Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Signatures sahariennes, terroirs et territoires vus du ciel

Marc Côte, (2012), Méditerranée, hors‑série, Presses Universitaires de Provence (PUP), 308 p., ISBN : 978-2-85399-833-8.
Michèle Joannon
p. 101
Bibliographical reference

Marc Côte, (2012), Signatures sahariennes, terroirs et territoires vus du ciel, Méditerranée, hors‑série, Presses Universitaires de Provence (PUP), 308 p., ISBN : 978‑2‑85399‑833-8

Full text

1« Signatures sahariennes », on ne pouvait trouver titre mieux venu et plus lumineux pour ouvrir cette extraordinaire visite guidée à laquelle nous convie l’auteur de ce « beau livre » sur un désert aimé et parcouru depuis des décennies. Pour rendre compte des traces profondes ou ténues, anciennes ou contemporaines, inscrites par l’homme sur cet espace immense qui concerne 10 pays (seule la vallée du Nil, un objet d’étude en soi, a été laissée hors champ), l’auteur a choisi un parti pris très démonstratif et tenu tout au long de l’ouvrage : donner à voir ( grâce aux images verticales de Google Earth prises entre 2003 et 2008, à de multiples clichés au sol, à des cartes et ceci en jouant souvent à toutes les échelles), puis analyser (croquis, schémas, diagrammes) et expliciter (par le texte et le croquis) les facettes infinies des paysages construits par l’homme dans le temps . La démarche est d’une clarté absolue avec un plan en 5 grandes parties (proposant chacune à la fin un moment de réflexion pour rassembler l’argumentaire et éclairer davantage le propos) analysant successivement :

  • les vieilles oasis et les taches vertes denses ou claires, étirées ou compactes, digitées ou alvéolées qu’elles offrent au lecteur-voyageur. On ne peut s’empêcher de penser aux centaines d’heures passées par l’auteur devant son écran avant de choisir une à une ces images étonnantes, belles ou intrigantes pour présenter une typologie fine et complexe de ces créations hydrauliques. Ce chapitre est bien sûr l’occasion de zoomer sur les parcellaires et la variété infinie des techniques d’irrigation, mais c’est aussi l’occasion de rappeler que toutes ces oasis ont été créées entre entre le viiie et le xviie siècles comme relais sur les grands axes méridiens qui reliaient les rives nord et sud du Sahara;

  • les habitats permanents tassés qui sont le pendant architectural de l’espace irrigué, depuis les ksour anciens denses (formes construites, matériaux, éléments de fortifications, etc.) jusqu’aux formes d’habitat plus lâches des territoires semi‑nomades et aux créations ex nihilo des centres nouveaux d’impulsion étatique ;

  • les territoires agricoles de mise en valeur récente sur des sites neufs, mettant en œuvre de nouvelles ressources en eau, de nouvelles techniques, de nouveaux systèmes de culture et de nouveaux modes de commercialisation qu’il s’agisse de mises en valeur paysanne et individuelle ou qu’il s’agisse de grands périmètres d’origine étatique toujours identifiables à la géométrie implacable des paysages construits ;

  • les villes sahariennes, des vieilles villes d’origine romaine ou médiévale abandonnées et en voie d’effacement aux villes neuves du xxe siècle comme Tamanrasset ou Sebha, en passant par les vieilles villes-oasis comme Ghadamès ou Ghardaïa , des vieux ksour urbains déchus aux villes neuves du pétrole et surtout aux « grandes » villes sahariennes (une vingtaine de centres urbains de plus de 100 000 habitants) puisque, malgré un préjugé persistant qui fait du Sahara le pays des paysans oasiens et des nomades, ce sont aujourd’hui les populations urbaines qui sont largement dominantes ;

  • le dernier chapitre porte à la fois sur les traces plus récentes lisibles au sol : lignes inscrites sur la surface par le mouvement des hommes et des troupeaux, cicatrices industrielles des mines de phosphate ou d’uranium, sites d’exploitation des hydrocarbures. Il relève également les impacts polluants de ces nouvelles activités industrielles, de la gestion non réglée des déchets en milieu désertique et de l’évacuation difficile et non résolue d’une eau devenue trop abondante.

2En bref, un ouvrage tout à fait remarquable, et ceci de plusieurs points de vue : clarté de l’exposition, souci didactique constant, exhaustivité, rigueur du plan, volonté explicative permanente et prise en compte constante aussi bien du temps long que des phénomènes en œuvre aujourd’hui. Mais remarquable aussi par la qualité, l’abondance et la diversité de l’iconographie, avec un jeu constant sur plusieurs échelles. C’est donc à la fois un « livre‑somme », mais aussi un vrai « livre d’images » qui donne à voir « ce musée à ciel ouvert » qu’est le Sahara, et donc un ouvrage qui devrait combler aussi bien les spécialistes et les familiers du Sahara qu’un public plus large d’amateurs éclairés.

Top of page

References

Electronic reference

Michèle Joannon, « Signatures sahariennes, terroirs et territoires vus du ciel », Méditerranée [Online], 119 | 2012, Online since 03 April 2013, connection on 18 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/6593

Top of page

About the author

Michèle Joannon

Université d’Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page