Skip to navigation – Site map
Terroir : reterrorialisation et renouveau des produits typiques en France

Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles

Lost terroirs, constant terroirs, conquered terroirs: the vine and olive in Haute Provence from the nineteenth to the twenty-first centuries
André de Réparaz
p. 55-62

Abstracts

In Haute-Provence, the use and development of terroirs have changed drastically: massive desertion of vast areas once devoted to peasant agriculture; considerable spatial contraction of terroirs in the backcountry, of which the poorest and most disadvantaged were in the mid-prealpine zone; and extreme concentration of the most remunerative and prestigious crops on the best terroirs. Two key plants, the vine and the olive, illustrate the spatial and qualitative changes over the past two hundred years.
At the height of the traditional system between 1820 and 1860, these two crops were a response to strong demographic pressures and the relative isolation of poor peasant groups. To obtain the wine and olive oil that were at the top of the list of desired crops, suitable land underwent extreme fragmentation. More favorable zones existed in the south of the department and in the Durance Valley. Production of these crops has concentrated on the “good terroirs,” which have evolved into a viticultural AOC “Coteaux de Pierrevert” and an oleaginous AOC “Huiles d’olive de Haute-Provence.”

Top of page

Full text

I -Introduction

1Dans un haut-pays provençal complexe, souvent arrière-pays préalpin difficile mais aussi espace plus ouvert, de passage, favorable à l’extension des cultures de qualité dans ses bordures de collines, de bassins et de plateaux, il existe un puzzle compliqué de terroirs possibles pour la vigne et l’olivier. Ces terroirs hauts-provençaux ont des caractéristiques communes très spécifiques : terroirs méditerranéens ou à fortes affinités méditerranéennes, mais aussi terroirs de limite climatique, fragmentés, variant dans leurs aptitudes avec des altitudes, des pentes et des expositions devenant de plus en plus contraignantes au fur et à mesure que la continentalisation progresse. Ces terroirs sont également, par leur nature topographique, très aménagés, construits, terrassés souvent. Mais aussi, au cours des deux derniers siècles, ils ont été fondamentalement déterminés, dans leur localisation et leur mise à profit, par des conditions générales socioéconomiques d’arrière-pays souvent défavorisé.

2Les « écoagrosystèmes-terroirs » ont, de fait, varié plus encore ici sans doute que dans les autres zones provençales, en fonction des conjonctures économiques et sociodémographiques successives, au cours des deux derniers siècles. Dans le cadre d’une régression générale de tous les espaces cultivés, les localisations des deux types de cultures « spéciales » qui nous intéressent ont effectivement connu des reculs d’ensemble et des recompositions territoriales originales avec les concentrations caractéristiques actuelles sur les terroirs les plus favorables, beaucoup plus limités dans l’espace. Une analyse diachronique comparative des localisations avec les permanences, les disparitions et les conquêtes permettra, par deux tableaux aux deux périodes majeures, de mesurer la nature, l’étendue et la signification de ces changements.

2 - Les terroirs de l’apogée du système traditionnel : 1820-1860

3Ces terroirs sont liés à une société à son maximum de population – entre 1831 et 1841 en général – et donc à de très fortes densités relatives, avec une pression démographique très importante qui explique, dans un monde essentiellement rural, la recherche de l’utilisation maximale des terroirs, même les plus modestes par la taille et les qualités naturelles.

2.1 - Les terroirs de la vigne

Fig. 1 - Localisation des terroirs de la vigne. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert

Fig. 1 - Localisation des terroirs de la vigne. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert

Terroirs viticoles en 1820
1 : Terroirs « de nécessité » montagnards et intérieurs, (- de 50 ha/commune).
2 : Terroirs « de bassins urbains de recours », (de 25 à 100 ha/commune).
3 : Terroirs « de bassins urbains de production et petite commercialisation régionale», (de 75 à 300 ha/commune).
4 : Terroirs mixtes : autoconsommation et vente, (de 50 à 150 ha/commune).
5 : Terroirs mixtes : autoconsommation et vente, (+ de 150 ha/commune).
6 : Terroirs « spéculatifs » et de qualité, (+ de 100 ha/commune).
7 : Terroirs « spéculatifs » et de qualité, urbains ou non, (+ de 300 ha/commune).
8 : Durance
La carte prend en compte les surfaces où la vigne est en complantation.
Source : cadastres napoléonniens (1820-1830).

Terroirs viticoles en 2005
1 : Terroirs AOC Pierrevert, (+ de 120 ha, exploitations dans la commune).
2 : Terroirs AOC Pierrevert, (de 40 à 100 ha, exploitations dans la commune).
3 : Terroirs AOC Pierrevert, (de 1 à 7 ha, exploitations dans la commune).
4 : Terroirs AOC Pierrevert, (exploitations couvertes par le secret statistique).
5 : Terroirs résiduels, (de 1 à 7 ha, exploitations dans la commune).
6 : Terroirs résiduels, (couverts par le secret statistique).
7 : Communes sans vigne dans le périmètre de l’AOC.
Source : RGA 2005.

4La vigne s’étend, dans les années 1820-1830 du premier cadastre « napoléonien », sur 8 420 ha et dans 156 communes sur les quelques 250 des Basses-Alpes de cette époque, soit dans les deux tiers de celles-ci. La viticulture se développe jusque sur des « terroirs extrêmes » comme ceux de l’aval de l’Ubaye (159 ha), de Revel à Champcontier (1 050 m), Le Lauzet, à Pontis et La Bréole, ou comme ceux du Verdon de Castellane, des moyennes vallées du Bès et de la Bléone préalpines. C’est là particulièrement, mais aussi dans toute la moyenne montagne préalpine jusqu’à 900 mètres et plus, aux bons adrets, que s’installait ce type de terroirs extrêmes viticoles.

5Ce furent des terroirs de recours, des terroirs de nécessité, essentiellement d’autoconsommation, « pour la satisfaction plutôt que pour la recette » (Blanchard, 1948). Ils concernaient une paysannerie enfermée dans des reliefs cloisonnés de moyenne montagne et c’était là « un défi lancé à la nature par une agriculture aléatoire » (Minveille, 2006). Les replats d’adret exigus, à l’abri, au-dessus des fonds humides et froids plus favorables aux terres labourables et aux prés qu’à la vigne, les éboulis des pentes aménagées, terrassées, épierrées souvent, les petits cônes de déjection étaient les terroirs de ces vignes, très souvent limités à quelques hectares, voire à quelques ares.

6Un deuxième type de terroir, à une altitude généralement moins grande, avec des pentes moins fortes, dans des parties de vallées plus ouvertes, et surtout dans des zones situées à la proximité des très modestes villes de Haute-Provence, s’organisent de petits « bassins » de terroirs viticoles périurbains mobilisant au maximum tous les espaces favorables disponibles pour la consommation de Digne, de Sisteron, de Forcalquier ou de Manosque.

7Au-dessus et à l’ouest de Digne, les adrets en amphithéâtre des Sièyes (110 ha) et de Courbons, d’Aiglun (55 ha), de Mallemoisson (47 ha), dominant la Bléone, alimentaient, en partie, en vins honorables la modeste capitale départementale (3 932 habitants en 1836 !). Des aménagements en terrasses en font foi, actuellement fossiles paysagers. Des terroirs plus lointains, en partie spéculatifs périurbains s’égrenaient vers l’est : à Entrages (1 000 m), dont les « trois quarts de la production» des adrets fractionnés étaient « exportés » vers Digne en 1836 ; à Chabrières, contre les profondes clues de l’Asse, dont les « vins blancs pétillants » passaient pour particulièrement appréciables au milieu du XIXe siècle ; à Estoublon et à Mezel, plus en aval (172 ha).

8Le bassin viticole de Sisteron s’étendait aussi sur un chapelet de communes dont les terroirs étaient principalement mis en valeur par et pour les possédants fonciers urbains, notables ou petits artisans et commerçants de la ville. Aux 392 ha des vignes complantées ou « en plein » de la commune s’ajoutaient, par exemple, les 67 ha de la commune voisine d’Entrepierres, véritable colonie sisteronnaise. Des dizaines de petits possédants, mais aussi des « grandes » familles de Sisteron y possédaient des terroirs viticoles aux pieds ensoleillés de la montagne de La Baume, à tel point qu’à un questionnaire de 1829 sur l’ « état de la viticulture » il était répondu que « les vignes sont presque toutes possédées par les habitants de la ville de Sisteron. » Il en est à peu près de même à Peipin, à Aubignosc, sur les dernières pentes de la montagne de Lure.

9Forcalquier a aussi sa ceinture viticole ; la commune étend ses terroirs « autoproducteurs » sur 362 ha. Elle se prolonge sur les communes voisines, de Mane (153 ha) à Pierrerue (116 ha) et de Dauphin (69 ha) à Sigonce (36 ha), dans les petits bassins et aux pieds des cuestas des « gradins de Forcalquier ». Le cas du bassin de Manosque est assez différent. S’il existe bien un ensemble de terroirs, très divers, fournissant du vin à la clientèle manosquine, ces mêmes terroirs, qui s’étendent sur 1 160 ha de Corbières à Villeneuve (6 communes duranciennes), fournissent du vin à la vente plus lointaine, de Marseille à Gap et même « dans toutes les parties de la France et notamment (sic) à Paris » (Statistiques de l’an XII, 1804). Déjà la commune de Pierrevert (250 ha), selon la même source « exporte (son vin) dans la montagne et lieux circumvoisins » à raison de 54 % de sa production. À Corbières, on note que « les marchands viennent l’acheter dans la commune » pour le vendre dans toute la région.

10En réalité, il s’agit déjà là d’un troisième type de terroirs : les « bons terroirs » méridionaux produisant des vins transportables et de garde relativement longue, avec des rendements et une qualité le plus souvent satisfaisants. Les « bons pays » viticoles étaient essentiellement duranciens et localisés à la frange sud du plateau de Valensole et du bas Verdon de Gréoux à Riez et jusqu’à Moustiers. Quelques secteurs privilégiés donnaient des vins de renom : les terroirs viticoles des Mées, par exemple, qui eurent une grande notoriété aux XVIe-XIXe siècles. Ils occupèrent 470 ha sous la révolution, 809 ha en 1853 et, à la veille de la crise phylloxérique, encore 800 ha dans des « terrains pierreux, légers, de couleur rousse, au sud-ouest de la ville » (Esmieu, 1803). Ces terroirs fournissaient un vin de garde très spiritueux, gras, clair… avec un parfum de framboise (id). D’autres terroirs de qualité, donnant des vins estimés localement et susceptibles d’être transportés plus ou moins loin, existaient en îlots favorables, dans le sud et même parfois dans le nord-est de la Haute Provence. Ainsi, « dans le canton de Turriers, où le raisin n’atteint presque jamais sa maturité et où on ne produit qu’un vin entièrement consommé par les habitants, (on trouve cependant) deux communes où l’on récolte un vin excellent. Ce sont celles de Venterol et de Piégut, dont le territoire s’étend jusqu’aux bords de la Durance. C’est là que sont situés leurs vignobles » (enquête 1848 sur la production de la vigne dans les Basses-Alpes).

11Toujours dans les zones duranciennes, s’étendent alors les terroirs viticoles du canton de Volonne, sur la rive est, « le pays étant plus bas et par conséquent plus chaud, le vin y est d’une qualité supérieure et supporte le transport sans altération. Il est d’un goût agréable et aussi ce canton retire de cette récolte un produit considérable. » (Id. 1848). Ces espaces viticoles duranciens étaient également présents sur la rive ouest de La Brillanne à Peyruis et Château-Arnoux, dans la continuité septentrionale de ceux de Manosque. Tous étaient de deux sortes : d’une part ceux des collines et rebords accidentés encadrants, complexes, fragmentés et pentus dominant la vallée et ses inversions de températures, avec leurs sols graveleux. Très ensoleillés, ils étaient souvent associés ou voisins immédiats de l’olivier. D’autre part s’étendaient, à leurs pieds, ceux des hautes terrasses de la Durance, les thor, dont la planitude et les sols chauds de galets roulés portaient la vigne sur des terres non encore irriguées ; le canal de Manosque y passera seulement au début du XXe siècle.

12Même « les plans » de la basse terrasse, beaucoup plus humides, aux sols plus profonds et plus lourds, parcourus et irrigués par les nombreux canaux de moulins, comportaient tout au long du XIXe siècle de gros ensembles viticoles spéculatifs autour des grandes bastides conquérantes. Ce sont les terroirs spéculatifs des thors et des plans qui vont, jusqu’à la crise du phylloxéra, voir grandir leur importance. Au contraire, les terroirs plus « paysans » et plus difficiles, avec des rendements souvent misérables (10-20 hl/ha au mieux), vont diminuer partout au cours des années 1850-1870, et même parfois disparaître : « terroirs perdus » des hauts dans des dizaines de communes préalpines et duranciennes, surtout au moment du phylloxéra.Dans le secteur de Digne, par exemple, en 1880, l’enquête sur le phylloxéra note qu’il y a 321 ha de vignes « de coteau », contre 481 « de plaine », les premières particulièrement atteintes. À Malijai, il ne restait à cette date que 20 ha en production sur 70, sur « les coteaux », « pour lesquels il est très facile de prévoir que dans trois ans, il n’y aura plus une seule vigne », ceci contre 40 ha « en plaine », c’est-à-dire dans les bordures de basse Bléone-Durance, en meilleur état et traitées. À Pierrevert, 92 % des vignes étaient, en 1880 « sur les coteaux », c’est-à-dire essentiellement les penchants collinaires dominant le village, de Saint-Veran à Pallières. De là, ils « descendront » et se concentreront sur les ondulations douces des quartiers entourant le village au cours des années 1930-2000.

13Les paysages de vignoble installés sur ces types de terroirs « traditionnels » étaient très différents de ceux des vignobles actuels. L’enquête sur la production de la vigne, de 1848, précise que « le département des Basses-Alpes possède très peu de terroirs uniquement plantés en vigne. Presque partout les plantations sont faites en allées qui sont disposées de manière à ce qu’on puisse cultiver dans le même champ la vigne, les céréales, et même l’olivier ». « La vigne du territoire de Sisteron est presque toute complantée en allées » note à la même date son sous-préfet. Malheureusement, si le « vin est assez bon, la consommation s’effectue dans la localité, attendu que le transport lui fait prendre une couleur noirâtre et un goût désagréable ». Les tableaux d’expertise du cadastre napoléonien, puis ce cadastre lui-même, donnent beaucoup de précisions à ce sujet et sur cette « coltura promiscua » modèle bas-alpin. Dans les « vignes-terres », la « vigne en allées occupe généralement le tiers de la terre » (région de Digne), et dans les « terres-vignes seulement le quart ». Plus complexes encore, les terroirs pentus et aménagés peuvent porter des combinaisons « vignes, terres et oliviers », ou « vignes et oliviers ». Le « produit de la terre est affaibli d’un dixième par la plantation d’oliviers, le produit de ceux-ci étant évalué au 1/5 de celui de la vigne ». Paysages complexes, donc, surtout dans les zones peu favorisées, sur des terroirs partagés, aux mains de paysans prudents, sur des sols qui sont loin d’être les meilleurs de leur commune, sauf exception comme aux Mées ou dans le bassin de Forcalquier, et qui rendent souvent difficile l’appréciation exacte des surfaces réelles couvertes par la vigne, l’olivier ou les terres.

2.2 - Les terroirs de l’olivier

Fig. 2 - Localisation des terroirs de l’olivier. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert.

Fig. 2 - Localisation des terroirs de l’olivier. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert.

Terroirs oléicoles en 1820
1 : Terroirs difficiles, de « nécessité » aux limites bio-climatiques, (de 0,5 à 10 ha/commune).
2 : Terroirs difficiles périphériques, (de 10 à 25 ha/commune).
3 : Terroirs  « moyens », (de 25 à 75 ha/commune).
4 : Terroirs à conditions favorables et moyennes densités oléicoles, (de 75 à 150 ha/commune).
5 : Terroirs à conditions favorables et fortes concentrations oléicoles, (de 150 à 600 ha et plus/commune).
6 : Durance
Source : cadastres napoléonniens (1820-1830).

Terroirs oléicoles en 2005
1 : Terroirs résiduels ou de reprise inégale sur petites surfaces, (de 10 à 1 000 arbres/commune).
2 : Terroirs oléicoles limités et dissemblables : restaurations, conservations ou plantations limitées, ludiques souvent, (de 1000 à 3 500 arbres/commune).
3 : Terroirs de densités assez élevées, reprises et reconquêtes, qualité AOC fréquente, «Huile d’olive de Haute-Provence», (de 3 500 à 10 000 arbres/commune).
4 : Terroirs d’oliveraies importantes, qualité, développement et aménagement des terroirs traditionnels rénovés et replantés en partie : AOC généralement méritée, (de 10 000 à 64 000 arbres/commune).
Source : Office national interprofessionnel des grandes cultures (2005). Mesures en nombre d’arbres.
Nous avons choisi les données, ici, en nombre d’arbres/commune de préférence aux surfaces, souvent très inégalement occupées par les oliviers. La comparaison avec la carte précédente en souffre, mais la réalité est mieux respectée.

14Ils sont en général beaucoup plus restreints et clairement localisés que ceux de la vigne car aussi beaucoup plus déterminés par les impératifs naturels bioclimatiques que cette dernière, culture plus souple et adaptable.

15Par ailleurs, si la vigne ne dépasse que rarement une cinquantaine d’années, l’olivier est un arbre de longue durée, certains aux Mées, par exemple, peuvent avoir 200 ou 300 ans et même plus. L’arbre induit donc une très longue permanence sur les mêmes terroirs, toujours vivant après les grands gels, couronné, recépé, « restauré » après de longs demi abandons, replanté dans les vides dûs aux accidents climatiques les plus graves, ou tout simplement planté pour les générations futures. Quoique bien mené, il ne commence à devenir productif qu’au bout de cinq à sept ans. Seules des localisations hautes sur les pentes ensoleillées, sur de hautes terrasses duranciennes, sur des flancs de vallons et de pentes terrassées, des rebords du plateau de Valensole ou de la vallée du Verdon de Gréoux à Moustiers, sont possibles.

16Au XIXe siècle, les oliviers avaient déjà connu au cours du passé et au cours du siècle lui-même, de nombreux « grands gels » désespérants (1709, 1715, 1768, 1789, 1820, 1837, 1870…) mettant en cause la pérennité des terroirs hauts provençaux et obligeant les oléiculteurs à « recéper » en de larges « mates », souches porteuses des rejets ultérieurs, à « couronner » ou à replanter dans les « trous » de mortalité totale. Mais dans ces espaces de limite climatique beaucoup d’oliviers ont aussi mieux résisté que dans le bas pays provençal en raison de la montée plus tardive de la sève. La présence de très nombreux vieux oliviers, non recépés, témoigne de la durée multiséculaire de ces agrosystèmes oléicoles. La limite altitudinale de l’olivier dans les terroirs les mieux exposés est nette, au XIXe siècle, comme au XXe : les olivettes les plus hautes s’arrêtent à 650-700 mètres, à peine plus de 600 mètres à l’Adrech de Sisteron, 700-710 mètres à l’adret des Hautes-Sièyes qui dominent Digne, par exemple. Le premier tiers du XIXe siècle montre, grâce au cadastre napoléonien, que moins d’une soixantaine de communes des Basses-Alpes comportent des oliviers, en deçà de l’isotherme de + 4°C du mois le plus froid, pour l’essentiel, et surtout en deçà « de l’isotherme des minima moyens de – 8°C, qui arrête sa culture » (Nicod, 1956). Les surfaces alors concernées étaient de 2 850 ha. Elles seront de 3 585 ha en 1913, sur 80 communes, avec 603 000 arbres, en ce maximum de l’oliveraie traditionnelle. Mais les surfaces données par le cadastre des années 1820-1830 ne concernent pas toujours les olivettes « en plein ». Une bonne partie comprennent aussi d’autres éléments en complantation : « allées » de vigne et de labours en cultures annuelles. Quoiqu’il en soit, en cette période apogée du système traditionnel, que l’on peut « prolonger » jusqu’à la guerre de 1914-18, les grandes zones du terroir de l’olivier sont en place depuis des siècles, avec seulement des fluctuations modestes de nature climatique - les grands gels - ou humaines conjoncturelles, par exemple la crise du phylloxéra qui a vu l’olivier profiter assez notablement, ici ou là, de la disparition de la vigne. En fait, ce sont surtout les degrés et la qualité de l’exploitation qui varieront et les nouvelles plantations se feront, au XIXe comme au XXe siècle, dans les mêmes secteurs que ceux des siècles précédents.

17Ces grands ensembles de terroirs oléicoles constants s’établissent, en 1820-1830, dans cinq ou six zones bioclimatiquement et socioéconomiquement favorables. Le Val de Durance, en premier lieu et ses bordures collinaires où se concentre la majorité des oliveraies. D’abord à Manosque (632 ha) et dans les communes environnantes, qui se prolongent toujours en rive ouest jusqu’à Château-Arnoux : près de 1 500 ha sur 41 communes, soit plus de 55 % des surfaces oléicoles du département, occupent les pentes et replats des hauts et flancs de collines, en terroirs fractionnés sur des pentes dont le célèbre Mont d’Or de Manosque est un bastion avancé. Ensuite, sur l’autre rive à l’est, un ensemble de terroirs groupés sur cinq communes, au nord et au sud de l’embouchure de la Bléone, avec pour cœur la commune aux terroirs et à la production les plus célèbres : les Mées, avec 296 ha d’oliviers essentiellement localisés sur leur longue haute terrasse bien égouttée et ensoleillée, et ses alentours : Oraison, Puimichel, le Castelet, Malijai. Ici, comme pour la vigne, mais de façon beaucoup plus modeste, des bassins oléicoles urbains se sont ainsi développés autour de villes clientes : bassin de Digne où les oliviers se mélangent plus ou moins à la vigne, en allées, sur les adrets ensoleillés des Sièyes (17 ha), où l’on comptera, en 1913, 3 850 oliviers, en plein, sur quelques 19 ha, et aussi des olivettes en « timbres poste » à Aiglun, à Mallemoisson, à Barras. La moyenne vallée de l’Asse constitue, comme pour la vigne, un petit complément de bassin oléicole pour Digne : 65 ha à Bras d’Asse, Estoublon, Mezel (73 ha et 11 700 arbres en 1913). Sisteron, aussi, à l’extrême limite nord de la Haute-Provence, avec des oliviers de la commune urbaine proprement dite : 27 ha en 1830, mais 45 ha en 1913 et 7 500 arbres sur de petits morceaux fractionnés et perchés, terroirs bien aménagés et déjà devenus patrimoines paysagers reconnus.

18Le bassin de Forcalquier avec 96 ha, dont 46 ha sur la commune sous-préfecture et le reste sur six communes, en 1820-1830, n’a guère progressé ensuite, en 1913, avec 109 ha et 24 500 oliviers. Il reste un pays de terroirs oléicoles archaïques puisqu’ à Forcalquier même, en 1913, on compte encore 7 662 oliviers « en bordures » c’est-à-dire en mélanges ou en disposition effectivement bordière, à l’ancienne, contre 5 124 arbres « en plein » en véritables vergers. Il ne reste que 1 600 pieds en 2005, en comptant les arbres d’ornement.

3 - Les terroirs contemporains en 2000 : disparitions, constantes et conquêtes

3.1 - Rétraction et concentration des terroirs viticoles. L’effort vers la qualité

19Un constat brutal, et d’abord strictement statistique : la vigne et ses terroirs, en 2000, ne couvre plus que 889 ha dans l’ensemble du département des Alpes de Haute-Provence, c’est-à-dire pratiquement un dixième des 8 420 ha viticoles des années 1820-1830 et à peine 16 % des 5 500 ha du vignoble reconstitué de 1914. Les vignobles actuels n’existent plus que sur les terroirs de 42 communes. Quatre grandes communes viticoles : Pierrevert, Manosque, Corbières et Quinson regroupent 751 ha, soit 82 % du total. La commune de Pierrevert, avec ses 449 ha représente, à elle seule, 50 % de la surface viticole du département et c’est elle qui a donné son nom à l’appellation AOC, Coteaux de Pierrevert, obtenue en 1998. C’est là un des « vignobles les plus hauts de France, avec une altitude moyenne de 450 m ». Il couvre un peu moins de 600 ha. En revanche, parmi les 42 communes où la vigne existe encore, 20 ne comportent que de très faibles surfaces résiduelles couvertes par le secret statistique : contraction exceptionnelle, donc, sur la petite dizaine de communes méridionales duranciennes que cultivent, sur les terres les plus favorables, un nombre très restreint d’agriculteurs spécialisés 122 exploitations, au total, 34 dépassent 5 ha et à peine 18 d’entre elles s’étendent sur des domaines viticoles de 10 à 30 ha ou plus, mais occupant 74 % de la surface en vignoble. Ces vignobles sont donc maintenant à peu près tous concentrés sur les meilleurs terroirs : meilleurs terroirs bioclimatiques et topographiques, meilleurs terroirs dans leurs structures foncières, par la qualité de leur plantations et de leur encépagement : grenache noir, Syrah, Mourvèdre pour les rouges ; grenache, syrah, cinsault pour les rosés ; par la qualité de la vinification (de plus de 57 000 hl) et, à l’aval, par les conditions de leur intégration au système technico-économique et au marché général des vins ; meilleurs terroirs aussi par leur accessibilité locale comme par leurs liaisons avec les bassins de vente locaux, régionaux, touristiques. Ainsi, « la production directement commercialisée à partir de l’exploitation concerne vingt exploitations pour 32 000 hl », (56 % du total) dont près des trois quarts sont commercialisés en vente directe, la majeure partie (64 %) vendue directement au consommateur, 14 % seulement allant à la grande distribution, 8 % à l’exportation et le reste diversement commercialisé. (AGRESTE, RGA 2000). De façon générale, une importante relocalisation des terroirs a eu lieu, autour du village de Pierrevert, dont la cave coopérative produit 50 % des volumes de l’AOC Coteaux de Pierrevert.

20En négatif se pose le problème des ensembles de terroirs disparus après la crise phylloxérique et surtout assez progressivement, dans le cadre d’une évolution technico-économique générale après 1960. Les terroirs viticoles avaient été incomplètement reconstitués après 1890‑1900, mais ils avaient tout de même retrouvé, avec 5 500 ha en 1914 et 4 807 ha en 1929, plus du tiers de leur surface de 1865. Mais entre les 3 581 ha de 1958 et les 889 ha actuels, les terroirs de la vigne ont perdu 75 % de leurs surfaces. Les rythmes de la désertion viticole s’accélèrent entre 1970 (2 326 ha), 1979 (1 773 ha) et 1988 (1 041 ha). On conçoit aisément que les très nombreux petits terroirs de « nécessité » paysans, de toutes les zones hautes et de moyenne montagne intérieure, aient en général disparu. On conçoit aussi que le développement des échanges et l’expansion des grands vignobles languedociens et de la viticulture des « bonnes » régions du midi, par leur production de masse de VCC et même de VDQS, aient rendu caducs les petits vignobles plus ou moins spéculatifs des « bassins » urbains locaux comme ceux de Digne, Sisteron ou Forcalquier. Mais plus difficile à expliquer est le déclin des zones duranciennes moyennes, celles en particulier du secteur de Volonne-l’Escale-Malijai-Les Mées-Oraison. Le cas des Mées est particulièrement surprenant. Ce vignoble qui avait été un des rares à avoir une réputation régionale justifiée, avec un excellent encépagement et des conditions naturelles favorables et qui avait vendu beaucoup et fort loin, passe de 235 ha en 1929 à 76 ha en 1956, à 34 ha en 1979 et à 2 ha en 2000. L’explication majeure -sinon exclusive- nous paraît être à la fois technique et humaine. Technique d’abord, parce qu’on constate une structure d’encépagement extrêmement médiocre en 1956. Le cadastre nous révèle que les hybrides (Coudercs, Seibels, Seyve-Villard) et même les cépages « prohibés » (Othello, Jacquez) représentent 72 % du total. Explication humaine, ensuite, parce que cette structure, guère améliorée plus tard, dénote une désaffection, un découragement des viticulteurs qui passent à d’autres spéculations agricoles, les arbres fruitiers surtout : 307 ha de vergers en 1970, que mettent en valeur 59 exploitants, contre 61 exploitants de vigne avec 43 ha. Ce défaut fondamental d’un piètre encépagement général sera une des tares irrémédiables des vignobles bas-alpins, ne mettant pas à profit des éléments pédoclimatiques pourtant favorables des espaces méridionaux, au cours des années de transition agricole que furent celles de 1950-70. Ainsi à Forcalquier, toujours en 1956, il y avait 83 % d’hybrides, à Riez 65 %, à Digne 82 %, et, même à Sisteron 80 %. Par opposition, dans la zone qui deviendra celle de l’appellation AOC Coteaux de Pierrevert, la part des hybrides est bien moindre et la proportion des « vinfera » de qualité bien supérieure : à Pierrevert moins de 40 % d’hybrides seulement et 50 % de cépages honorables (Carignan noir, Cinsault, Grenache noir et Clairette blanche) ; à Manosque, autour de 53 % d’hybrides, mais près de 47 % de « vinifera » ; mieux encore à Quinson (87 ha de vignes actuellement, cinquième commune viticole) on a à peine plus de 30 % d’hybrides. Un autre élément d’explication à cet effondrement des terroirs viticoles, tout aussi essentiel que le précédent, et lié à celui-ci, est la pulvérisation foncière : 92 % des 209 exploitations viticoles de Forcalquier ont moins de un ha et 99 % moins de 3 ha. À Digne, 346 exploitations se partagent les 56 ha restants : 0,16 ha par exploitant ; aux Mées la surface moyenne en vigne est de 0,50 ha. À Valensole, 188 exploitations se partagent les 125 ha de vigne (0,66 ha par exploitation) fragmentée en 296 parcelles.

21La disparition des vieux terroirs viticoles est expliquée avec netteté. par les conditions humaines : structures foncières, démographiques et d’accessibilité très défavorables ; déclin et disparition des anciens réseaux de marchés et de commercialisation locaux, urbains et ruraux septentrionaux non producteurs ; concurrence de plus en plus écrasante de la grande production viticole commercialisée par les grands réseaux de distribution.

3.2 - Les terroirs oléicoles d’aujourd’hui : reculs relatifs, permanences et reprises spatiales

22Loin de l’effondrement spatial des terroirs vinicoles, le maintien des oliveraies sur leurs territoires spécifiques est globalement une réalité très concrète. Laissons de coté les chiffres de référence (2 800 ha sur une soixantaine de communes) qui sont d’une précision relative en raison des complantations fréquentes en mélanges variables avec des vignes, des terres et parfois même des amandiers. Le chiffre maximal (et assuré) des terroirs oléicoles « traditionnels » date des années 1910-1920 : 3 439 ha et 603 150 arbres en 1913, par exemple. En 1952 comme en 1929 (RGA), il y a toujours 3 400 ha d’oliviers en Haute_Provence.

23Le creux statistique majeur se situe en 1979-80 (RGA). À cette date 1 708 ha seulement sont déclarés, mais toujours sur les 60 communes habituelles, avec 161 400 pieds, mis en valeur par 928 exploitants oléiculteurs déclarants (ils étaient 6 741, sept fois plus, en 1913). Ce chiffre est néanmoins un peu trompeur, car de nombreuses parcelles aux arbres délaissés, mais bien vivants, surtout sur les hauts et les flancs des vallons, en adret, étaient ignorés dans la déclaration par les exploitants agricoles qui s’en désintéressaient - provisoirement-.

24En 2005, on a des chiffres plus complets, et plus sûrs, grâce à l’Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures qui a enregistré durant les années précédentes, les données fournies par les demandeurs d’aides à l’oléiculture. Ces déclarations proviennent non seulement d’exploitants agricoles professionnels, mais aussi d’oléiculteurs non professionnels. Or, ces derniers sont de plus en plus nombreux dans un milieu non seulement économique, mais encore culturel, patrimonial, ludique… et gastronomique favorable à une reprise de l’oléiculture, avec des prix du litre d’huile AOC, « huile d’olive de Haute-Provence » (1999) – ou non – élevés. Ces nouveaux oléiculteurs participent activement à la mise ou remise en valeur des terroirs des vielles olivettes, comme aux plantations nouvelles, avec une bonne aide participative et souvent familiale des « professionnels », il est vrai. En 2005, on compte 3 370 ha de terroirs oléicoles et 289 000 oliviers, c’est-à-dire la même surface qu’en 1913, avec 75 communes déclarantes au lieu des 80 de la veille de la première guerre. Parmi ces communes, on retrouve non seulement celles aux grands terroirs « classiques », comme les Mées, Oraison, Valensole, Riez ou Gréoux mais aussi des communes reliques des anciens « bassins urbains de nécessité » (Digne, avec actuellement 1 613 arbres sur 12 ha), et la « ceinture » dignoise plus ou moins reprise et restaurée : Aiglun, Le Chaffaut, Champtercier, Mallemoisson ; « ceinture urbaine » de Sisteron (73 ha, 3 066 arbres), aussi, avec Entrepierres, Peipin, Aubignosc (22 ha, 1 605 arbres) et avec Mane, Pierrerue, Niozelles, où il reste des oliviers que les nouveaux résidents intègrent ou plantent en relation avec leur habitat et leurs jardins dans le cadre de l’urbanisation rapide de ces secteurs.

25Les Mées - 386 ha, 63 364 arbres - reste la première commune, en progrès même par l’étendue de son terroir oléicole sur la haute terrasse (299 ha en 1913), avec ses prolongements sur Oraison (228 ha, 117 000 arbres) et son arrière-pays d’oliveraies installées sur les poudingues de Valensole à Entrevennes, Puimichel, Le Castellet (198 ha, 8 615 arbres). Les sols nettoyés par des labours légers croisés ou gardant leur végétation rase, portent une oliveraie hétérogène, juxtaposant des ensembles à anciens ou très anciens arbres alternant avec des arbres recépés, des arbres plantés dans les «trous » des mortalités, des gels, plus jeunes ; ou bien des plantations homogènes de 40 à 50 ans, postérieures au gel de 1956 ; des olivettes toutes jeunes aussi, au goutte à goutte, témoignant du dynamisme des vieux terroirs oléicoles. Le réseau d’irrigation couvre d’ailleurs, maintenant, une bonne partie de toute l’oliveraie de ce secteur, mais aussi plusieurs zones de l’oléiculture des Alpes-de-Haute-Provence. Les hautes bordures méridionales des adrets et rebords des vallons griffant le plateau de Valensole (Valensole 413 ha, 21 000 arbres) et la zone sud : Riez, Roumoules, Allemagne, Saint-Martin, Gréoux (253 ha, 15 530 arbres) constituent également un vieil ensemble constant, mais en recul, lui, de même que l’oliveraie emblématique et patrimoniale de Moustiers-Sainte-Marie, partiellement réhabilitée par les efforts conjugués de la profession et du Parc Naturel Régional du Verdon (20 500 arbres en 1913, 3 333 arbres en 2005).

26C’est enfin dans la zone majeure de Manosque et de son prolongement vers le nord, sur les bordures duranciennes occidentales, jusqu’à La Brillanne, Lurs et Peyruis, que les terroirs oléicoles restent les plus importants après ceux des Mées. Manosque, avec ses olivettes symboles du Mont d’Or, héberge 236 ha et plus de 34 000 arbres ; ses voisines, Pierrevert, Sainte-Tulle, Volx et Villeneuve 263 ha et 32 765 arbres. C’est moins qu’en 1913, avec une perte de 48 % des surfaces. Les raisons en sont évidentes : d’une part les progrès d’une viticulture et d’une arboriculture conquérantes, d’autre part une considérable consommation de terroirs oléicoles par une urbanisation galopante en relation avec l’expansion économique de la zone et la très forte demande foncière liée au CEN de Cadarache et actuellement à ITER. Ici ou là, des oliviers anciens, devenus ornementaux dans les jardins et terrains de loisir des lotissements pavillonnaires des basses et moyennes parties des collines, témoignent de l’ancienne extension des terroirs de l’olivier.

27En revanche, les communes plus septentrionales, de La Brillane à Peyruis, ont connu une extension des terroirs oléicoles : 235 ha en 20005 contre 178 ha en 1913, en particulier autour du très patrimonial et traditionnel moulin à huile de Lurs, l’un des sept moulins de la Haute-Provence, coopératifs (Manosque, les Mées, Entrevaux) ou privés (Oraison, Les Mées, Peyruis, Lurs). Ceux-ci étroitement liés aux terroirs oléicoles productifs, constituent une pièce essentielle du système terroirs - oléiculture et production - commercialisation des huiles de qualité de Haute-Provence.

28Dans les pays très divers d’une Haute-Provence accidentée et contrastée, des terroirs aux potentialités variables, physiques et humaines, ont permis la pratique inégale des deux principales cultures méditerranéennes, la vigne et l’olivier. Les possibilités offertes par la nature ont été mises à profit par les sociétés locales paysannes du XIXe siècle, puis par celles du XXe siècle de plus en plus ruralo-urbaine et par les agriculteurs qui ont dû composer avec des conjonctures différentes. Ils ont accédé à la qualité et à la notoriété régionale et nationale. Mais c’est au prix, pour la vigne, d’un abandon général des terroirs viticoles de « nécessité » parallèlement à un effondrement démographique et économique dans les zones de moyennes montagnes pauvres et d’arrière-pays intérieurs où une économie rabougrie avec des structures foncières émiettées et exiguës ne permettait pas une évolution favorable. Une extraordinaire concentration des terroirs viticoles, méridionale et surtout durancienne, a succédé, pour quelques communes favorisées naturellement, démographiquement et économiquement, à une dispersion générale des terroirs traditionnels. Pour les terroirs de l’olivier, plus limités par les conditions climatiques dès le départ, des pertes territoriales relatives, ont bien eu lieu. Mais l’essentiel des terroirs oléicoles a continué, à travers les vicissitudes climatiques, démographiques et économiques, à exister dans les mêmes secteurs, très valorisés depuis une vingtaine d’années par la recherche patrimoniale et gastronomique de la qualité, de la « typicité », de l’ « authenticité » des productions des Pays. Ce sont aussi, tout de même, dans une géographie inégale, les terroirs des « bons pays » de cette Haute-Provence essentiellement bas-alpine qui en ont surtout profité.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Les Amis des Mées, (1985), Le vin au pays des Mées, Les Mées. 24 p.

Les Amis des Mées, (1990), L’huile d’olive au pays des Mées, Éd. Terrato, Le Chaffaut. 56 p.

Amouretti M.-C., Comet G., (1985), Le livre de l’olivier, Édisud, Aix-en-Provence. 174 p.

Blanchard R., (1945), Les Alpes occidentales. Les Préalpes françaises du Sud, t. 1 et 2, Éd. Arthaud, Grenoble, 959 p.

Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, (s.d.), Alpes-de-Haute-Provence, des produits reconnus, IAP Manosque. 40 p.

Caurin C., Eisenmenger G., (1914), La Haute-Provence, étude de géographie régionale, Digne, 246 p.

Emmanuelli F.-X., (2001), Le vignoble disparu des Mées, XVIe-XIXe siècles. Manuscrit à pub. aimablement communiqué.

Esmieu J.-J., (1803), Notice historique de la ville des Mées, Farjon, Digne, 603 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Minvielle P., (2006), La viticulture dans les Alpes du Sud, entre nature et culture, Méditerranée n° 3-4. 2006, p. 73-86.
DOI : 10.4000/mediterranee.467

Nouvel Olivier (Le), Revue trimestrielle technique et économique professionnelle, chambres Départementales et Régionale d’Agriculture PACA-Corse.

Nicod J., (1956), Grandeur et décadence de l’oléiculture provençale. Revue de géographie alpine, 1956, fascicule 2, p. 247‑297.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Pinatel A., (1996), L’olivier et la nouvelle politique agricole commune dans les Alpes-de-Haute-Provence, Méditerranée n° 1-2, p. 67-69.
DOI : 10.3406/medit.1996.1875

Réparaz (de) A., (1978), La vie rurale dans les Préalpes de Haute-Provence, Thèse d’Etat, Édisud. Volume 1, 227 p.

Réparaz (de) A., (1982), Techniques de culture et utilisation du sol dans la montagne de Haute-Provence du début du XIXe siècle (1800-1850) Actes Colloque Histoires des techniques et sources documentaires, GIS Maison de la Méditerranée, Aix-en-Provence.

Réparaz (de) A., (2000), Les campagnes de l’ancienne Haute-Provence vues par les géographes du passé. 1880-1950. Éd. Alpes de Lumière n° 136, Mane, 180 p.

Réparaz (de) A., (2004), collaboration, sous la direction de G. Barruol. La montagne de Lure. Encyclopédie d’une montagne de Haute-Provence, Éd. Alpes de Lumière n° 145-146. Forcalquier, 320 p.

Archives, sources statistiques et documentaires

Archives des Alpes-de-Haute-Provence, Digne, Séries 6M et 7M, Cadastres napoléoniens.

Recensements Généraux de l’Agriculture.

Ministère de l’Agriculture (1958), monographies agricoles départementales, Les Basses-Alpes, Éd. La Documentation française.

Cadastre viticole 1958 (éd.).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Localisation des terroirs de la vigne. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert
Caption Terroirs viticoles en 18201 : Terroirs « de nécessité » montagnards et intérieurs, (- de 50 ha/commune).2 : Terroirs « de bassins urbains de recours », (de 25 à 100 ha/commune).3 : Terroirs « de bassins urbains de production et petite commercialisation régionale», (de 75 à 300 ha/commune).4 : Terroirs mixtes : autoconsommation et vente, (de 50 à 150 ha/commune).5 : Terroirs mixtes : autoconsommation et vente, (+ de 150 ha/commune).6 : Terroirs « spéculatifs » et de qualité, (+ de 100 ha/commune).7 : Terroirs « spéculatifs » et de qualité, urbains ou non, (+ de 300 ha/commune).8 : DuranceLa carte prend en compte les surfaces où la vigne est en complantation.Source : cadastres napoléonniens (1820-1830).Terroirs viticoles en 20051 : Terroirs AOC Pierrevert, (+ de 120 ha, exploitations dans la commune).2 : Terroirs AOC Pierrevert, (de 40 à 100 ha, exploitations dans la commune).3 : Terroirs AOC Pierrevert, (de 1 à 7 ha, exploitations dans la commune).4 : Terroirs AOC Pierrevert, (exploitations couvertes par le secret statistique).5 : Terroirs résiduels, (de 1 à 7 ha, exploitations dans la commune).6 : Terroirs résiduels, (couverts par le secret statistique).7 : Communes sans vigne dans le périmètre de l’AOC.Source : RGA 2005.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/70/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Fig. 2 - Localisation des terroirs de l’olivier. D : Digne, E : Entrevaux, F : Forcalquier, LM : Les Mées, M : Manosque, Mo : Moustier, R : Riez, S : Sisteron, V: Valensole, P : Pierrevert.
Caption Terroirs oléicoles en 18201 : Terroirs difficiles, de « nécessité » aux limites bio-climatiques, (de 0,5 à 10 ha/commune).2 : Terroirs difficiles périphériques, (de 10 à 25 ha/commune).3 : Terroirs  « moyens », (de 25 à 75 ha/commune).4 : Terroirs à conditions favorables et moyennes densités oléicoles, (de 75 à 150 ha/commune).5 : Terroirs à conditions favorables et fortes concentrations oléicoles, (de 150 à 600 ha et plus/commune).6 : DuranceSource : cadastres napoléonniens (1820-1830).Terroirs oléicoles en 20051 : Terroirs résiduels ou de reprise inégale sur petites surfaces, (de 10 à 1 000 arbres/commune).2 : Terroirs oléicoles limités et dissemblables : restaurations, conservations ou plantations limitées, ludiques souvent, (de 1000 à 3 500 arbres/commune).3 : Terroirs de densités assez élevées, reprises et reconquêtes, qualité AOC fréquente, «Huile d’olive de Haute-Provence», (de 3 500 à 10 000 arbres/commune).4 : Terroirs d’oliveraies importantes, qualité, développement et aménagement des terroirs traditionnels rénovés et replantés en partie : AOC généralement méritée, (de 10 000 à 64 000 arbres/commune).Source : Office national interprofessionnel des grandes cultures (2005). Mesures en nombre d’arbres.Nous avons choisi les données, ici, en nombre d’arbres/commune de préférence aux surfaces, souvent très inégalement occupées par les oliviers. La comparaison avec la carte précédente en souffre, mais la réalité est mieux respectée.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/70/img-2.png
File image/png, 89k
Top of page

References

Electronic reference

André de Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 28 July 2016. URL : http://mediterranee.revues.org/70 ; DOI : 10.4000/mediterranee.70

Top of page

About the author

André de Réparaz

Professeur émérite, UMR TELEMME, Université de Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page