Skip to navigation – Site map
Les modèles traditionnels de gestion de l’eau en question

Agriculture et système alimentaire sous la mission hydraulique libanaise

Agriculture and the food system under the Lebanese hydraulic mission
Roland Riachi
p. 35-43

Abstracts

This article reviews the origins of the Lebanese hydraulic mission, emphasizing the relation of water planning to food production. It presents the market and policy effects on the agricultural system and their impact on the country’s water resources. The article depicts the shifting trend in agricultural production towards high-value crops, mainly water-intensive fruits intended for export. This production transformation is analyzed in the context of Lebanon’s agricultural economy that is characterized by a fragmented and polarized farming structure. The objective of this study is to determine the evolution of irrigation schemes in order to identify the main actors and their decisional components defining the choice of projects and equipment.

Top of page

Full text

  • 1 Alors que 647 puits seulement sont publics, on dénombre 5 forages/km², 80% sont illicites selon la (...)

1Les relevés de pluviométrie au Liban montrent une baisse considérable depuis les cinq dernières décennies ; une chute de 16% et un débit des fleuves divisé par deux sur la même période (Shaban, 2009). Le pays est situé au Moyen-Orient, une région où les effets du réchauffement climatique se font fortement sentir et dont la dépendance alimentaire figure parmi les plus élevées au monde. Dépourvu d’infrastructures adéquates, le besoin en eau est souvent satisfait par des forages, réduisant sévèrement le capital hydrique souterrain des aquifères1. Le pays présente quelques particularités hydrographiques : deux grandes chaînes montagneuses parallèles traversent le pays NNE-SSW, le Mont-Liban et l’Anti-Liban, entre les deux se trouve la vallée de la Beqaa. Ces reliefs impliquent un effet orographique induisant de multiples microclimats sur un territoire escarpé qui fait presque la taille de l’Île‑de‑France. La géologie du sol libanais est dominée par un substrat karstique qui favorise l’infiltration de l’eau issue de la fonte des neiges des hauteurs du pays, le stockage des nappes et la résurgence des sources de 17 fleuves pérennes. Dotée d’un climat semi-continental sec, la région interne de la Beqaa reçoit moins de pluies mais elle est la région agricole principale du pays et la source des plus grands fleuves du pays.

2Un tiers du territoire du pays est arable (3 700 km²), la majorité de ces terres sont cultivées (2 770 km²) et la plupart sont irriguées par des techniques traditionnelles par rigole et par gravitation. Depuis quelques décennies, le besoin en eau pour l’agriculture a considérablement augmenté suivant progressivement l’orientation de la production vers une filière fruiticole intensive en eau. Destinée en grande partie à l’export, ces produits comportent les fruits communément cultivés dans le bassin méditerranéen mais aussi d’autres espèces non-endémiques à la région qui ont intensivement trouvé leur place depuis les quarante dernières années, comme la banane.

3Cet article expose le système agricole du Liban tout en mettant en relief les effets du marché et de la gouvernance sur l’état de la ressource hydrique du pays. Ceci nous permet d’examiner la continuité dans la planification centrale, l’orientation de l’usage de l’eau et de discuter les relations de pouvoir entre acteurs dans le mode de gestion de la ressource. L’objectif est de déterminer l’évolution des terrains irrigués afin d’identifier les principaux conducteurs décisionnels dans le choix de projets.

4En suivant les fondements et l’évolution du réseau d’infrastructure, la première partie s’articule autour du concept de la « mission hydraulique » en présentant sa définition. Cette partie analyse la place de l’agriculture dans l’origine d’une vision apostolique libanaise de l’eau incarnée par le discours des premiers décideurs de planification de la ressource. La deuxième partie rappelle les caractéristiques de la « vocation alimentaire » attribuée à l’agriculture du pays. Elle analyse la transformation du système de production alimentaire dans le cadre de l’économie agricole du pays marquée par une polarisation et une fragmentation des exploitations. La dernière partie porte sur une analyse discursive qui retrace les politiques locales actuelles en matière de planification de l’eau, notamment le paradigme internationalement reconnu de la GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau), tout en remettant en question l’attention consacrée à l’agriculture et à son réseau d’irrigation.

1 - La « mission hydraulique » au Liban : origines, figures et évolution

5Les grands projets d’aménagements de bassin et de planification des eaux ont suivi le développement progressif de l’ingénierie hydraulique au xxe siècle dans les pays industrialisés (Allan, 2005). Cette phase de grands captages, de transferts et la prolifération d’installations hydrauliques mêlant l’ingénierie et la gouvernance de la ressource, est souvent nommée la « mission hydraulique » (Reisner, 1993 ; Swyngedouw, 1999 ; Allan, 2005). Par définition, cette mission se base sur une forte conception, portée par l’« hydrocracie » (bureaucratie de l’eau) selon laquelle toute goutte d’eau qui se verse dans la mer est une perte, l’État doit donc développer l’installation nécessaire pour la capter (Wester, 2008). Dans la deuxième moitié du xxe siècle, les grands systèmes hydrauliques d’irrigation ont rapidement été multipliés au moment où les sciences agronomiques, surtout génétiques, ont conduit à une production agricole accélérée à rendement élevé, baptisée la Révolution verte.

6Dans les pays du Nord, la mission hydraulique s’est arrêtée dans les années 1970 alors que les pays du Sud, n’ayant pas encore développé leurs infrastructures, démontrent toujours un intérêt dans les projets et les installations d’envergure (Swyngedouw, 1999 ; Allan, 2005). Comme le notent Molle et Floch (2008), dans de nombreux pays, les projets de développement des eaux de bassins sont « les enfants du colonialisme ». Et effectivement au Liban, ce n’est que sous le mandat français que les premières études, planifications et concessions de projets d’eau commencèrent à se mettre en place.

  • 2 Cf. Zeitoun et al., 2012a.
  • 3 Le desert bloom syndrome en Israel se manifeste pour le Grand aqueduc national pour convoyer les ea (...)
  • 4 À rappeler que la région sud du bassin du Litani a été occupée entre 1978 et 2000 par l’armée israé (...)

7Dans son territoire délimité depuis 1920 suite aux accords de Sykes-Picot, deux fleuves transfrontaliers prennent source du Liban, faisant du pays un objet d’attention particulière dans les études hydropolitiques. Le pays demeure en perpétuel conflit avec Israël concernant les eaux du Hasbani, affluent important du Jourdain2. L’Oronte (El-Assi) prend source au Liban et traverse la Syrie et la Turquie (fig. 1). Le Litani, le plus grand fleuve du Liban (170 km) avec un bassin entièrement libanais qui représente le cinquième du territoire national, a été parfois revendiqué par les sionistes comme essentiel à la survie d’un État israélien conçu sur une vision messianique de « verdissement du désert », desert bloom3. Quatre kilomètres seulement séparent le cours du fleuve libanais des frontières au Sud du pays4.

8Dans ce contexte hydropolitique, le Liban a été témoin de la naissance d’une mission hydraulique localement entreprise par des ingénieurs et des politiciens qui mettaient en exergue la vulnérabilité de la souveraineté des eaux libanaises et rappelaient les potentiels uniques d’irrigation et d’hydroélectricité du pays. Occupant des postes clés dans les institutions de planification, successivement durant l’Empire ottoman, le mandat français et après l’indépendance, de nombreuses figures libanaises appelaient à doter le pays d’un réseau d’infrastructure moderne. Ibrahim Abd el Al, ingénieur hydraulique libanais et figure incontournable de la planification des eaux, présente le Liban comme un « don du Litani ». Le travail avant-gardiste d’Abd el Al se retrouve particulièrement dans son ouvrage consacré au bassin du Litani publié en 1948, qui mêle l’hydrologie à l’agriculture, au développement du pays et au potentiel en hydroélectricité.

  • 5 Ces différents travaux de planification ont été présentés au Cénacle Libanais. Établi en 1946 suite (...)

9Parmi les spécialistes de l’eau, figure aussi Albert Naccache qui étudia l’intégralité des ressources hydrauliques libanaises et leur relation en proposant de grands projets d’adduction interbassins pour leur utilité agricole et pour la production hydroélectrique, en portant une grande admiration aux travaux entrepris à l’époque romaine. Ces projets ont été soigneusement présentés dans l’ouvrage en sept parties, « La valorisation du Liban, plan et programmes » de Gemayel (1951), partisan du « Projet Naccache » et homme politique de premier plan. Les trois premières parties de l’ouvrage traitent de « La planification intégrale des eaux libanaises ». Dans la quatrième partie consacrée à « La propagande », Gemayel écrit « … le château d’eau Liban constitue le squelette de l’Unité libanaise » (p. 4)5.

10Suite à l’indépendance en 1943, la centralisation et la nationalisation adoptées par la majorité des pays européens dans les services publics après-guerre, ont été calquées au Liban. Ainsi, la concession accordée à la Compagnie des Eaux de Beyrouth par un firman du Sultan en 1870, a été restituée à l’État libanais en 1951. Comme le notent Ghiotti et Barakat (2006), cette vague de nationalisations dans un contexte libéral libanais « s’apparente plus à une prise en charge par l’État des coûts liés aux infrastructures et aux équipements afin de favoriser les investissements qui sont la plupart du temps d’origine privée ».

  • 6 La position du président libanais à la doctrine anti-soviétique d’Eisenhower par son rapprochement (...)

11Dans cette période post-indépendance, le Liban fut accompagné par des programmes techniques de développement externes. En 1955, le Liban reçoit son premier prêt de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), institut principal de la Banque mondiale fondé quelques années auparavant, pour entreprendre le projet du Litani développé en grande partie par Abd el Al et approuvé par la mission d’assistance américaine, le Point I6. L’Office national du Litani fut fondé en 1954 à la demande du Point IV pour suivre le « Projet Litani ». Cependant, alors qu’Israël n’abandonnait pas ses prétentions sur le Litani, le bailleur américain voyait dans le projet un potentiel hydroélectrique et pas agricole – secteur plus dispendieux en eau et ceci allait contre l’avis des experts libanais (Blanc, 2007). Les hydrocrates libanais, instigateurs de la mission hydraulique du pays, avaient prévu de nombreux projets non-électriques sur le Litani ; transférer l’eau du fleuve vers Beyrouth pour l’usage domestique et construire de larges schémas d’irrigation sur le bassin du fleuve. Ces derniers comprenaient les schémas suivants; le Canal 800 pour l’irrigation du Sud‑Est du pays, le Canal 600 pour la région de Zahrani-Nabatiyé, le Canal 900 pour la Beqaa Sud et le réseau de Qasmieh sur la côte Sud (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Aménagement agricole et systèmes d’irrigation au Liban.

Source : données du Schéma Directeur d’Aménagement Territorial du Liban (CDR, 2005-2006).

12Entre 1960 et 1968, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement planificateur fut accompagnée par la mission française IRFED du père Lebret. Durant cette période, la première phase du projet Litani a été exécutée avec la collaboration d’EDF comprenant le barrage du Qaraoun (d’une retenue d’environ 220 Mm3) et les tunnels correspondants pour la production de l’électricité. Dans les années 60 et au début des années 70, l’efficacité du système central des institutions de planification de l’eau atteint son apogée. Aujourd’hui plus de la moitié du réseau d’eau remonte à cette époque qui précède l’éclatement de la guerre civile libanaise (Corail‑ICEA, 2004 ; Fawwaz, 2007). Pour l’irrigation, quelques projets démarrèrent avant‑guerre ; le Canal 900 et celui de Qasmieh au niveau du Litani et d’autres projets plus réduits dans les régions montagneuses ou côtières. Ainsi, à la veille de la guerre civile libanaise, l’irrigation ne s’appliquait que sur le cinquième des terres agricoles. Quand aux institutions, le ministère de l’Agriculture fut créé en 1955 et le ministère des Ressources hydrauliques et électriques en 1966.

13On peut distinguer trois phases dans l’évolution de la centralisation hydrocratique et de son objectif de « mission hydraulique » au Liban : la naissance lors du mandat français (1920s-1943), l’apogée post-indépendance (1943‑1975) et une réanimation contemporaine (années 2000-). Toutefois, il y aurait bien une étape intermédiaire, l’étape du déclin causé par la guerre et les années 1990, quand la reconstruction a débuté. Mise à part l’importance des dégâts et les injonctions néolibérales des bailleurs de fonds dans la phase dite de reconstruction, ces années ne constitueront aucun changement radical dans l’organisation de la gouvernance de la mission hydraulique libanaise. Cette dernière sera réanimée clairement en 2000 par la réforme 221/2000 et un plan décennal d’intensification du stockage, se présentant comme la Gestion Intégrée des Ressources en Eau libanaise. Après avoir présenté les deux premières phases de la mission dans cette partie, on ne reviendra à la dernière qu’après avoir présenté, dans un enchaînement historique, l’évolution de l’usage de l’eau dans l’agriculture.

2 - L’irrigation et la « vocation alimentaire »

  • 7 Récemment le potentiel d’exploration de pétrole et de gaz sur les côtes libanaises a été rendu publ (...)
  • 8 L’oléoduc Tapline cessa de fonctionner suite à l’occupation du Golan par Israël en 1967.

14Considérée comme la ressource naturelle principale du pays, l’eau a été présentée comme stratégiquement comparable au pétrole d’autres pays de la région et l’imaginaire visionnaire des précepteurs de la mission hydraulique ne s’est pas limité à une valorisation locale7. On avait conçu des plans de conduite de l’eau vers la péninsule arabique en parallèle de l’Oléoduc trans-arabe (Tapline) qui acheminait le pétrole de l’Arabie Saoudite jusqu’à la station de Zahrani au sud du Liban8. En suivant l’avantage comparatif du Liban en termes hydriques et de potentiel agricole, une alternative de commercialisation de la ressource s’était d’ores-et-déjà présentée, celle de l’autosuffisance et de l’intensification de la production de fruits pour satisfaire une demande provenant des pays pétroliers de la région. Le Liban fut ainsi doté d’une « vocation alimentaire », issue de la mission hydraulique, en considérant le pays comme le grenier de produits frais de la région. En ce qui concerne les produits alimentaires de susbistance, l’État libanais confia la politique d’approvisionnement en blé issu de la production nationale à l’Office des Céréales et de la Betterave Sucrière (OCBS), qu’il créa en 1959 sous la tutelle du ministère de l’Économie. Pour l’encouragement et la marchandisation de la production libanaise en fruits, notamment en agrumes, pommes et raisins, vers les pays du Golfe, le gouvernement a fondé l’Office fruitier libanais en 1959 (Saadé, 1973).

15Bien que l’indépendance alimentaire, que le Liban souhaitait atteindre en développant son réseau d’irrigation, figure parmi les piliers fondateurs de la vision de la mission hydraulique, les profits issus de l’agriculture étaient plutôt dans l’export. Pourtant, le rapport de la mission IRFED (1961) indiquait que l’exécution des projets d’irrigation donnerait aux cultivateurs des possibilités de rendre le Liban indépendant en agriculture. Or, les spéculations du marché l’ont emporté, métamorphosant progressivement le paysage agricole en termes de cultures et d’utilisation en eau. En comparant les deux derniers recensements de 1961 et 1999, l’extension des superficies irriguées passe de 40 775 ha à 104 009 ha. Entre 1999 et 2007, 14 500 ha ont été mis en irrigation, soit une multiplication par trois de la surface agricole irriguée sur cinq décennies (ministère de l’Agriculture libanais, 2008). Encouragée par le gouvernement et sous l’influence du marché, l’agriculture a connu une orientation des cultures pluviales vers des arbres fruitiers et des cultures végétales gourmandes en eau. Ce changement est notamment perçu dans les grandes régions agricoles du pays, la Beqaa et le Akkar au nord, qui sont les plus irriguées.

  • 9 Les mûriers à soie constituaient une monoculture employant la majorité de la population du Mont-Lib (...)
  • 10 Trois recensements agricoles ont été effectués au Liban, en 1961, 1970 et 1999. Le ministère de l’A (...)
  • 11 Bien que la subvention de la betterave ait disparu, le soutien de l’OCBS à l’approvisionnement en b (...)

16Si la sériciculture a dominé l’environnement agricole du Mont-Liban pendant des siècles9, diverses arboricultures méditerranéennes ont été présentes comme les orangers sur la côte, la viticulture dans les montagnes et dans la Beqaa, ainsi que les oliviers, notamment présents dans le nord et le sud du pays. La céréaliculture a longtemps trouvé sa place dans les régions internes du pays, notamment dans la Beqaa, qui fut un endroit stratégique pour les conquérants à cause de son important potentiel en culture de blé. Attribuée à une politique centrale de marchandisation, la prédominance des céréales en 1961 (39% de la surface agricole), notamment du blé, a progressivement laissé place à une diversification relativement plus marquée par les spéculations agricoles de rentabilité. D’après le Recensement Général Agricole de 199910, les arbres fruitiers se placent au premier rang avec 23% contre 20% pour les céréales. En 2007, les fruits représenteront 31% de la superficie agricole, alors que les céréales atteindront le quart des terres cultivées pour la même année (MAL, 2008). Cette légère augmentation en terres cultivées en céréales, entre 1999 et 2007, est due à la suppression des subventions de l’OCBS à la culture de la betterave sucrière en 200411.

17Le gouvernement n’a cessé de subventionner la production de fruits et légumes destinée à l’export, toujours vers les mêmes destinations, notamment, les pays de la péninsule arabique. Une version contemporaine de l’Office des fruits fut crée en 2001 appelé programme Export Plus. Mis sous l’auspice du Conseil des ministres dans le cadre des services de l’Autorité pour le Développement des Investissement au Liban (IDAL), le programme subventionne le coût de transport maritime et terrestre des végétaux, et souvent aériens quand il s’agit des fruits. Or les requis de l’OMC ont amené le gouvernement à supprimer graduellement ces aides destinées directement à l’export, jusqu’à une suppression complète qui est survenue en mars 2012. Toutefois, le programme Export-Plus a été remplacé par Agri-Plus pour aider les exportateurs à l’emballage et à la mise en conformité des produits.

18Actuellement, presque la moitié des terres agricoles sont irriguées. Les méthodes d’irrigation gravitaire couvrent 64% de la surface agricole irriguée, 28% pour l’aspersion et 8% pour les systèmes de goutte à goutte (MAL, 1999). La Beqaa est désormais la région agricole la mieux irriguée (66%) suivie par le Mont-Liban et la région nord dont la moitié des terres agricoles sont irriguées (MAL, 2008). En dernière position figure la région sud, avec le quart des terres agricoles mises en irrigation. La majorité de ces terres sont cultivées d’agrumes et de bananiers, et correspondent au système d’irrigation de Qasmieh-Ras el Ain (4 000 ha), le plus approvisionné parmi les systèmes du Litani.

  • 12 En 1961, il y avait environ 617 000 parcelles et 143 000 exploitations (Mal, 1966). Cette diminutio (...)
  • 13 L’intervention des entrepreneurs citadins dans la production agricole remonte à l’époque ottomane ( (...)

19En 1999, le recensement général fait état de 195 829 exploitations et de 491 682 parcelles. Trois‑quarts des exploitations occupent des parcelles de moins de 1 ha représentant 20% du total des terres agricoles, alors qu’à peine 2% des exploitations ont plus de 10 ha et occupent 30% de la surface agricole12. La polarisation des richesses entre fermes semble particulièrement bien profiter aux grandes exploitations qui fonctionnent en économie d’échelle, bénéficient des subventions de l’État, comme Export-plus pour l’exportation, et se localisent généralement dans des zones équipées pour l’irrigation. La production des grandes exploitations irriguées est en grande partie destinée à l’exportation ou intégrée dans des processus agro-industriels dont les propriétaires sont essentiellement des citadins, souvent commerçants, et de grande influence politique13. Actuellement, un tiers seulement des exploitants dépendent uniquement de l’agriculture, une proportion qui augmente progressivement avec la taille des parcelles et atteint les deux-tiers des exploitations de plus 10 ha.

20Les disparités dans la mise en irrigation des terres par initiative privée est clairement favorable aux grandes exploitations où l’investissement dans une infrastructure est plus rentable. L’utilisation de motopompe pour le captage des cours d’eau de surface ou souterrains dépend de la taille de l’exploitation. Une croissance continue s’observe à partir de 2 ha où 20% des exploitations sont équipées de motopompe, une proportion qui atteint les deux-tiers des exploitations de 50 ha (MAL, 1999). Entre 1961 et 1999, l’utilisation de motopompe aurait été multipliée par trois, passant de 5% à 15% des exploitations. Avec à peine 1% des crédits accordés au secteur primaire, les grandes exploitations ont également un privilège d’accès aux demandes d’équipement. Bien que la disparité d’équipement et d’usage de l’eau entre exploitations soit claire, le gouvernement libanais n’a pas pu réguler les requis du marché et le besoin croissant en eau, ce qui a incité souvent les exploitants à la mise en irrigation privée de leurs parcelles.

21Il existe 67 schémas d’irrigation au Liban qui couvrent principalement des moyennes et grandes parcelles en majorité sur le bassin du Litani. Les bénéficiaires des schémas d’irrigation publics payent une redevance saisonnière fixe calculée en fonction de la surface et des cultures de la parcelle, les charges volumétriques restant très peu appliquées. Pour ceux qui sont en dehors de ces systèmes, on dénombre une centaine de « comités locaux de l’eau » qui ont réussi à maintenir raisonnablement des réseaux communs en l’absence d’intervention du gouvernement.

22Juridiquement, la mise en irrigation des terres agricoles par initiative privée est plus que tolérée au Liban, elle est protégée par la loi comme usufruit accordé au propriétaire foncier. L’expropriation de ces droits acquis sur la ressource est indemnisée par le gouvernement. Ainsi, la moitié des eaux d’irrigation proviennent des nappes et la mise en irrigation est souvent entreprise par initiative privée. Conçu sur la base des us et coutumes, le droit d’accès à l’eau, par captage de source ou déviation d’un cours d’eau trouve sa codification dans le Medjelle ottoman et dans les lois du mandat français. Sans attention particulière à la conservation de la ressource, aucune zone de protection n’a été délimitée, mise à part, quelques centaines de mètres qui séparent un puits privé d’un autre public. Malgré des tentatives récentes de règlementer le pompage en appliquant une charge volumétrique et des compteurs, tout puits est légalement dispensé d’une licence si la profondeur ne dépasse pas 150 mètres ou si l’extraction journalière ne dépasse pas 100 000 litres par jour (arrêté 118 du 13 septembre 2010). Cette règle a été héritée des arrêtés 3339/1920 et 320/1926, datant du mandat, à une époque où il était coûteux et rare d’avoir recours à une technologie de forage pouvant atteindre de telles profondeurs et pomper de tels débits.

  • 14 Les ratios de dépendance aux importations et aux exports, et celui de l’autosuffisance sont calculé (...)

23La spécialisation du secteur primaire dans des cultures rentières consommatrices en eau, notamment les fruits, a élevé le rendement à la parcelle au Liban comparé aux autres pays de la région. En termes de quantité, le Liban est un grand importateur de produits alimentaires et les exportations ne représentent que le dixième des échanges commerciaux. Le besoin nutritionnel est comblé par des importations notamment les produits dont les apports diététiques sont élevés, comme le blé, les huiles et la viande rouge. Le blé montre un ratio de dépendance aux importations de 80%. Alors que les fruits, notamment, les agrumes et les pommes, ont un ratio d’autosuffisance qui couvre le double du besoin national d’où une dépendance importante à écouler la production par export14. Le Liban produit et exporte les produits nécessitant une plus grande quantité d’eau avec moins de terres (fruits, légumes et pommes de terre). D’autre part, il importe les produits à faible besoin en eau mais qui ont besoin de vastes surfaces, notamment, les céréales et les légumineuses.

  • 15 Une grande partie de ces terres sont situées dans les montagnes sous forme de terraces abandonnées (...)

24Le déficit à combler l’alimentation nationale est principalement dû à la limite des zones agricoles exploitées disponibles. Avec environ 2,5 tonnes/ha de blé, le Liban aurait besoin de 60% de ses terres agricoles exploitées pour satisfaire sa propre demande. Cependant, d’après le dernier recensement, les jachères non cultivées depuis plus de cinq ans et les parcelles abandonnées dépassent les 100 000 hectares15. Avec une rotation, jachère‑blé‑légumineuse, le pays pourrait sans doute atteindre une meilleure indépendance alimentaire. De plus, en comparant la production locale, le rendement actuel de blé pourrait être cinq fois plus important si les terres consacrées aux céréales étaient mises en irrigation.

  • 16 La Régie des Tabacs et des Tombacs fut fondée en 1935 par le mandat français. Le maintien de la sub (...)

25Il est donc difficile de conclure sur l’incapacité du Liban à réduire sa dépendance alimentaire de base, d’autant plus que son empreinte en eau pour l’approvisionnement en denrées agricoles ne figure pas parmi les plus élevées au monde. La capacité de sortie d’un engrenage de dépendance alimentaire reste possible grâce aux ressources naturelles du pays. Si des efforts sont déployés dans ce sens, avec une régulation stricte des marchés des filières alimentaires et un accompagnement technique, la situation rurale pourrait également s’améliorer. Il est difficile de trouver une organisation cohérente qui lie les préoccupations agricoles, rurales, alimentaires et hydrauliques du pays. En 2008, sur la totalité des dépenses publiques consacrées à l’alimentation nationale et à l’agriculture, la part allouée à l’OCBS représentait environ la moitié de ce budget, subventionnant le prix du blé importé. Alors qu’à peine 10% du budget agro-alimentaire a été destiné au ministère de l’Agriculture, IDAL aurait reçu 14% et le reste, soit le tiers du budget, aurait été versé pour la subvention de la culture de tabacs concentrée dans le sud (Banque mondiale, 2009b)16. Ainsi, comme le note Buchs (2007) : « les ingénieurs ont toujours préféré l’eau bleue à l’eau verte et ont concentré leur action sur l’irrigation en négligeant l’agriculture pluviale, qui elle ne nécessite pas de réalisations techniques lourdes. » Tout comme les subventions à l’agriculture, les préoccupations du service de l’eau sont ailleurs. À ce jour, parmi plus de deux milliards de dollars américains alloués aux services de l’eau durant la phase interminable de reconstruction (1990-2012), la part des projets d’irrigation n’était que de 15%, la priorité étant donnée aux projets d’eau potable et aux stations de traitement des eaux usées.

3 - La place de l’irrigation dans la GIRE au Liban

26Avec le développement et l’instauration de l’État‑providence dans de nombreux pays industriels suivi par l’émergence des politiques keynésiennes après la seconde guerre mondiale, l’approvisionnement de l’eau était pris en charge par les autorités publiques. Or, la suprématie du néolibéralisme, depuis la suspension des accords de Bretton Woods en 1972, a apporté des solutions de marchandisation et de privatisation aux problèmes de la ressource (Roberts, 2008). Ces problèmes correspondent aux déficits budgétaires, aux pollutions environnementales et aux défaillances administratives, notamment, la corruption des autorités publiques. Toutefois, le secteur privé avait toujours joué un rôle sous diverses formes, dans le financement, l’exploitation et la gestion de la ressource, surtout quand il s’agissait de projets d’envergure. Au milieu des années 1980, époque Thatcher‑Reagan, et au début des années 1990, la privatisation est devenue emblématique pour le développement du secteur avec la montée du néolibéralisme dans les organisations internationales (Finger et Allouche, 2002 ; Bakker, 2010 ; Robbins, 2003).

27L’influence des paradigmes néolibéraux qui prônent des solutions de marché et de libéralisation pour les pays en développement, connus sous le « Consensus de Washington », sont survenus au moment où le Liban entrait dans sa phase de reconstruction en 1990. Dans le secteur de l’eau, les différentes injonctions ont prôné l’introduction du secteur privé dans le processus d’exploitation et de gestion de la ressource, tout comme l’introduction du concept de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE). Au niveau local, une réforme, la loi 221, et un plan décennal de stockage intensif de l’eau ont été introduits en 2000, baptisée la GIRE au Liban (Comair, 2009).

  • 17 De nombreuses négociations de contrats avec des compagnies comme Vivendi et Montgomery-Watson ont é (...)

28La réforme 221/2000 fusionna 21 offices de l’eau en quatre Établissements des Eaux Régionaux (EER), en maintenant l’Office national du Litani. Le but est de doter le secteur de l’eau de conditions industrielles et commerciales viables. Le Liban n’a connu qu’une seule expérience de Partenariat-Public-Privé (PPP) dans un contrat avec Ondéo-Dégremont-Suez de quatre ans, financé par l’Agence Française de Développement pour la gestion des eaux de Tripoli au Nord du pays. Dans l’esprit des objectifs de la loi 221 de recentralisation et de reterritorialisation, une extension du PPP a été prévue pour couvrir toute la région nord du pays. Bien qu’Ondeo ait réalisé une augmentation du taux de desserte, l’extension du projet n’a pas eu lieu à cause des difficultés financières rencontrées dans la collecte des redevances et le contrat a été clos à son terme. Mises à part les tensions entre les entrepreneurs locaux et Ondéo, la compagnie aurait subi des pressions de patronage des politiciens de la région concernant l’embauche du personnel (Yousfi, 2006 ; Verdeil 2008 ; Allès, 2011). Cette réalité d’une mauvaise expérience est souvent maquillée dans les rapports pour éviter de dégrader la réputation des acteurs.17

29Pourtant considéré comme la GIRE du Liban, trois situations juridiques et institutionnelles de la réforme 221/2000 ne sont pas cohérentes avec les principes de la GIRE.

30La gestion par bassin : les 21 anciens offices de l’eau ont été géographiquement fondés sur les limites de petits bassins. La majorité se situant sur le flanc ouest du Mont‑Liban, elle comporte un à plusieurs districts administratifs du pays (Caza) formant des entités interfluviales. Alors qu’actuellement, les établissements de l’eau régionaux n’ont rien d’un bassin, car ils ont les mêmes limites que les régions administratives.

31L’organisation décentralisée : la recentralisation de la décision sur un niveau régional a clairement limité la manœuvre des autorités locales comme les municipalités ou les comités locaux de l’eau. En plus, la réforme n’a proposé aucune clarification sur leur rôle et leur relation avec les autres autorités régionales ou centrales. Tout au contraire, de nombreuses incohérences résident toujours dans la délégation des responsabilités. Si les décisions relatives aux nouveaux projets sont maintenues par le gouvernement central, l’entretien des réseaux reste pourtant délégué aux entités locales souvent démunies de moyens financiers; l’irrigation aux comités syndicaux de l’eau et aux municipalités pour l’entretien des égouts.

32Les lois d’utilisation et de préservation : bien qu’elle avance le caractère économique de l’eau et de sa régulation par les outils du marché, la GIRE précise qu’un droit sur l’eau est un droit d’usage et non pas d’appropriation, tenant compte de la protection de l’environnement et de la gestion de la ressource. Or, ce n’est certainement pas le cas au Liban avec des lois qui légitiment l’appropriation de la ressource au nom de l’usufruit, sans démarcation claire de zones de protections superficielles ou souterraines.

33Quand aux projets, le ministère de l’Énergie et de l’Eau, a proposé en 1999 un Plan Stratégique Décennal 2000‑2009 qui consiste principalement à stocker un milliard de m3, soit le quart des disponibilités hydriques du pays dans 18 barrages. L’étude consiste à un recueil de tous les projets de barrages et de lacs collinaires potentiels étudiés depuis le mandat français. On retrouve la majorité de ces retenues proches des zones urbaines situées sur le flanc ouest du Mont-Liban. Seulement quelques barrages proposés concernent l’irrigation (fig. 1). Toutefois, pendant les dix dernières années, un seul barrage fut construit, celui de Chabrouh, avec une capacité de retenue de 8 M de m3 qui présente actuellement des fuites de 200 l/s à cause du substrat karstique (Bou Jaoude et al., 2010). En 2009, le Plan Stratégique Décennal a été reconduit jusqu’en 2018, avec un montant total de 7,7 milliards de dollars US, soit environ le budget annuel du gouvernement (EUWI et OCDE, 2011). Jusqu’à présent, les fonds investis dans les services de l’eau proviennent en majorité des conférences internationales de donateurs pour l’aide à la reconstruction du pays : la conférence Friends of Lebanon en 1997 aux États‑Unis, Paris II en 2002 et Paris III en 2007. La continuité dans le financement de la stratégie décennale semble bien se poursuivre par les mêmes modes de financement externes.

34Après avoir terminé et réhabilité en grande partie les réseaux existants dans la phase d’après-guerre, les deux projets d’adduction de l’eau potable du Litani à Beyrouth, appelé le Greater Beirut Water Supply Project, et le Canal 800 ont été lancés entre 2011 et 2012 (fig. 1). Le premier, financé en grande partie par la Banque mondiale (370 millions de dollars US), n’a pas été entrepris en consultant les futurs usagers de la capitale. Très rares sont les habitants de Beyrouth qui savent que dans quelques années, l’eau potable qu’ils recevront chez eux viendra du Litani, dont les eaux sont connues pour être extrêmement polluées. Bien évidemment, la place donnée à la participation démocratique dans la prise de décision des projets concernant l’eau au Liban est loin d’être appliquée.

35Le deuxième projet, le Canal 800, financé par le fonds koweïtien pour le développement et le fonds arabe pour le développement économique et social (460 millions de dollars US), irriguera quelques 15 000 ha d’une région qui a souffert pendant 22 ans de l’occupation israélienne. La question qui se pose sera de comprendre comment ces exploitations du Sud, caractérisées par des cultures pluviales, comme le blé et l’olivier, s’adapteront à l’arrivée de l’eau. À noter que pour accomplir ces deux nouveaux projets, il faut trois barrages, Bisri, Kfarsir et Khardali, dont les coûts sont encore méconnus et dont le sujet est peu abordé par les sources officielles. Le potentiel du Litani à prendre en charge tous ces besoins pose une grande interrogation. Malgré le rejet de nombreux géologues de la faisabilité de telles retenues à cause de la karstification, on retrouve un discours qui sous-estime le potentiel de recharge des nappes et qui insiste sur la nécessité de grandes retenues. Ce discours ne cesse de porter le slogan des hydrocrates : « Pas une goutte d’eau ne doit aller à la mer ».

36Inspiré des travaux de Foucault sur la relation entre Discours-Pouvoir-Connaissance, Turton (2000) définit le discours « sanctionné » en hydropolitique comme le discours dominant qui a été légitimé par les élites. Ce discours conduit ainsi à la création d’un système de croyance dominant qui définit le problème et ses solutions. Dans ce mécanisme discursif, les relations sont définies entre les ingénieurs, les politiciens et les institutions bureaucratiques hiérarchisées de l’eau, où tout individu qui critique le discours conventionnel est voué à l’exclusion du système.

37Les projets d’eau sont les projets politisés par excellence, appelés « pork-barreling », faciles à justifier et construits par des concessionnaires proches des politiciens qui cachent des informations (McCully, 2001). Formant des triangles de fer entre politiciens, hydrocrates et ingénieurs, profitant du manque de transparence lors des appels d’offres, cette situation n’exclut pas le cas des projets de l’eau dans l’oligarchie politique du Liban. Riachi et Chaaban (2012) démontrent la présence de tels comportements dans les fonds alloués aux projets d’eau dans la phase d’après-guerre. Les résultats de l’analyse économétrique démontrent que la distance politique des régions au pouvoir exécutif concerné par l’eau est le paramètre le plus significatif dans le ciblage géographique des projets, au détriment d’autres préoccupations plus urgentes d’ordre socioéconomique et environnementale.

Conclusion

38En 1950, la production agricole participait à 20% du PIB, une période où la moitié de la population libanaise était rurale (Paix, 1975). Actuellement, avec à peine 1% du budget national alloué à l’agriculture, le secteur primaire représente 5% du PIB et il est estimé que le cinquième de la population active dépend de la production agricole, incluant les travailleurs permanents, saisonniers et immigrés (Banque mondiale, 2009b). Alors que le tiers de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté, les deux-tiers des foyers d’agriculteurs, qui représentent 7.5% de la population active libanaise, sont démunis (CAS, 2005).

39Si Beyrouth a effectivement connu des années de gloire grâce aux politiques de laissez-faire, au développement de la structure bancaire et à son économie tertiaire, les régions rurales périphériques ont été négligées. Des régions pour lesquelles une lourde mission de mobilisation intensive de leurs ressources naturelles a été commanditée par le marché des produits hautement consommateurs d’eau. Encouragé par le gouvernement, sans la mise en place d’un réseau public d’irrigation adéquat en parallèle, le développement de ces filières agricoles pèse lourdement sur les ressources en eau du pays, et surtout celles des aquifères. Avec une polarisation aigüe des richesses dans les grandes exploitations, l’appropriation des eaux des nappes par des propriétaires influents semble bien expliquer l’absence d’une règlementation stricte sur les forages.

40Sur le plan institutionnel, la réforme 221 a rajouté un pilier dans l’organigramme, avec la nomination des présidents des EER et des directeurs en 2005. Or, d’autres nominations semblent plus urgentes, qui expliquent en grande partie les fuites et le manque d’entretien du réseau ; quatre postes sur cinq du personnel du secteur de l’eau, notamment, les ingénieurs-techniciens, sont déjà à la retraite sans avoir été remplacés, à cause du plan de rigueur adopté par le gouvernement durant la phase de reconstruction. Comme le souligne Ghiotti (2005) : « la réforme de la politique de l’eau (au Liban) instaure la libéralisation du service collectif et la régionalisation de sa gestion, sans pour autant s’inscrire dans le cadre d’une politique de développement et d’aménagement du territoire réfléchie à l’échelle nationale. ».

41Le montant demandé pour effectuer la stratégie nationale de l’eau qui comprend la construction des barrages et des lacs représente le quart du PIB libanais. À part l’inefficacité géologique de telles retenues, les emprunts engendrés par les aides pour entreprendre ces projets pèseront lourd sur la dette publique, une des plus élevées au monde exprimée par habitant. Or, la politique libanaise, fondée sur le confessionnalisme, privilégie les politiciens capitalistes, qui sont à la fois des entrepreneurs de travaux publics et à la tête des banques locales, principales créancières de l’État.

42Dans les circonstances actuelles, l’agriculture libanaise ne serait-elle pas témoin d’un water grabbing au même titre que les situations plus connues de land grabbing, les pays pétroliers arides de la région investissant dans la construction de réseaux d’irrigation qui permettent, in fine, la production de fruits qui leur est destinée ?

Top of page

Bibliography

ABD EL AL I., (1948), Le Litani, éd. du Cénacle Libanais.

ALLAN J.A., (2005), Water in the Environment. Socio-Economic Development Discourse: Sustainability, Changing Management Paradigms and Policy Responses in a Global System, in: Government and Opposition 40, p. 181‑199.

ALLÈS C., (2011), Les élites locales face à l’introduction du secteur privé : une expérience de gestion déléguée du secteur de l’eau à Tripoli (Liban), 12th Mediterranean Research Meeting, Montecatini Terme, Italie.

BAKKER K.J., (2010), Privatizing water: governance failure and the world’s urban water crisis, Ithaca, N.Y., USA, Cornell University Press.

BANQUE MONDIALE, (2009a), Republic of Lebanon, Water Sector: Public Expenditure Review.

—, (2009b), Lebanon Agriculture Public Expenditure, Review Note.

BLANC P., (2006), De la tutelle à la coopération ? La difficile transition des relations syro-libanaises, Confluences Méditerranée 56, p. 55‑70.

—, (2007), L’enjeu hydropolitique au coeur des relations israélo-libanaises, in MERMIER F., PICARD E. (eds), Liban : une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte. p. 154‑161.

BOU JAOUDE I., KARANOUH R. (dirs), (2010), Understanding the Leaks in Chabrouh Dam Through Detailed Hydrogeological Analysis of the Qana Plateau (Lebanon), Advances in Research in Karst Media, coll. Environmental Earth Sciences, Springer Berlin Heidelberg, p. 407‑413.

BUCHS A., (2007), Les normes de l’eau comme objet d’instrumentalisation des politiques de l’eau, Panorama et perspectives en Méditerranée, colloque Gestion durable de l’eau en Méditerranée, Constantine, Algérie, 22 p.

CAS Central Administration of Statistics, (2005), Households Living Conditions Survey, UNDP and Lebanese Ministry of Social Affairs.

CHEVALIER D., (1971), La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, P. Geuthner.

COMAIR F.G., (2009), Water Management and Hydrodiplomacy in Lebanon. Water, Energy and Environment Research Center (WEERC), Notre‑Dame University, Lebanon.

CORAIL?ICEA, (2004), ‑ICEA, (2004), Les Libanais et l’eau potable, enquêtes socio-économiques, Ambassade de France au Liban, ministère de l’Énergie et de l’Eau, 160 p.

EUWI et OCDE, (2011), Framework conditions for Private Sector Participation in Water Infrastructure in Lebanon, 22 p., [en ligne].

FAWWAZ A., (2007), Nahwa siyassa maiyya fi lubnan, Vers une politique de l’eau au Liban (ed. arabe), École Supérieure d’Ingénierie de Beyrouth.

FINGER M., ALLOUCHE J., (2002), Water Privatisation: Transnational Corporations and the Re-regulation of the Global Water Industry, London and New York: Taylor and Francis.

GEMAYEL M., (1951), La valorisation du Liban; plans et programmes, Beyrouth.

GHIOTTI S., (2005) Le bassin‑versant en question : le modèle français de gestion de l’eau et les limites de son application au Liban, in ANTHEAUME B., GIRAUT F. (dirs), Le territoire est mort : vive les territoires ! : une refabrication au nom du développement, Paris, IRD, p. 247‑267.

GHIOTTI S. et BARAKAT L., (2006), Quand territorialisation rime avec fragmentation. Les enjeux territoriaux autour de la réforme de la politique de l’eau au Liban, in Politiques de l’eau. Grands principes et réalités locales, BRUN A. et LASSERRE F. (dir.), Québec, PUQ, p. 189‑222.

IRBY J.K., (1971), Aspects of ‘Musha’ Land Tenure in Lebanon, Association of Pacific Coast Geographers Yearbook, 33, p. 153‑160.

IRFED, (1961), Besoins et possibilités de développment du Liban : étude préliminaire, Institut de recherche et de formation en developpement, France.

LABAKI B., (1984), Introduction à l’histoire économique du Liban : soie et commerce extérieur en fin de période ottomane, 1840‑1914, Librairie Orientale, 433 p.

MCCULLY P., (2001), Silenced Rivers: The Ecology and Politics of Large Dams, St. Martin’s Press.

MERVIN S., (2007), Le Liban-Sud, des bandes armées à la guérilla (1920-2006) , in Mermier F. et Picard E. (eds), Liban : une guerre de 33 jours, Paris: La Découverte, p. 103‑110.

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE DU LIBAN, (1966), Census of Agriculture 1961.

—, (1999), Rapport de Synthèse du Recensement Général Agricole.

—, (2008), Enquête sur la production agricole 2006-2007, (en arabe).

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DE L’EAU, (2011), Stratégie nationale du secteur de l’eau au Liban, en anglais, rapport non publié.

MOLLE F. et FLOCH P., (2008), The “Desert bloom” syndrome: Irrigation development, politics, and ideology in the Northeast of Thailand. Working Paper, (fonds IRD).

MOLLE F., FLOCH P., PROMPHAKPING B., BLAKE D., (2009), The ‘greening of Isaan’: politics, ideology and irrigation development in the northeast of Thailand, in MOLLE F., FORAN T., KÄKÖNEN M. (eds), Contested waterscapes in the Mekong region: hydropower, livelihoods and governance, Earthscan, London, p. 253‑282.

PAIX C., (1975), La portée spatiale des activités tertiaires de commandement économique au Liban, Revue Tiers Monde, 6‑61, p. 135‑182.

PARRY C., (2005), Israel-Palestine: La loi du plus fort, Économie et Humanisme, 372, 28 p.

REISNER M., (1993), Cadillac Desert: The American West and its Disappearing Water, Revised Edition, New York, Penguin.

RIACHI R., CHAABAN J., (2012), Regional Water Projects: Bridging Distributive Politics to Equity and Efficiency, working paper.

ROBBINS P.T., (2003), ‘Transnational Corporations and the Discourse of Water Privatisation’, Journal of International Development 15, p. 1 073‑1 082.

ROBERTS A., (2008), Privatizing Social Reproduction: The Primitive Accumulation of Water in an Era of Neoliberalism, Antipode 40,p. 535‑560.

SAADÉ R.F., (1973), Réalités de l’agriculture libanaise, Tiers-Monde, 14(54). p. 425‑436.

SHABAN A., (2009), Indicators and Aspects of Hydrological Drought in Lebanon, Water Resources Management Journal 23, p. 1875‑1891.

SWYNGEDOUW E., (1999), Modernity and Hybridity: The Production of Nature: Water and Modernisation in Spain, Paper presented to the SOAS Water Issues Study Group, University of London, 25 January 1999.

TURTON A.R., (2000), Water and Sustainable Development: A Southern Perspective. In: Encyclopedia of Life Support Systems (EOLSS), [en ligne].

VERDEIL E., (2008), Water and electricity networks between stress and reform:from postcivilwar reconstruction to the new Lebanese wars, in Negociation of Space: The Politics and Planning of Destruction and Reconstruction in Lebanon, Oxford, Royaume-Uni.

WESTER P., (2008), Shedding the waters: institutional change and water control in the Lerma–Chapala basin, Mexico. PhD dissertation, Wageningen University, Wageningen, The Netherlands.

YOUSFI H., (2006), Le contrat dans une coopération internationale. La rencontre des intérêts à l’épreuve de la rencontre des cultures. Cas du Contrat de gestion déléguée de l’Alimentation en Eau potable de la Communauté Urbaine de Tripoli (Liban), thèse en sciences de gestion, Université Paris X Nanterre, sous la direction de P. d’Iribarne, 313 p.

ZEITOUN M., EID‑SABBAGH K., DAJANI M. et TALHAMI M., (2012a), Hydro-political Baseline of the Upper Jordan River, Beirut, Association of the Friends of Ibrahim Abd el Al, 146 p.

ZEITOUN M., ALLAN T., AL AULAQI N., JABARIN A., et LAAMRANI H., (2012b), Water demand management in Yemen and Jordan: addressing power and interests, The Geographical Journal, 178(1), p. 54‑66.

ZURAYK R., (1994), Rehabilitating the Terraced Lands of Lebanon, Journal of Soil and Water Conservation, 49(2), p. 106‑112.

Top of page

Notes

1 Alors que 647 puits seulement sont publics, on dénombre 5 forages/km², 80% sont illicites selon la Banque mondiale (2009a), la moitié selon les sources officielles (ministère de l’Énergie et de l’Eau, 2011).

2 Cf. Zeitoun et al., 2012a.

3 Le desert bloom syndrome en Israel se manifeste pour le Grand aqueduc national pour convoyer les eaux du lac Tibériade pour l’irrigation du désert du Néguev (Molle et al., 2009 ; Zeitoun et al., 2012b ; Parry, 2005).

4 À rappeler que la région sud du bassin du Litani a été occupée entre 1978 et 2000 par l’armée israélienne. Durant cette période, des préoccupations ont souligné les pompages souterrains et des déviations du fleuve vers le Jourdain, des propos niés en bloc par Israël. Cf. Zeitoun et al. 2012.

5 Ces différents travaux de planification ont été présentés au Cénacle Libanais. Établi en 1946 suite à l’indépendance, le Cénacle libanais fut un mouvement d’intellectuels libanais. Il a été fondé par Michel Chiha, avocat et banquier, conseiller auprès des autorités mandataires françaises. Il prônait des politiques de laissez-faire et de libre échange.

6 La position du président libanais à la doctrine anti-soviétique d’Eisenhower par son rapprochement au Pacte de Bagdad a certainement joué un rôle dans le déblocage de ce fond de la BIRD.

7 Récemment le potentiel d’exploration de pétrole et de gaz sur les côtes libanaises a été rendu public, rajoutant un nouveau paramètre de conflit dans la région

8 L’oléoduc Tapline cessa de fonctionner suite à l’occupation du Golan par Israël en 1967.

9 Les mûriers à soie constituaient une monoculture employant la majorité de la population du Mont-Liban pendant des siècles (Chevalier, 1971 ; Labaki, 1984). Au début xxe siècle, le Liban est sorti d’une crise économique due à la chute du marché mondial de la soie causée par l’introduction du textile synthétique chinois. Malgré l’essoufflement du secteur, le gouvernement libanais tentait encore en 1956 de redonner espoir au secteur en fondant l’Office de la soie mais les efforts se sont rapidement avérés vains (Saade, 1973).

10 Trois recensements agricoles ont été effectués au Liban, en 1961, 1970 et 1999. Le ministère de l’Agriculture libanais a lancé un nouveau recensement en 2010, mais les résultats n’ont toujours pas été publiés.

11 Bien que la subvention de la betterave ait disparu, le soutien de l’OCBS à l’approvisionnement en blé continue, mais avec l’insuffisance de la production locale, les fonds sont alloués à l’achat du blé importé, dont les cours mondiaux sont à la hausse, que l’État revend à prix réduit aux moulins.

12 En 1961, il y avait environ 617 000 parcelles et 143 000 exploitations (Mal, 1966). Cette diminution de parcelles entre 1961 et 1999 démontre bien les effets de la concentration des exploitations et l’acquisition des petites parcelles par les grands exploitants. Or, le nombre d’exploitants a augmenté indiquant l’entrée de nouveaux acteurs ainsi que le partage entre héritiers.

13 L’intervention des entrepreneurs citadins dans la production agricole remonte à l’époque ottomane (1516-1918). Venus des villes en tant que collecteurs de taxes ou créanciers, ils acquièrent de nombreuses terres à cause d’impayés (Irby, 1971). Aujourd’hui, les grandes parcelles au Liban sont principalement composées de biens fonciers ecclésiastiques (Waqf), mais surtout des propriétés de familles, issues en majorité de la féodalité de l’époque ottomane et à quelques privilégiés des travaux cadastraux et de remembrements survenus lors du mandat français.

14 Les ratios de dépendance aux importations et aux exports, et celui de l’autosuffisance sont calculés respectivement en divisant les quantités importées, exportées et produites par la quantité totale localement présente, soit la somme de la production et de l’import en soustrayant la quantité exportée. Les ratios mentionnés ci-dessus ont été calculés à partir de la production et des échanges commerciaux agricoles au Liban en 2007.

15 Une grande partie de ces terres sont situées dans les montagnes sous forme de terraces abandonnées (Zurayk, 1994),. S’il est difficile d’envisager des cultures céréalières sur ces terres pour des raisons économiques, les plaines du Hermel pourraient avoir un potentiel important dans ces cultures en développant un système d’irrigation des eaux de l’Oronte pour combler les faibles précipitations de la région.

16 La Régie des Tabacs et des Tombacs fut fondée en 1935 par le mandat français. Le maintien de la subvention à la production du tabac est politique et lié à la corruption (Mervin, 2007; Blanc, 2006).

17 De nombreuses négociations de contrats avec des compagnies comme Vivendi et Montgomery-Watson ont été entreprises pour des PPP dans d’autres régions, mais aucun accord ne s’est concrétisé.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Aménagement agricole et systèmes d’irrigation au Liban.
Credits Source : données du Schéma Directeur d’Aménagement Territorial du Liban (CDR, 2005-2006).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/6470/img-1.png
File image/png, 162k
Top of page

References

Electronic reference

Roland Riachi, « Agriculture et système alimentaire sous la mission hydraulique libanaise », Méditerranée [Online], 119 | 2012, Online since 30 November 2014, connection on 23 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6470 ; DOI : 10.4000/mediterranee.6470

Top of page

About the author

Roland Riachi

Centre de recherche en économie de Grenoble, Université Pierre Mendès France, Grenoble II, rolandriachi@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page