, du coup on ne fait rien.
Entretien avec S., employée d’ONG, Sofia, mai 2005

  • 13 Voir « Second-class classes », in Sofia Echo (04/09/03) et rapport du Comité Helsinki Bulgarie (200 (...)

45En Bulgarie, la question de la déségrégation des écoles des quartiers roms mobilise de nombreuses associations avec quelques succès13. Certaines de ces écoles ont fait l’objet de programmes de réhabilitation, leurs locaux ont été rénovés. À Fakulteta notamment, la rénovation, qui a rencontré quelque hostilité de la part des autorités locales, s’est faite en grande partie grâce aux initiatives individuelles des parents. Toutefois, les programmes scolaires ne couvrent pas les mêmes objectifs que dans les autres quartiers sofiotes. Les enseignants manquent. Concernant la Roumanie, la déségrégation des écoles « tsiganes » reste un tabou, alors que la ségrégation ethnique, elle, est bien tangible (Surdu, 2002). Sans doute n’y a-t-il pas encore d’ONG capable de porter ce thème devant des bailleurs de fonds internationaux.

46Les mêmes effets pervers de l’engouement international en faveur des Roms existent dans d’autres domaines, comme l’habitat. Les projets mis en place (comme dans le cas de Fakulteta ou Hristo Botev), tout en se multipliant, persistent à ne pas reconnaître que les modalités d’usage du logement et de son environnement immédiat par les Roms sont bien différentes de celles du groupe majoritaire. Ils procèdent souvent à la séparation du fait social de sa dimension spatiale, voire de son substrat géographique. Cette négation, en un sens volontaire, des liens entre proximités sociales, voire familiales, et configurations spatiales est pourtant à l’origine de l’échec patent des formes urbaines conçues spécialement pour loger les Roms.

47De la part du groupe minoritaire, les causes de ce rejet sont multiples. Mais, surtout, ces formes induisent une rupture trop difficile vis-à-vis de leurs moeurs spécifiques : les cours intérieures où les familles pourraient communiquer entre elles et partager les tâches quotidiennes ou les cloisons amovibles entre logements sont autant de détails importants rarement intégrés dans les projets urbains. D’une manière plus générale, les programmes visent à remplacer les habitations insalubres par des « logements modernes pour les Roms ». Ils ne font en fait qu’exclure ces îlots réaménagés des territoires urbains et les transforment en lieux d’exclusion des Roms.

5.2 - Union européenne et Roms : une position légitime ?

48L’échec des projets menés jusqu’ici a contribué à nourrir la réaction négative des sociétés bulgare et roumaine. La xénophobie envers les Roms, que nous avons évoquée précédemment, est renforcée par l’exaspération à l’égard des « donneurs de leçon » des instances internationales. Les programmes destinés aux Roms bénéficient d’une très grande légitimité auprès des bailleurs de fonds internationaux, légitimité inversement proportionnelle à celle dont profitent les populations locales.

  • 14 En Bulgarie, le succès du mouvement extrémiste Ataka enregistré lors des élections législatives de (...)

49Dans les deux pays, la dégradation de la condition des Roms et les frustrations liées à leur statut économique sont source de violence et de réveil d’un nationalisme teinté de racisme. Le thème des Roms cristallise la plupart des peurs des sociétés contemporaines : pauvreté, insécurité, déclin démographique, statut des pays dans l’Union européenne14. Les conflits de voisinage, accentués par la ghettoïsation, servent souvent de déclencheur à ce type de réactions et font apparaître la concurrence entre « bons » et « mauvais » pauvres, départagés ici en fonction de leur appartenance ethnique.

  • 15 Voir l’entretien avec l’activiste rom Nicolae Gheorghe, « In Search for a New Deal with the Roma », (...)

50En réalité, dans nos entretiens, Roms et non-Roms tombent accord sur le fait que ce n’est pas tant la situation réelle des Roms qui préoccupe l’UE que la peur de les voir refluer vers les pays d’Europe occidentale. Cette politique a donné lieu à une « Roma industry » nourrie par les organisations internationales, mais a été incapable d’infléchir les pratiques politiques des États à leur égard15. Chez les interlocuteurs étrangers, le thème des Roms est devenu consensuel, apolitique, déconnecté des autres enjeux nationaux. Ewa Sobotka analyse le rôle des organisations internationales comme essentiel dans l’éloignement des Roms de la vie politique des États. Il parle d’« apolitical politics » à propos des organisations vers lesquelles les Roms ont dû se tourner, via les financements extérieurs (Sobotka, 2005).

51L’intérêt de l’UE pour les minorités n’est pas exempt d’ambiguïtés et de contradictions. Il commence à se manifester assez brusquement en 1993 avec l’établissement de critères pour les nouveaux pays candidats, et cette conditionnalité ne s’accompagne pas d’exigences similaires envers les pays déjà membres de l’Union. Ainsi, l’Union fait du respect des droits des minorités une condition indispensable à l’adhésion des nouveaux candidats, tandis que certains pays membres comme la France ne reconnaissent même pas l’existence de minorités sur leur propre territoire (Hughes, Sasse, 2003 ; Gugliemo, 2004). Ce « double standard » mine la crédibilité de l’Union comme interlocuteur et encourage les gouvernements des pays candidats à entrer dans une relation avec Bruxelles qui n’est pas propice aux réformes réelles. Les États se mettent en conformité avec les exigences législatives, mais très peu de choses changent dans la pratique réelle des institutions publiques. Les États sont responsables de l’inertie et du manque de volonté dans ce domaine, mais ces faux-semblants avec les institutions internationales les poussent sans aucun doute dans cette voie. Il faut cependant reconnaître que sans l’apport des établissements internationaux ces avancées formelles n’auraient même pas vu le jour.

52Au fil du processus d’adhésion, l’UE n’a pas pris en compte les déficiences de la protection sociale des pays candidats, mais a émis des avertissements réguliers sur la discrimination des Roms. Les Roms sont devenus pour les États candidats une sorte de menace pouvant motiver le refus d’adhésion, ce qui n’a pas diminué l’hostilité à leur encontre. Ce phénomène détermine des manifestations de ce que Vladimir Tismăneanu appelait « competitive victimisation » (Tismăneanu, 1998).

53L’ethnicisation des politiques sociales fait que l’on pense plutôt en termes de « Roma health » (Charlemagne, 1999 ; Conseil de l’Europe, 2003), « Roma housing », « Roma education ». Elle produit inévitablement des solutions partielles et à court terme qui, au lieu d’intégrer ce groupe, le séparent davantage du reste de la société. Déjà, des études issues des pays nouvellement intégrés font état des problèmes posés par cette approche : dans nombre de localités, les Roms ne sont plus intégrés dans les programmes généralistes, par exemple de logement social, parce qu’il existe un programme « rom » qui leur est spécifiquement destiné (Commission Européenne, 2004). En isolant la « question rom », on prend le risque de perpétuer, avec les meilleures intentions, la ségrégation.

54Le risque, dans l’avenir proche, est de voir cette ethnicisation des programmes sociaux transformer l’ensemble de l’action étatique et stigmatiser davantage les marginaux. Ce fut le cas de l’Espagne à la fin des années 1980 : suite à son entrée dans la Communauté Européenne, le pays avait connu un réveil de la « question Gitanos » et avait cherché à éradiquer les bidonvilles. Les Gitans avaient été transférés dans des habitations de type HLM : certains -les plus aisés- dispersés au milieu d’autres Espagnols, d’autres dans des cités isolées construites en dehors de la ville (Gay y Blasco, 2002). Le précédent espagnol est une mise en garde adressée aux autorités bulgares et roumaines, face aux dangers d’une ghettoïsation accrue.

55Cette analyse montre que la ségrégation des quartiers Roms, déjà en place avant 1989, s’est accentuée avec le changement de régime. La redistribution des logements par l’État communiste avait favorisé la discrimination des territoires urbains. C’est aujourd’hui le marché qui achève la différenciation. De par leur statut social, les Roms n’ont pas accès au marché foncier et immobilier, tandis que la pression foncière menace les quartiers dans lesquels ils sont souvent confinés. La comparaison de Ferentari et Fakulteta montre que l’effet de localisation est somme toute gommé par la marginalisation de cette population. De plus en plus denses et paupérisés, ces quartiers symbolisent dans la perception commune l’ethnicisation croissante de la pauvreté.

56Les pouvoirs politiques locaux et nationaux qui tendent à promouvoir l’insertion sociale et spatiale des Roms dans les sociétés roumaines et bulgares fonctionnent par à-coups et les effets cumulés de leurs actions ne font souvent que renforcer leur marginalisation. De même, les programmes et organisations impliqués dans la question rom voient dans ce groupe une communauté à part et contribuent par là même à les stigmatiser. L’intégration est toujours perçue par le biais d’une validation contrainte des normes sociales des sociétés locales qui ont du mal à reconnaître – et à penser – la spécificité économique, sociale et culturelle des Roms ainsi que les formes spécifiques d’usage des espaces qui en découlent.

Top of page

Bibliography

Arendt H., (1967), Essai sur la révolution, Gallimard, Paris, 475 p.

Alexandrova-Guest M., (2006), Habiter Sofia au tournant du xxie siècle. Essai géographique sur l’aménagement des espaces urbains post-socialistes, thèse de doctorat en géographie, ENS LSH Lyon, 426 p.

Barany Z, (1998), « Memory and experience: Anti-Roma prejudice in Eastern Europe », East European Studies, p. 1-23.

Boltanski L., (1993), La souffrance à distance, Métaillé, Paris, 287 p.

Charlemagne J., dir., (1999), « Tsiganes et santé : de nouveaux risques », Études Tsiganes, no. 14, 159 p.

Chelcea L., (2000), « Grupuri marginale în zone centrale: gentrificare, drepturi de proprietate şi acumulare primitivă post‑socialistă în Bucureşti » [Groupes marginaux dans des zones centrales : gentrification, droits de propriété et accumulation primitive post-socialiste à Bucarest], Sociologie Românească, n° 3-4, p. 51-68.

Commission europeenne, (2004), La Situation des Rom dans une Union européenne élargie, http://europa.eu.int/comm/employment_social/fundamental_rights/pdf/pubst/roma04_en.pdf, 64 p.

Comité Helsinki de Bulgarie, (2001), The First Steps: An Evaluation of the Nongovernmental Desegregation Projects in Six Bulgarian Cities, Open Society Institute, Budapest.

Conseil de l’Europe, (2003), Breaking the Barriers: Romani Women and Access to Public Health Care, Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg, http://europa.eu.int/comm/employment_social/fundamental_rights/pdf/arcr/romawomenrep_en.pdf, 123 p.

Delepine S., (2007), Quartiers tsiganes: l’habitat et le logement des Roms de Roumanie en question, l’Harmattan, Paris, 167 p.

Diminescu D., (2003), Visibles mais peu nombreux: les circulations migratoires roumaines, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 339 p.

Douglas M., (1999), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 180 p.

Elias, N., Scotson, J.(1997) Logiques de l’exclusion, , Fayard, Paris, 278 p.

Gay y Blasco P., (2002), « «This is not a place for civilised people», Isolation, enforced education and resistance among Spanish Gypsies », in BASHFORD, A., STRANGE, C., Isolation. and practices of exclusion, Routledge, Londres, 240 p.

Gossiaux J.-F., (2002), Pouvoirs ethniques dans les Balkans, PUF, coll. Ethnologies, Paris, 217 p.

Gugliemo R., (2004), « Human Rights in the Accession Process: Roma and Muslims in an Enlarging Europe, Minority Protection and the Enlarged European Union: The Way Forward, Local Government and Public Service Reform Initiative, Open Society Institute, 203 p.

Hughes J., Sasse G., (2003), « Monitoring the Monitors: EU Enlargement Conditionality and Minority Protection in the CEECs », Journal on Ethnopoltics and Minority Issues in Europe, no. 1, 38 p.

Krasteva A., dir., (1998), Общности и идентичности в България [Communautés et identités en Bulgarie], Petekston, Sofia, 438 p.

Krasteva A., (2001), « La politique ethnique bulgare », Transitions, no1, p. 153-172.

Krasteva A., Todorov A., dir., (2005), Modernisation, démocratisation, européanisation : la Bulgarie et la Roumanie comparées, NUB, Sofia, 269 p.

Nacu A., (2006), La construction sociale de la pauvreté en Roumanie et en Bulgarie après 1989, Thèse de doctorat en sciences politiques, Institut d’Études Politiques de Paris, 484 p.

Popa M.-R., (2004), Restructuring and Envisioning Bucharest, The Socialist Project in the Context of Romanian Planning for a Capital, a Fast Changing City and an Inherited Urban Space, 1852-1989, An exercise in urban imaginary, collective memory and planning history, Thèse de doctorat, Central European University.

Sobotka E., (2005), The Limits of the State: Political Participation and Representation of Roma in the Czech Republic, Hungary, Poland and Slovakia, http://www.ecmi.de/jemie/download/Focus11-2001Sobotka.pdf, 23 p.

Surdu M., (2002), « Quality of Education in Romanian Schools with a High Percentage of Romani Pupils », Roma Rights Review, no.3-4, European Roma Rights Center, Budapest.

Szalai J., (2005), Recent trends in Poverty in Hungary in the 1990, http://www.ceu.hu/polsci/Workshop/Papers/szalaiother.doc, 52 p.

Szelenyi I., (1983), Urban Inequalities under State Socialism, Oxford University Press, Oxford, 158 p.

Szelenyi I., dir., (2002), Poverty, Ethnicity, and Gender in Transitional Societies, Akademiai Kiado, Budapest, 140 p.

Tismaneanu V., (1998), Fantasies of Salvation: Democracy, Nationalism, and Myth in Postcommunist Europe, Princeton University Press, Princeton, 216 p.

Tomova I., (1995), Gypsies in the transition period, IMIR Press, Sofia, 143 p.

Wacquant L., (2005), « Les deux visages du ghetto : construire un concept sociologique », Actes de la recherche en sciences sociales, no. 161.

Weitz E., (2002), « Racial Politics Without the Concept of Race: Reevaluating Soviet Ethnic and National Purges », Slavic Review, no. 1, p. 1-30

Top of page

Notes

1 Ainsi en Bulgarie, dès 1941, avec la prétendue Loi de protection de la nation, l’ensemble des groupes minoritaires sont traités « à part » dans les politiques publiques. Une grande partie des Roms est expulsée de Sofia et il est interdit à ceux qui y demeurent de traverser les parties centrales de la capitale et d’utiliser les transports publics.

2 L’ethnicité est avant tout « une façon élémentaire – et, en un sens, arbitraire – de classer l’autre et le semblable, une manière sommaire d’ordonner le monde, et c’est la simplicité de cette logique rudimentaire qui la rend particulièrement adaptée à l’âge de l’« État scientifique » et à l’ordonnance du monde moderne » (Gossiaux, 2002).

3 Les mariages mixtes entre Bulgares et Roms sont interdits de façon très explicite par les Décrets n°1216 du Conseil ministériel de 1957 et n°1258 de 1958.

4 En Roumanie, on peut notamment citer le décret du Département aux problèmes des nationalités co-habitantes du 7 mai 1952, qui prône la sédentarisation et une politique strictement assimilationniste, et le décret 153/1970, qui punit de peines de prison et de travaux forcés ceux qui se rendent coupables de « parasitisme social », « anarchisme » ou « comportement déviant ».

5 Les premières modifications de la Constitution bulgare en 1991 vont dans ce sens. Mais dès auparavant, fin 1989, le Parti Communiste Bulgare autorise par décret les membres de ces communautés minoritaires à reprendre leurs anciens noms, même si cette décision suscite une forte protestation dans les régions de population mixte, ainsi qu’à Sofia, bastion de la politique socialiste. La fondation du Mouvement pour les Droits et la Liberté (MDL) agit également pour la reconnaissance des minorités et de leurs droits au niveau national.

6 Cette langue d’origine indienne est parlée sous forme de nombreux dialectes par les Roms est-européens : en Bulgarie, c’est la langue maternelle de la plupart des Roms, tandis qu’en Roumanie un peu plus de 50% d’entre eux auraient comme langue maternelle le roumain.

7 Comité bulgare d’Helsinki et Euroroma.

8 Jurnalul National, 12 décembre 2006 ; Realitatea TV, 8 novembre 2007.

9 Jurnalul National, 12 février 2007.

10 Le maire de Sofia affirme la volonté des pouvoirs publics de changer l’image de la ville et de régler le problème des Roms. Dans un entretien (Trud, 28 octobre 2005, p. 6), il se dit obligé de reporter l’expulsion des Roms de la ville à une date ultérieure (compte tenu de la mobilisation des ONG, des Roms et de quelques députés) : « les Roms nés à Sofia seront déménagés (sic) dans des logements sociaux abandonnés ou des casernes, mais ceux qui ne sont pas enregistrés en tant que citadins de Sofia seront contraints de quitter la ville ».

11 Trud, 28 octobre 2005, p. 8.

12 L’Open Society Institute, ONG basée à Sofia et à Budapest, très impliquée dans la cause des Roms en Europe de l’Est.

13 Voir « Second-class classes », in Sofia Echo (04/09/03) et rapport du Comité Helsinki Bulgarie (2001).

14 En Bulgarie, le succès du mouvement extrémiste Ataka enregistré lors des élections législatives de 2005 (9%) puis des élections présidentielles de 2006 – le leader V. Siderov s’est hissé au deuxième tour face au président socialiste sortant G. Parvanov avec 21,5% des suffrages – est un indicateur de la montée de la xénophobie dans la société bulgare.

15 Voir l’entretien avec l’activiste rom Nicolae Gheorghe, « In Search for a New Deal with the Roma », in Roma Rights n° 4, 2001.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation de Fakulteta, Sofia.
Credits © Milena Guest.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/548/img-1.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 2 - Localisation de Ferentari, Bucarest.
Credits © Milena Guest.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/548/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 3 - Fakulteta, aux interstices de la modernité, 2007.
Credits © Milena Guest.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/548/img-3.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Fig. 4 - Dans le ghetto de Livezilor, 2004.
Credits © Fundaţia Valentina.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/548/img-4.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig. 5 - Un mahala rom aux pieds de la « Muraille de Chine », 2004.
Credits © M. Guest.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/548/img-5.jpg
File image/jpeg, 151k
Top of page

References

Electronic reference

Milena Guest and Alexandra Nacu, « Roms en Bulgarie, Roms en Roumanie - quelle intégration ? », Méditerranée [Online], 110 | 2008, Online since 01 janvier 2010, connection on 17 septembre 2014. URL : http://mediterranee.revues.org/548

Top of page

About the authors

Milena Guest

Docteur en géographie de l’ENS LSH Lyon, Équipe Géophile - UMR 5600 Environnement, Ville, Société, Enseignante à l’ENSAN, milena.guest@wanadoo.fr

By this author

Alexandra Nacu

Docteur en sciences politiques de Sciences Po Paris, Chercheur post-doctoral au Centre de Sociologie des Organisations et à la Chaire Santé de Sciences-Po, alexandra.nacu@sciences-po.org

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page